Vishnouisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

Le vishnouisme est un courant de l'hindouisme basé sur le système philosophico-religieux du Védanta[1]. Sa pratique est la dévotion (bhakti) envers Vishnou comme dieu suprême à travers ses incarnations Krishna et Rāma. C'est l'une des plus importantes expressions spirituelles de l'hindouisme avec le shivaïsme.

Le nom des dévots de la divinité, les vishnouites, est vaishnava (vaiṣṇava en Sanskrit ; devanāgarī : वैष्णव)[2], mais il désigne aussi toute chose en relation avec elle.

Il existe plusieurs filiations ou système religieux (saṃpradāya) vishnouites. Les textes fondamentaux sont la Bhagavad-Gita, le Bhagavata-Purana, le Vishnou-Purana et les Bhakti-Sutra[1].

Le culte[modifier | modifier le code]

Vishnu assis en position du lotus.

Le septième avatar de Vishnu est Rāma, le huitième est Krishna et le neuvième change suivant les sources : Bouddha (avatara prédit dans le srimad bhagavatam) dans la grande majorité des écoles. L'intégration de Bouddha dans le panthéon hindou est apparue assez tardivement, probablement au VIIIe siècle ; ce procédé somme toute assez hardi est l'expression de la contre-réforme brahmanique au bouddhisme, entamée au IIe siècle av. J.-C. Certaines sources reconnaissent tous ceux qui précèdent comme de véritables avatara, augmentant par là le compte traditionnel de la Bhagavad-Gîtâ de dix (Kalki y compris, qui apparaîtra à la fin de l’ère présente, le Kali Yuga) à pas moins de 27, c'est le cas du Srimad Bhagavata qui en compte 22.

La dévotion ne s'accompagnant pas d'exclusion en Inde, il est difficile de compter les Vaishnava. Cependant, on considère généralement qu'il représente 75 à 80 % des hindous, le reste étant des shivaïtes.

La tirunama, tilak des vishnouïtes de la Sri Sampradaya

Les filiations (saṃpradāya)[modifier | modifier le code]

Le vishnouisme comporte quatre filiations spirituelles ou systèmes religieux (saṃpradāya) ayant pour origine le niveau transcendantal de la divinité. Quatre divinités ont pris forme humaine à des époques différentes pour initier 4 filiations vaishnavas basées sur les différents systèmes philosophiques du Védanta. Elles sont[3] :

Le Vaishnava-gaudiya[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, Krishna serait apparu sous les traits de Sri Caitanya Mahaprabhu (1486-1534) et aurait propagé le dharma (devoirs spirituels) pour la période que nous traversons (Kali Youga). Apparu au sein de la brahma sampradaya, il a instauré la pratique du chant congrégationnel des saints noms de Krishna.

Cette pratique spirituelle dévotionnelle fut apportée en Occident en 1965 par Srila A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, alors âgé de 70 ans. Jusqu'à sa disparition en novembre 1977, il a répandu dans la majeure partie des pays du globe cette pratique du mantra :

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

D'où le nom de ce mouvement communément connu comme le mouvement Hare Krishna.

Le Vaishnava-sahajiyâ[modifier | modifier le code]

Le Bengale a connu au XVe siècle un mouvement très populaire appelé Vaishnava-sahajiyâ et qui préconisait la vénération de Vaishnavî, la shakti de Vishnu, l'une des mâtrikâ, plutôt que celle de la divinité elle-même.

Les Vaishnava-Upanishad[modifier | modifier le code]

Les Vaishnava-Upanishad sont un sous-ensemble de 14 textes appartenant aux Upanishad qui traitent de la divinité sous ses formes diverses et qui le considèrent comme la source de toutes choses. Ils rassemblent les Upanishad suivants :

  • no 18 : Nârâyana
  • no 27 : Nrisimhatâpanîya
  • no 52 : Tripâdvibhûtimahânârâyana
  • no 54 : Râmarahasya
  • no 55 : Râmatâpanîya
  • no 56 : Vâsudeva
  • no 68 : Avyakta
  • no 91 : Târâsâra
  • no 95 : Gopâlatâpinîya
  • no 96 : Krishna
  • no 100 : Hayagrîva
  • no 101 : Dattâtreya
  • no 102 : Garuda
  • no 103 : Kâlisantarana

Référence(s)[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gerhard J. Bellinger, Encyclopédie des religions, Librairie Générale Française,‎ 2000 (ISBN 9782253131113), p. 360-361
  2. http://sanskrit.inria.fr/DICO/62.html#vai.s.nava
  3. (fr) Dictionnaire Héritage du Sanscrit de Gérard Huet (en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont, 1987

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]