Simo Häyhä

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simo Häyhä
Simo Häyhä durant la guerre d'Hiver.
Simo Häyhä durant la guerre d'Hiver.

Surnom la « Mort blanche »
Naissance 17 décembre 1905
Rautjärvi
Décès 1er avril 2002 (à 96 ans)
Hamina
Origine Finlandais
Allégeance Drapeau de la Finlande Finlande
Arme Sniper (Mosin-Nagant M28 « Pystykorva » modifié Finlandais, puis arme automatique)
Grade Caporal promu Sous-lieutenant
Années de service 19251940
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes guerre d'Hiver

Simo Häyhä (Simô Aie va, /simɔ ˈhæy̯hæ/), né en 1905 ou 1906 à Rautjärvi, et mort le 1er avril 2002 à Hamina[Notes 1],[1] (Finlande), est un soldat finlandais considéré comme étant le meilleur tireur d'élite de toute l'histoire[2].

Il fut surnommé Belaya Smert (Белая Смерть, la « Mort blanche ») par l'armée soviétique ; celle-ci déploya des moyens considérables pour l'abattre, car Häyhä fit dans ses rangs entre cinq et sept-cent victimes[Notes 2] ,[3] durant la guerre d'Hiver (1939 - 1940).

Biographie[modifier | modifier le code]

Simo Häyhä nait dans la petite ville de Rautjärvi, proche de la frontière actuelle avec la Russie, et débute son service militaire en 1925. Il combat en tant que tireur d'élite durant la Guerre d'Hiver (1939 - 1940).

Häyhä est officiellement crédité de la mort de 505 soldats soviétiques abattus au fusil. Le chiffre non officiel du champ de bataille de Kollaa est de 542 tués[4] auxquels s'ajouteraient 200 victoires au pistolet-mitrailleur Suomi KP31[3],[5].

Toutes ses victoires sont comptabilisées durant les cent jours antérieurs à sa blessure par balle. Avant cette blessure, les Russes tentèrent différentes tactiques, notamment d'autres tireurs d'élite et des bombardements d'artillerie pour l'éliminer. Cependant le meilleur résultat obtenu ne fut que la déchirure de la veste de Häyhä par un obus à fragmentation, le laissant sans une égratignure.

Matériel et tactiques utilisé[modifier | modifier le code]

Simo Häyhä après avoir été récompensé par le fusil honorifique Mosin-Nagant « Pystykorva » modèle 28.

Häyhä utilisait le fusil M28 « Pystykorva », une variante finlandaise du fusil Mosin-Nagant soviétique, car l'arme convenait bien à son petit gabarit de 1,52 m. Il préférait ne pas utiliser de lunette de tir pour diminuer la surface de sa silhouette (en effet, le tireur doit relever la tête lorsqu'il emploie une lunette), pour éviter tout problème de réflexion du soleil (pouvant révéler sa position) et pour éviter les risques de visibilité (de la buée se formant sur la lunette de tir). Il utilisait donc une mire métallique[2],[5].

Une autre tactique d'Häyhä consistait à compacter la neige devant lui, afin que le tir n'agite pas la neige, révélant ainsi sa position. Il gardait aussi de la neige dans sa bouche pour que la vapeur de sa respiration ne le trahisse pas[2]. Il était capable de rester des heures sans bouger, légèrement enseveli sous la neige, à des températures comprises entre -20° et -40 °C, et revêtu d'une tenue de camouflage entièrement blanche[6].

Blessure et fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Simo Hayha en 1940 après avoir été blessé et opéré à la mâchoire.

Le 6 mars 1940, Häyhä reçoit une balle dans la mâchoire. Le projectile dévie à l'impact et quitte sa tête sans le tuer. Il est ramassé par des soldats alliés qui affirmèrent à son propos « qu'il lui manquait la moitié de la tête ». Il reprend conscience le 13 mars 1940, jour où la paix est déclarée. Peu de temps après la guerre, Häyhä est promu du grade de caporal à celui de sous-lieutenant par le maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim.

Lors d'un entretien en 1998, à la question de savoir comment il était devenu aussi bon tireur, il répondit : « par la pratique »[2]. Lorsqu'on lui demanda s'il regrettait d'avoir tué tant de gens, il répondit : « Je n'ai fait que mon devoir, et ce que l'on m'avait dit de faire, du mieux que je le pouvais ». Simo Häyhä passe ses dernières années à Ruokolahti, une petite municipalité située dans le sud de la Finlande, près de la frontière russe. Il s'éteint en 2002, dans la ville finlandaise d'Hamina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date de naissance de Simo Häyhä n'est pas établie avec certitude : les biographies divergent sur ce point faute de documents officiels probants (voir la notice biographique suivante).
  2. Les sources concernant Simo Häyhä disponibles sur internet et reprenant les décomptes officiels publiés après-Guerre donnent des chiffres oscillant entre 705 et plus de 900 victimes. Il semble que ce dernier chiffre provient d'une confusion entre le décompte des tués au fusil, qui s'établit à 505 victoires créditées et 542 victoires revendiquées, et le décompte des tués au pistolet-mitrailleur, que les sources s'accordent à estimer à 200 : les sources indiquant plus ou moins 900 tués (à l'exemple de l'article de Shelly Barclay) additionnent par erreur deux fois les 200 victimes tuées au pistolet-mitrailleur. D'autres sources, enfin, ne comptent que les victoires officielles et omettent ainsi ces 200 victimes officieuses supplémentaires.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Brief background on Simo Häyhä », notice biographique rédigée à l'occasion d'une rencontre au musée de la Ligne Salpa en 2000.
  2. a, b, c et d (en) Shelly Barclay, « Simo Hayha: The Most Successful Sniper in History », synthèse de plusieurs sources biographiques sur Yahoo! Voices, 5 août 2010.
  3. a et b Notices biographiques sur les dix tireurs de précision les plus meurtriers de l'Histoire.
  4. (en) Liste (tenue à jour) des victoires de tireurs de précision de par le monde, classées par conflit depuis la Première Guerre mondiale.
  5. a et b (en) Récit d'une rencontre avec Simo Häyhä sur monsinnagant.net.
  6. (en) Page biographique sur Simo Häyhä.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]