Chris Kyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chris Kyle
Chris Kyle en 2012.
Chris Kyle en 2012.

Surnom Le Diable de Ramadi par les insurgés
The Legend par les SEALS
Naissance 8 avril 1974
Odessa
Décès 2 février 2013 (à 38 ans)
Glen Rose
Origine américaine
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme United States Navy
(SEAL Team 3)
Grade Chief Petty Officer (en)
Années de service 1999 – 2009
Conflits Guerre d'Irak
Distinctions Silver Star Medal (2)
Bronze Star Medal (Valor; 5)
Navy and Marine Corps Commendation Medal (1)
Navy and Marine Corps Achievement Medal (2)[1],[2],[3]
Signature
Chris Kyle Signature.png

Chris Kyle, né Christopher Scott Kyle le 8 avril 1974 à Odessa (Texas) et mort le 2 février 2013 près de Glen Rose au Texas, est un sous-officier et tireur d'élite de la marine américaine, membre des SEALs.

Surnommé « Le diable de Ramadi », il revendique avoir abattu 255 personnes durant la guerre d'Irak. Sur ce chiffre, 160 tirs létaux ont été officiellement confirmés par le Pentagone, ce qui fait de Kyle le tireur d'élite ayant tué le plus de personnes dans toute l'histoire militaire des États-Unis[4],[5].

Chris Kyle a été deux fois décoré de la Silver Star, cinq fois de la Bronze Star, dont une pour héroïsme (« Valor device »), une fois de la Commendation Medal de l'U.S. Navy et du Corps des Marines et deux fois de l’Achievement Medal. Bien qu'ayant été l'auteur de déclarations controversées, il est considéré comme un héros national et le meilleur sniper moderne par de nombreux citoyens des États-Unis[6]. Son autobiographie, American Sniper, a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2015 réalisée par Clint Eastwood, avec Bradley Cooper dans le rôle de Chris Kyle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Chris Kyle nait à Odessa au Texas. Il est le fils d'un enseignant de l'École du dimanche et d'une diaconesse. Son père lui achète sa première arme à feu à l'âge de sept ans, un fusil à verrou (bolt-action) .30-06 Springfield. Il lui offre ensuite un fusil de chasse avec lequel ils chassent le faisan, la caille et le cerf[7]. Kyle pense un temps devenir cowboy professionnel pour faire des rodéos de chevaux sauvages, mais il s’engage finalement en 1999 dans la marine des États-Unis.

Pendant la Guerre d'Irak[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre d'Irak.

Intégré au sein de l'équipe 3 des forces spéciales de la marine de guerre des États-Unis (SEAL) comme tireur d'élite, Chris Kyle participe lors de la Guerre d'Irak à toutes les batailles majeures de l'Opération liberté irakienne (Operation Iraqi Freedom)[4]. Il effectue son premier tir mortel à longue distance au cours de l'invasion initiale, lorsqu'il tue un enfant irakien[8] et sa mère[8] qui s’approchaient d'un groupe de Marines avec une grenade dégoupillée à la main[9].

Au cours de la deuxième bataille de Falloujah, alors que les Marines affrontaient plusieurs milliers d'insurgés, Kyle tue quarante combattants ennemis. En raison de ce record lors de son déploiement à Ramadi, les militaires le surnomment « The Legend » (en français « La Légende »), tandis que les insurgés le désignent sous le terme de « شيطان الرمادي », (Al-Shaitan Al-Ramadi ; en français : « le diable de Ramadi ») et mettent sa tête à prix pour 20 000 dollars américains[10], montant qui sera augmenté à 80 000 dollars par la suite ; ils affichèrent également des panneaux mettant en évidence la croix sur son bras comme un moyen de l'identifier[10],[1].

En 2008, à l'extérieur de Sadr City, Kyle réalise son tir létal le plus long (2 100 yards, soit un peu plus de 1,9 km), contre un insurgé qui s'approchait d'un convoi militaire armé d'un lance-missiles. Pour ce tir, il a utilisé un fusil de précision TAC-338, produit aux États-Unis par McMillan Firearms Manufacturing[11].

Au cours de ses périodes de service en Irak, Kyle est blessé deux fois et touché six autres fois par l'explosion d'engins explosifs improvisés (IED en anglais). En 2009, il quitte l'armée pour sauver son mariage. Selon une autre version, il doit rentrer précipitamment du front en raison de ses crises de panique, de palpitations et de sueurs froides[9].

Armes utilisées[12]
Arme Calibre Information
Mk 12 5,56 × 45 mm Otan Arme peu utilisée
Mk 11 7,62 × 51 mm Otan Arme peu utilisée
MK 13 .300 WinMag Arme la plus utilisée en Irak
McMillan TAC-338 .338 Arme reçue à la fin de sa carrière

Après l'Irak[modifier | modifier le code]

Taya Kyle, la femme de Chris Kyle.

