Championnat de France de football 1935-1936

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Division 1
1935-1936

Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FFF
Édition 4e
Lieu Drapeau de la France France
Date du 25 août 1935
au 24 mai 1936
Participants 16 équipes
Statut des participants Professionnel
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon
Niveau inférieur Division 2 1935-1936
Palmarès
Tenant du titre FC Sochaux
Promu(s) en début de saison CS Metz
US Valenciennes-Anzin
Vainqueur RC Paris
Deuxième Olympique lillois
Troisième RC Strasbourg
Relégué(s) US Valenciennes-Anzin
Olympique Alès
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : France Roger Courtois (34)

Navigation

Le championnat de France de football 1935-1936 est la quatrième édition du Championnat professionnel en France. Il est remporté par le Racing Club de Paris qui signe à cette occasion un doublé coupe-championnat.

Clubs participants[modifier | modifier le code]

Club En D1 depuis
Olympique Alès 1934
FC Antibes 1932
AS Cannes 1932
SC Fives 1932
Olympique lillois 1932
Olympique de Marseille 1932
CS Metz 1935
FC Mulhouse 1934
RC Paris 1932
Red Star Olympique 1934
Stade rennais UC 1932
Excelsior AC Roubaix 1932
FC Sète 1932
FC Sochaux 1932
RC Strasbourg 1934
US Valenciennes-Anzin 1935

Résumé de la saison[modifier | modifier le code]

Lille fait longtemps figure de favori pour le titre et compte cinq points d'avance sur le Racing en janvier. En ne perdant que quatre points lors des treize dernières journées, le Racing refait rapidement son retard et prend la tête du championnat le 1er avril.

Caractériel, le gardien de but international autrichien du Racing Rudolf Hiden refusa de rejoindre son club à la reprise de la saison 1935-1936, et resta en vacances en Autriche dans l'attente d'une augmentation. Le président du Racing ne céda pas, et l'affaire traina plusieurs mois. Son ami Raoul Diagne, pourtant défenseur, le remplaça dans les buts du Racing pendant la première moitié de la saison 1935-1936. Rudi rejoignit finalement son club après six mois de bouderie, et put fêter avec ses coéquipiers le titre de champion de France 1936.

Compétition[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Tableau de résultats
Résultats (▼dom., ►ext.) OA FCA ASC SCF OL OM CSM FCM RCP RSO SRUC EACR FCS FCSM RCS USVA
Olympique Alès 1-2 3-1 0-3 1-1 3-3 1-1 3-3 0-2 0-0 2-6 3-2 1-2 0-0 0-2 3-5
FC Antibes 3-2 0-1 3-1 3-1 3-2 0-0 3-2 3-9 2-0 3-1 1-0 1-4 1-3 1-1 3-1
AS Cannes 3-1 2-1 1-0 0-0 3-1 2-1 2-2 0-2 2-1 6-0 2-3 3-2 1-0 0-2 5-1
SC Fives 1-2 1-1 5-1 1-1 1-2 3-0 3-0 2-0 2-1 1-3 1-0 3-0 2-1 0-1 3-2
Olympique lillois 3-0 6-3 1-1 1-0 1-0 3-0 4-0 4-0 2-1 0-0 3-2 0-2 2-3 4-0 3-0
Olympique de Marseille 2-0 4-1 3-0 3-2 1-0 3-0 6-2 2-5 1-4 7-1 2-5 1-0 4-1 1-0 1-0
CS Metz 1-1 2-1 2-1 0-2 1-2 5-2 2-1 1-2 5-1 2-0 3-5 3-1 3-2 5-1 5-4
FC Mulhouse 3-3 2-2 2-2 3-1 2-3 3-1 3-0 3-0 3-2 2-2 0-4 2-1 3-6 2-4 3-2
RC Paris 3-1 3-2 5-0 4-0 2-3 2-2 3-5 3-1 4-1 4-0 3-2 2-1 1-1 4-1 2-1
Red Star Olympique 1-2 4-1 0-3 1-4 0-2 0-2 6-2 7-1 1-4 0-1 3-2 1-1 2-2 1-2 2-0
Stade rennais UC 2-0 2-1 1-3 2-3 1-1 1-1 2-0 5-1 0-3 3-0 2-2 1-0 1-1 2-0 1-1
Excelsior AC Roubaix 1-1 2-0 2-0 4-3 1-2 1-1 2-3 4-0 0-2 6-4 1-1 2-0 2-2 2-1 3-1
FC Sète 1-0 4-0 2-0 1-0 2-1 1-0 2-1 3-1 1-1 3-2 4-2 1-3 1-4 3-1 1-1
FC Sochaux 7-0 5-1 1-1 0-0 1-1 4-0 6-0 0-1 2-2 0-1 2-0 6-2 2-2 1-1 12-1
RC Strasbourg 6-1 2-1 0-2 2-1 3-2 4-1 4-0 3-0 0-1 6-0 8-0 1-0 4-0 2-1 4-0
US Valenciennes-Anzin 2-4 0-0 2-5 1-2 1-5 2-2 3-1 8-2 5-3 0-2 3-1 4-0 5-3 0-5 1-1
  •      Victoire à domicile
  •      Match nul
  •      Victoire à l'extérieur

