Conen de Saint-Luc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Conen.
Conen
Armes de la famille.
Armes de la famille : Conen
Blasonnement D'argent coupé d'or, un lion l'un dans l'autre, armé, couronné et lampassé de gueules.
Branches Conen de Saint-Luc
Pays ou province d’origine Blason de Bretagne Duché de Bretagne
Allégeance Drapeau du duché de Bretagne Duché de Bretagne
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Charges Président à mortier du Parlement de Bretagne, Prévôt des maréchaux de Bretagne.
Fonction(s) ecclésiastique(s) Évêque de Cornouailles
Preuves de noblesse
 - Réformation de la noblesse 1669, 8 générations

Conen de Saint-Luc est le nom d'une famille noble, originaire de la région de Saint-Brieuc, dont des descendants vécurent ensuite à Rennes, puis au château du Bot en Quimerch ou à Quimper. Plusieurs de ses membres ont joué un rôle important dans l'histoire.

Les origines : les Conen, seigneurs de Précréhant[modifier | modifier le code]

Les ancêtres connus les plus anciens de cette famille sont Alain Conan, cité dans un acte de 1280 et Geffroy Conen, « alloué héréditaire du comté de Porhouët », cité dans un acte de 1283[1]. Dès cette époque, « les seigneurs du nom de Conen tenaient rang parmi la première noblesse ». Un seigneur du nom de Conen participe au siège de Bécherel en 1373 et plusieurs autres seigneurs de Conen sont connus à la fin du XIVe siècle et au XVe siècle[2].

La filiation est établie à partir de Messire François Conen, chevalier, seigneur de Précréhant en Pordic, qui, aux alentours de 1500, est le deuxième époux de Périne Le Cardinal, fille de Guillaume Le Cardinal, seigneur de Kernier. Robert Conen, né peut-être en 1530, est lui aussi seigneur de Précréhant. Son fils François Conen (1560-), son petit-fils Toussaint Conen, chevalier décédé le , marié le avec Barbe Le Cardinal[3], et son arrière-petit-fils François (né le ) sont aussi seigneurs de Précréhant. Ce dernier, déjà dénommé François Conen de Saint-Luc, se marie le à Pordic avec Françoise-Louise Bobillé, dame de Compostal.

Plusieurs ancêtres furent représentants aux États de Bretagne et (ou) chevaliers de l'Ordre de Saint-Michel. L'un fut prévôt des maréchaux de Bretagne[4].

Une branche certainement alliée se dénomme Conen de Prépéan : elle remonte à Olivier Conen, époux de Marguerite Henry, au début du XVIe siècle, dont il est prouvé que le petit-fils Étienne Conen est né le à Pordic également et était marié avec Françoise de Chef du Bois[5]. Un lointain descendant de cette branche est Louis Félix Conen de Prépean (1777-1837), auteur connu d'une méthode de sténographie.

Les Conen de Saint-Luc[modifier | modifier le code]

Un Toussaint de Saint-Luc (né ? , décédé en 1694) a écrit L'histoire de Conan Mériadec en 1664[6].

Par ailleurs, la généalogie des principaux membres de cette famille est la suivante :

Euphrasie Conen de Saint-Luc : portrait peint par Victoire à la prison de Carhaix

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Moreri, " Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane", tome 8, Les libraires associés, 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494434v/f728.image.r=Conen.langFR
  2. Louis Moreri, " Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane", tome 8, Les libraires associés, 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494434v/f729.image.r=Conen.langFR
  3. Le Cardinal de Kernier Bretagne, Marquis et Comtes de Kernier ; comtes de Keriou de Rieux et de Kerglas..., 1888, imprimrie de Chaix, Paris, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5653936g/f6.image.r=Conen.langFR
  4. http://les.guillotines.free.fr/conen%20de%20saint%20luc%20gilles%20rene.htm
  5. http://gw5.geneanet.org/index.php3?b=turnegouet&lang=fr;pz=baptiste;nz=laigle;ocz=0;p=jean;n=conen
  6. Toussaint de Saint-Luc, "L'histoire de Conan Mériadec qui fait le premier règne de l'histoire générale des souverains de la Bretagne gauloise, dite Armorique : avec la première partie des recherches générales de cette province", 1664, réédité L. Prudhomme, Saint-Brieuc, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5765611r/f7.image.r=tudy.langFR
  7. http://patrimoine.landudec.free.fr/Fr/Themes/victoire-de-saint-luc.html
  8. Théodore Courtaux, " Histoire généalogique de la maison de Lantivy, de ses alliances et des seigneuries qu'elle a possédées, Bretagne, Maine, Anjou et Languedoc, suivie des généalogies des maisons de l'Estourbeillon (Bretagne) et de Richemont de Richard'son (Écosse et France)", 1899, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649006/f87.image.r=Conen.langFR
  9. http://decouvrir.othpb.com/CHATEAU-DU-GUILGUIFFIN