Chris Kyle quitte la Marine américaine en 2009 et s'installe au Texas avec sa femme et ses deux enfants. Il dirige dès lors Craft International, une société militaire privée qui fournit des formations pour des tireurs d'élite militaires ou policiers et assure la sécurité de personnes privées[13].

En janvier 2012, il publie ses mémoires, American Sniper, écrits avec Scott McEwen et Jim DeFelice, dans lesquels il exprime son absence de remords vis-à-vis des personnes qu'il a tuées. Son seul regret est plutôt « de ne pas en avoir tué davantage », car il pense que le monde est un endroit bien meilleur sans les « sauvages » qui prennent des vies américaines[14]. Son autobiographie est traduite en français sous le titre American Sniper, l'autobiographie du sniper le plus redoutable de l'histoire militaire américaine.

En janvier 2012, lors d'un entretien lors du « Opie and Anthony (en) Show » avec Bill O'Reilly, Kyle affirme avoir frappé en 2006 l'ancien gouverneur du Minnesota et membre de l'UDT (Underwater Demolition Team (en)), Jesse Ventura, dans un bar à Coronado en Californie. Ceci serait arrivé pendant une veillée de prière pour la mort de Mike Monsoor, un Navy Seal et récipiendaire de la médaille d'honneur qui avait été tué en Irak la même année. Kyle a prétendu qu'il avait frappé l'ex-gouverneur, car celui-ci « répandait des commentaires contre la guerre à l'extérieur d'un bar que fréquentaient les Navy Seals ». Lors d'une entrevue subséquente, Ventura a nié avoir été frappé par Kyle, précisant qu'il ne l'avait jamais rencontré et qu'il n'avait jamais entendu parler de lui[15]. Ventura a également nié catégoriquement avoir dit quoi que ce soit pour dénigrer l'armée et a lancé une poursuite judiciaire contre Kyle pour diffamation[16]. Malgré la mort de Kyle en février 2013, Ventura annonce qu'il persévère dans sa poursuite et attaque par substitution la femme de Kyle[17].

D'autres incohérences apparaissent dans son discours. Se proclamant comme un « croisé de Dieu », Kyle avait indiqué avoir tué une trentaine de pilleurs lors de l'ouragan Katrina en 2005, sans qu'aucune trace de ces faits ne soit authentifiée. De même, pas de trace quand il disait avoir tué deux hommes qui voulaient lui voler son pick-up dans une station-service du Texas, en 2010[18].

Décès[modifier | modifier le code]

En 2013, Chris Kyle est sollicité par la mère de Eddie Ray Routh, un ancien Marine de 25 ans souffrant de trouble de stress post-traumatique suite à sa période de service dans l'armée où il fut éprouvé, notamment après une mission humanitaire à Haïti, après le tremblement de terre de 2010[8]. Elle lui demande de l'aider, sachant que Kyle s'occupe des vétérans en difficulté. Kyle accepte, et le 2 février 2013, en compagnie de son ami Chad Littlefield[19], il amène Eddie dans le stand de tir Rough Creek Lodge de Glen Rose[8], au sud-ouest de Fort Worth au Texas[19]. « Chris avait découvert un nouvel usage pour les armes : soigner », explique sa veuve Taya Kyle[8].

Chris Kyle et Chad Littlefield sont par la suite retrouvés morts, abattus de treize balles - celles-ci venant des armes de Kyle[20]. Eddie Ray Routh, instable mentalement[8], a déclaré après avoir été arrêté qu'il était persuadé qu’il allait tomber dans un piège, que l’armée allait lui « prendre son âme »[8]. Il a expliqué que c'était lui ou eux. « Si je prenais pas son âme, il allait emporter la mienne »[8].

Une chapelle ardente en l'honneur de Kyle est érigée le 11 février 2013 au stade Cowboys Stadium à Arlington au Texas. Il est inhumé le 12 février 2013, au cimetière de l'État du Texas à Austin, après une procession funéraire de Midlothian jusqu’à Austin qui s'étend sur 320 kilomètres. Des milliers d'Américains se sont rendus sur le tronçon de la route pour rendre un hommage à Chris Kyle, considéré comme un héros national pour beaucoup d'entre eux[6].

À la suite de son procès au Texas, Eddie Ray Routh est déclaré coupable du meurtre de Chris Kyle et Chad Littlefield[19]. Il est condamné à une peine de prison à perpétuité, excluant toute possibilité de libération anticipée[19]. Les jurés du tribunal de Stephenville (160 km au sud-ouest de Dallas), ne suivent pas la plaidoirie de la défense soutenant la « psychose » de Routh[21] quand celui-ci a abattu ses deux victimes[19].

