Conflit en Casamance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mise en garde des élèves du collège de Oussouye contre les mines antipersonnelles

Le conflit en Casamance constitue l'un des épisodes marquants de l'histoire du Sénégal indépendant, touchant également le pays limitrophe, la Guinée-Bissau.

À partir du début des années 1980 et jusqu'en 2005, après le cessez-le-feu, il a opposé les forces rebelles indépendantistes du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), dirigé par l’Abbé Diamacoune Senghor et les forces gouvernementales, causant la mort de plusieurs centaines de personnes pendant les affrontements, sans parler des nombreuses victimes de mines antipersonnelles a posteriori. En 2009, des accrochages ponctuels continuent à se produire, entre armée et « rebelles », mais également entre groupes rivaux[1].

La Casamance, auparavant l'une des régions les plus prospères du pays, a été profondément traumatisée par ces violences. Elle travaille aujourd'hui à sa reconstruction et à la restauration de son image, notamment en tant que destination touristique.

Les origines du conflit[modifier | modifier le code]

Dès l'indépendance du Sénégal, les Casamançais – ou du moins une fraction d'entre eux – avaient rêvé de leur propre autonomie et l'ancien Président Léopold Sédar Senghor leur avait laissé espérer une telle possibilité au bout de quelques années.

En effet, les habitants de cette région, souvent d'origine diola et le plus souvent animistes, se caractérisent par une identité forte et une grande détermination. Déjà ils avaient rejeté l'esclavage, tant européen qu'africain, et s'étaient rebellés contre les tentatives de mainmise de l'administration coloniale française.

En outre, l'enclave gambienne dans le territoire national leur faisait ressentir avec d'autant plus d'acuité leur position marginale. Isolés, ils se sentaient aussi négligés, ostracisés par les autres populations avec qui elles n'avaient jamais partagé de véritables liens pour la plupart et peu considérés par le pouvoir central.

Enfin, plus arrosée, plus luxuriante que les zones soumises au climat sahélien, la Casamance bénéficiait de terres fertiles, de ressources propres – notamment la riziculture –, à tel point qu'on la désignait parfois comme le "grenier" du Sénégal. En outre le tourisme s'y développait déjà avec succès.

Cependant l'indépendance promise tardait à se concrétiser. La résistance s'organisa alors. Le premier incident grave en 1982 mit le feu aux poudres et déclencha un conflit qui allait éprouver la région pendant une vingtaine d'années.

