Chiles en nogada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Présentation du plat.

Les chiles en nogada ˈtʃi.les.en.nɔ.ˈɰa.da sont un plat de cuisine mexicaine typique de l'État de Puebla. Il se prépare à partir de chiles poblanos, des piments de grande taille et à faible teneur en capsaïcine, que l'on farcit de picadillo à base de porc, et d'une sauce aux noix (la nogada, dérivé de nogal, « noyer »). Le tout est garni de graines de grenade.

Il se consomme généralement à la fin de l'été ou au début de l'automne lors de la saison des noix.

Histoire et culture populaire[modifier | modifier le code]

La légende veut que le plat ait été élaboré par le peuple de Puebla en l'honneur du « consommateur » de l'indépendance mexicaine, Agustín de Iturbide, le 28 août 1821, mais la date précise, au début des années 1820, n'est pas certaine[1],[2]. On rapporte aussi que l'empereur du Mexique indépendant était particulièrement friand de ce plat, dont la symbolique des couleurs seyait à son armée : le vert des piments (espérance), le blanc de la sauce (pureté) et le rouge des graines de grenade (passion pour la patrie) reproduisent les couleurs du nouveau drapeau mexicain[3],[2].

Les chiles en nogada sont ainsi devenus un plat national, que l'on prépara lors de la fête de l'indépendance, le 16 septembre[4],[5]. Plus généralement, il se consomme surtout à la fin de l'été ou au début de l'automne lors de la saison des noix[6]. La ville de Puebla organise fin août un festival du chile en nogada[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chiles en nogada (recipe) sur elise.com
  2. a et b (en) Anne L. Bower, Reel Food: essays on food and film, Routledge,‎ 2004 (ISBN 0-41597-111-X), p. 64
  3. (en) Cindy Pawlcyn, Big Small Plates, Ten Speed Press,‎ 2006 (ISBN 1-58008-523-7), p. 254
  4. (en) Jeffrey P. Pilcher, « Many Chefs in the National Kitchen: Cookbooks and Identity in Nineteenth-Century Mexico » dans William H. Beezley, Linda Ann Curcio (dir.), Latin American Popular Culture: An introduction, Rowman & Littlefield, 2000, p. 123 (ISBN 0-84202-711-4)
  5. (fr) Alain Musset, Géopolitique du Mexique, Complexes,‎ 1996 (ISBN 2-87027-624-9), p. 45
  6. (es) David Robichaux Haydel, « Sistemas agrícolas y manejo de vegetación en una comunidad de las tierras altas de Tlaxcala », dans Alba González Jácome, Amo Rodríguez (dir.), Agricultura y sociedad en México: Diversidad, enfoques, estudios de caso, Universidad Iberoamericana, 1999, p. 234 (ISBN 9-68856-575-X)
  7. (en) John Noble, Mexico, Lonely Planet,‎ 2006 (ISBN 1-74059-744-3), p. 217