Claude Chirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chirac.

Claude Chirac

Naissance 6 décembre 1962 (51 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence France
Diplôme
Activité principale
conseillère en communication
Conjoint
Famille

Claude Chirac, née le 6 décembre 1962 à Paris, est une conseillère en communication. Elle est la fille cadette de Jacques Chirac et de Bernadette Chirac.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant 1989[modifier | modifier le code]

Elle étudie à l’Institution Sainte-Marie de Neuilly et à l’Institut de La Tour, dans le 16e arrondissement de Paris[1].

Après avoir intégré l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po), Claude Chirac fait des études d'économie à l'Université Panthéon-Assas (Paris II). En 1986, alors qu'elle est encore étudiante, elle est photographiée par une star de la photo de mode et pose dans le magazine Elle. En 1988, sous la houlette de Jean-Michel Goudard, elle entame chez Euro RSCG une carrière de chef de publicité[2].

Conseillère de son père (1989-2007)[modifier | modifier le code]

En 1989, elle rejoint son père à sa permanence politique, et le conseille alors qu'il est à l'époque maire de Paris.

À partir de mai 1995, Claude Chirac est conseillère en « communication-opinion » de son père, devenu président de la République[3]. Elle était présente dans l'entourage du président lors de nombreuses manifestations, ainsi que dans divers déplacements officiels ou privés au cours desquels elle était fréquemment aperçue en train de téléphoner. Ses détracteurs ainsi que les caricaturistes l'ont souvent décrite comme ayant « le portable greffé à l'oreille ».

Elle semble avoir eu une influence importante sur le président de la République, notamment pour son apparence, ainsi que dans certains choix politiques. Certains lui ont prêté une part déterminante dans le choix des slogans sur la « fracture sociale », qui jouèrent un rôle non négligeable dans la victoire de son père en mai 1995. À la différence de sa mère Bernadette, née Chodron de Courcel et souvent vue comme la caution conservatrice et traditionnelle de l'électorat de Jacques Chirac, Claude Chirac semble avoir défendu des positions plus progressistes auprès de son père.

Retour au privé (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

En 2007, Claude Chirac est nommée directrice de la communication de Kering, alors PPR, fondé par François Pinault, un ami proche de Jacques Chirac[4]. Elle fait également partie du comité exécutif du groupe[5].

Comme son père, mais contrairement à sa mère, Bernadette Chirac, elle est un soutien de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Claude Chirac se marie en 1992 avec le politologue Philippe Habert, maître de conférences à Sciences Po et directeur des études politiques du Figaro. Nicolas Sarkozy est son témoin de mariage. Habert décède quelques mois plus tard, le 5 avril 1993.

À la suite d’une petite phrase de Bernadette Chirac au sujet de Nicolas Sarkozy (« Il a percé notre intimité »)[6], les biographes et journalistes lui ont prêté une liaison avec ce dernier ; afin de démentir des rumeurs, Claude Chirac a indiqué dès 2004 : « Je n'ai jamais été sa maîtresse[7] ».

Claude Chirac a été un temps la compagne du judoka français Thierry Rey, champion olympique, dont elle a eu un fils, Martin (nommé Martin Chirac à l'état civil, et portant à l'occasion le nom d'usage Rey-Chirac), né le 22 mars 1996. Quelques mois après la naissance de l'enfant, les premières photos du petit garçon font la une de Paris Match. On y voit le président poussant le landau de son petit-fils lors d'un séjour estival au fort de Brégançon.

En 2011, Claude Chirac se marie avec Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de la présidence de la République[8].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Dufay, Catherine Pégard et Sophie Lambroschini, « Le conseiller le plus proche du président», in lepoint.fr, 25 janvier 1997.
  2. Anne Fulda, « Claude Chirac, du père à PPR », Le Figaro, 16 novembre 2007.
  3. Arrêté du 19 mai 1995 portant nomination à la présidence de la République, JORF no 118 du 20 mai 1995, p. 8447, NOR PREX9500830A, sur Légifrance.
  4. F.C., « Claude Chirac rejoint le groupe PPR », dans Le Figaro, 15 novembre 2007.
  5. AFP et Reuters, « Claude Chirac prend en charge la communication du groupe de François-Henri Pinault », dans Le Monde, 15 novembre 2007.
  6. Serge Raffy, La guerre des Trois, Fayard,‎ 2006 (lire en ligne), p. 37
  7. Propos recueillis par la journaliste Béatrice Gurrey dans Le Rebelle et le Roi, Albin Michel, 2004, 237 p. (ISBN 2-226-15576-7), et cités par Franz-Olivier Giesbert dans La Tragédie du président : Scènes de la vie politique, 1986-2006, Flammarion, Paris, 2006, 414 p. (ISBN 2-08-068948-7), p. 56.
  8. Paris : Bertrand Delanoë a marié Claude Chirac Le Parisien, 11 février 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]