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Le drapeau adopté par le MFDC en 1988
  • Le 26 décembre 1982, le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance, mouvement séparatiste organise une marche pacifique à Ziguinchor vers la Gouvernance. Les manifestant décident alors à leur arrivée de descendre le drapeau sénégalais hissé chez le gouverneur sénégalais en Casamance pour le remplacer par leur drapeau. L’État du Sénégal considérant l'acte comme séditieux ordonne aux forces de l'ordre d'intervenir. La marche fut alors réprimée dans le sang et les Forces de l'ordre procédèrent à plusieurs arrestations, dont celle du leader indépendantiste, l'abbé Diamacoune Senghor. C'est ainsi que le MFDC décida de rejoindre le maquis avec un armement rustique constitué de coupe-coupe et de fusils de chasse parfois de fabrication artisanale.
  • Entre 1982 et 1990, l’État du Sénégal va procéder à une chasse aux rebelles et l'armée sénégalaise procéda à plusieurs exactions contre les membres supposés du mouvement. Les regroupements de foule à caractère culturel ont parfois été interdits et diabolisés comme des rites de passage de la rébellion. Ce qui va exacerber la crise qui est nettement liée à l'identité.
  • En juillet et en août 1990, des affrontements sérieux ont lieu entre l'armée et les séparatistes.
  • Le 31 mai 1991, un accord de cessez-le-feu intervient entre le gouvernement sénégalais et les séparatistes du Mouvement des forces démocratiques de Casamance.
  • En 1995, de nouveaux troubles éclatent.
  • Le 6 avril 1995, quatre touristes français disparaissent en Casamance et chaque partie rejette la responsabilité sur l'autre.
  • En octobre 1995, l'armée lance une offensive en Basse-Casamance.
  • Le 8 janvier 1996 s'ouvrent les premiers pourparlers de paix entre les indépendantistes et des représentants de la Commission nationale pour la paix.
  • Le 26 décembre 1999, lors des négociations de paix de Banjul, un autre accord de cessez-le-feu est signé entre le gouvernement sénégalais et le MFDC.
  • Le 30 novembre 2000, une première rencontre entre le gouvernement et le MFDC est programmée pour le 16 décembre à Ziguinchor.
  • Le 24 mars 2001, le gouvernement et les rebelles se rencontrent pour « finaliser » l’accord de paix signé le 16 mars.
  • Le 30 décembre 2004, un nouveau cessez-le-feu est signé entre le Ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom et Diamacoune Senghor et une période relativement calme s'instaure, troublée par quelques attaques sporadiques.
  • Les problèmes de santé du leader encouragent des luttes de pouvoir et des affrontements sanglants éclatent à nouveau en avril 2006.
  • Sidhi Badji, secrétaire général du MFDC, meurt en 2003. Les négociations pour la paix se poursuivent.
  • L'abbé Diamacoune Senghor meurt à Paris le 17 janvier 2007.
  • En mai 2007, des rivalités opposent toujours plusieurs factions du MFDC qui ont gardé le maquis, certains s'étant réfugiés en Gambie.
  • Le 2 octobre 2009, six militaires sont tués dans une embuscade près de la frontière avec la Guinée-Bissau[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Casamance : Ni guerre ni paix », in Jeune Afrique, no 2549, du 15 au 21 novembre 2009, p. 32-34
  2. « Six militaires tués en Casamance par des rebelles présumés », Jeune Afrique, 3 octobre 2009 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Katja Salomon, Instabile Staatlichkeit am Beispiel Senegal : Rebellenkonflikte und die Handlungsautonomie des Staates, Marburg, Tectum-Verlag, 2005, 146 p. (d'après un travail universitaire à l'Université de Marburg, 2004) (ISBN 3-8288-8888-7)
  • Collectif, Sénégal. La terreur en Casamance : le rapport d’Amnesty International, 1999 (ISBN 2876660946)
  • Séverine Awenengo, « À qui appartient la paix ? Résolution du conflit, compétitions et recompositions identitaires en Casamance (Sénégal) », Journal des Anthropologues, 2006, n° 104-105, p. 79-108
  • Jean-Marie François Biagui, Trois Manifestes pour la paix en Casamance, 1994, 85 p. (ISBN 2907999257)
  • Jean-Marie François Biagui, De l’indépendance de la Casamance en question, 1994, 62 p. (ISBN 2907999273)
  • Jean-Marie François Biagui, Pourquoi la Casamance n'est pas indépendante : une introspection prospective, Éditions Clairafrique, Dakar, 2008, 51 p.
  • Boucounta Diallo, La crise casamançaise : problématique et voies de solutions, L'Harmattan, Paris, 2009, 153 p. (ISBN 978-2-296-09884-8)
  • Moustapha Gueye, Pluralisme et rôle des médias dans les conflits en Afrique de l'ouest dans les années 1990 : Le cas spécifique de la Casamance (Sénégal), Université Paris 2, 2008, 381 p. (thèse de doctorat de Sciences de l'information)
  • Jean-Claude Marut, Le conflit de Casamance. Ce que disent les armes, Karthala, Paris, 2010, 420 p. (ISBN 9782811103538)
  • Abdourahmane Ndiaye, La Terreur en Casamance. Les convoyeurs d’armes, L’Harmattan, Encres Noires, 1994, 160 p. (ISBN 2-7384-2563-1)
  • Nelly Robin, « Le déracinement des populations en Casamance. Un défi pour l'État de droit », Revue européenne des migrations internationales, 2006, vol. 22, n° 1, p. 153-181
  • Assane Seck, Sénégal, émergence d'une démocratie moderne (1945-2005) : Un itinéraire politique, Paris, Karthala, 2005, 360 p. (ISBN 2845865058)

Liens externes[modifier | modifier le code]