Postérité[modifier | modifier le code]

Cérémonie de signature du « projet de loi Chris Kyle » au Capitole de l'État du Texas, le 28 août 2013.

Le 28 août 2013, le gouverneur du Texas, Rick Perry, signe un projet de loi, surnommé le « projet de loi Chris Kyle », afin de reconnaître la formation militaire dans la délivrance des licences professionnelles.

Son autobiographie fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2015 avec le film American Sniper, réalisé par Clint Eastwood, où l'acteur Bradley Cooper interprète le rôle de Chris Kyle.

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Chris Kyle, Scott McEwen, Jim DeFelice (2013), American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History. New York: William Morrow, 2012. (ISBN 0-062-08235-3) (OCLC 733224029)
  • (en) Chris Kyle, William Doyle (2013). American Gun: A History of the U.S. in Ten Firearms. New York: William Morrow, 2013. (ISBN 0-0622-4271-7) (OCLC 813286737)
  • American sniper / Chris Kyle ; avec Scott McEven et Jim DeFelice ; traduit de l'anglais (États-Unis) par Franck Mirmont ; adapté par Véronique Duthille / Paris : Nimrod, cop. 2012. (ISBN 978-2-915243-61-1)[22],[23]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Buiso, Gray, « Meet the big shot - SEAL is America’s deadliest sniper », New York Post,‎ January 1, 2012 (lire en ligne)
  2. (en) Michael Zennie, « 255 confirmed kills: Meet Navy SEAL Chris Kyle... the deadliest sniper in US history », Daily Mail, Londres,‎ 2 janv. 2012 (lire en ligne)
  3. (en) Harpercollins Publishers, « Discover Author Chris Kyle », Harpercollins.com,‎ 2010-03-24 (consulté le 2013-02-04)
  4. a et b (en) « Meet the big shot : SEAL is America’s deadliest sniper », Gary Buiso, New York Post, 3 janvier 2012.
  5. (en) « 255 confirmed kills: Meet Navy SEAL Chris Kyle », Michael Zennie, www.dailymail.co.uk - 3 janvier 2012.
  6. a et b (en) « The world's deadliest sniper: As a gripping film of his life is released, how one ruthless marksman claimed 255 victims - then died by the bullet himself », Guy Walters, sur le site www.dailymail.co.uk - 19 janvier 2015.
  7. (en) « American Sniper, Chris Kyle », Scott McEwen, Chris DeFelice, Harper Collins, 5 février 2012, (ISBN 0062082353)
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Corine Lesnes, « Eddie Ray Routh, l’anti-American sniper », Le Monde,‎ 22 février 2015 (lire en ligne)
  9. a et b « États-Unis : Chris Kyle, le sniper vedette revenu d'Irak sans remords », Sebastien Moll, Rue89, 31 janvier 2012.
  10. a et b (en) Raf Sanchez, « 'The Devil of Ramadi' named America's deadliest sniper », The Telegraph, 3 janvier 2012.
  11. (en) « McMillan TAC-338 Sniper Rifle », sur www.americanspecialops.com (consulté le 10 décembre 2014)
  12. American Sniper page 109
  13. (en) « Craft International »
  14. « Chris Kyle, le sniper le plus meurtrier de l'histoire américaine », Le Monde, Franck Berteau, 20 janvier 2012.
  15. (en) Paul Joseph Watson, « Ventura: Navy SEAL ‘Punch’ Hoax May be Retribution For Supporting Ron Paul », www.infowars.com - 9 janvier 2012.
  16. (en) Dan Browning, Dan « Jesse Ventura aims to get even with Navy SEAL in court », www.startribune.com, 24 février 2012.
  17. (en) Jessica Chasmar, « Ex-Minn. Gov. Jesse Ventura sues Navy SEAL Chris Kyle’s widow », Washington Times.com - 2 juin 2013.
  18. Maurin Picard, « Chris Kyle : « Je n'aime pas ce que vous avez fait, vous les Français... » », sur lefigaro.fr,‎ 17 février 2015 (consulté le 20 février 2015).
  19. a, b, c, d et e « L'homme qui a tué le véritable « American Sniper » condamné à la perpétuité » 20 Minutes.fr avec AFP - 25 février 2015.
  20. (en) Benjamin Hart, « Chris Kyle, Author Of 'American Sniper', Shot And Killed At Gun Range », in Huffington Post, 2 février 2013, article en ligne ; « Famed Navy SEAL Chris Kyle slain at gun range in N. Texas », in KHOU, 2 février 2013, article en ligne
  21. « Texas : le tueur d'un sniper de légende plaide la folie », Maurin Picard, Le Figaro.fr - 24 février 2015.
  22. http://www.idref.fr/168056445
  23. http://www.decitre.fr/livres/american-sniper-9782915243611.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]