Classement final[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 RC Paris C 44 30 20 4 6 81 45 1,8
2 Olympique lillois 41 30 17 7 6 62 32 1,938
3 RC Strasbourg 39 30 18 3 9 67 37 1,811
4 FC Sochaux T 35 30 12 11 7 81 38 2,132
5 AS Cannes 35 30 15 5 10 53 46 1,152
6 Olympique de Marseille 33 30 14 5 11 61 55 1,109
7 FC Sète 32 30 14 4 12 49 48 1,021
8 SC Fives 31 30 14 3 13 51 41 1,244
9 Excelsior AC Roubaix 31 30 13 5 12 65 56 1,161
10 Stade rennais UC 28 30 10 8 12 44 62 0,71
11 CS Metz P 27 30 12 3 15 54 69 0,783
12 FC Antibes 25 30 10 5 15 47 68 0,691
13 FC Mulhouse 22 30 8 6 16 53 89 0,596
14 Red Star Olympique 19 30 8 3 19 49 68 0,721
15 US Valenciennes-Anzin P 19 30 7 5 18 57 87 0,655
16 Olympique Alès 19 30 5 9 16 39 72 0,542
Résultat
  •      Champion de France 1935-1936
  •      Vice-champion de France 1935-1936
  • Relégation
  •      15e et 16e : relégation en Division 2
  • Abréviations

    T : Tenant du titre
    C : Vainqueur de la Coupe de France 1935-36
    P : Promus de Division 2

En cas d'égalité entre deux clubs, le premier critère de départage est la moyenne de buts.

Leader journée par journée[modifier | modifier le code]

Racing Club de France Football-Levallois 92 Olympique lillois (football) Racing Club de France Football-Levallois 92 Olympique lillois (football) Football Club de Sète 34 Football Club Sochaux-Montbéliard

Tableau d'honneur[modifier | modifier le code]

Montent en D1 FC Rouen RC Roubaix
Descendent en D2 US Valenciennes-Anzin Olympique Alès

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Meilleure attaque : le RC Paris avec 81 buts marqués (45 à domicile et 36 à l'extérieur)
  • Meilleure défense : l'Olympique lillois avec 32 buts encaissés (12 à domicile et 20 à l'extérieur)

913 buts furent marqués au cours des 240 matchs de la saison, soit une moyenne de 3,80 buts par match.

345 joueurs (le même nombre que la saison précédente) sont utilisés. Avec 25 joueurs différents alignés en D1, Alès fit appel à l'effectif le plus nombreux. À l'inverse, Lille et Sète utilisèrent seulement 18 joueurs.

21 joueurs disputèrent l'ensemble des rencontres de D1 de la saison. Trois gardiens de but : Vandini (Cannes), Defossé (Lille) et Papas (Strasbourg). Huit défenseurs : Masset (Antibes), Dhulst (Excelsior), Casy (Mulhouse), Alloué (Souchaux), Beaucourt (Lille), Scharwath (Strasbourg, Gonzalès (Fives) et Pleyer (Rennes). Six milieux de terrain : Amand (Antibes), Fecchino (Antibes), Lietaer (Excelsior), Jordan (RC Paris), Rodriguez (RC Paris) et Méresse (Fives). Quatre attaquants : Rodriguez (Excelsior), Benouma (Sète), Higgins (Lille) et Aston (Red Star). Papas, Dhulst, Casy et Aston figuraient déjà sur la liste des « assidus » la saison dernière.

La meilleure affluence de la saison est enregistrée lors du match RC Paris - Olympique Lillois au Parc des Princes le 26 janvier 1936 avec 27 193 spectateurs.

Le 25 août 1935, l'international suisse André Abegglen (FC Sochaux) marque sept buts lors du match contre l'US Valenciennes-Anzin. C'est le record du genre en D1 française. Il sera égalé deux ans plus tard par Jean Nicolas (FC Rouen), le 1er mai 1938.

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Place Joueur Nationalité Club Buts
1er Roger Courtois Drapeau de la France France FC Sochaux 34
2e Oskar Rohr Drapeau de l'Allemagne Allemagne RC Strasbourg 28
3e Antoine Franceschetti Drapeau de la France France AS Cannes 23
- Roger Couard Drapeau de la France France RC Paris 23
5e Frederick Kennedy Drapeau de l'Angleterre Angleterre RC Paris 19
6e Jean Lauer Drapeau de la France France SC Fives 18
7e Jean Sécember Drapeau de la France France Excelsior AC Roubaix 17
8e André Abegglen Drapeau de la Suisse Suisse FC Sochaux 16
9e Henri Hiltl Drapeau de l'Autriche Autriche Excelsior AC Roubaix 15
- Mario Zatelli Drapeau de la France France Olympique de Marseille 15

Les champions de France[modifier | modifier le code]

Effectifs utilisés[modifier | modifier le code]

Club Effectif utilisé en D1 en 1935-36 (matchs joués, buts marqués)
Olympique Alès Aoued (29), Bandon (3), Becic (11), Begio (1), Bernardi (23), Bousquet (2), Cabannes (24), Cellar (16), Dautheribes (13), Eybalin (7), Gebellin (23), Herceg (7), Janin (5), Langeard (6), Laurent (24), Mary (5), Mazelle (2), Lioch (8), Nègre (2), Padron (21), Petit (28), Pybert (21), Rodriguez (17), Smoker (7), Somlaï (25). (1 but contre son camp de Cernicki de Fives et 1 de Heil de Valenciennes).
FC Antibes Amand (30), Auvergne (12, 1), Bonnel (1), Cavalera (2), Chaniel (2), Dupuis (8, 3), Ehms (27), Fecchino (30, 1), Guidicelli (10, 1), Grunbaum (10), Hudecek (20, 9), Kauffmann (11), Kern (25, 9), Martin (6), Marzelli (2), Masset (30), Meliga (26, 1), Mosselli (23, 6), Planquès (25, 12), Semeria (29, 2) et Stuerga (1). (1 but contre son camp de Conchy de Marseille)
AS Cannes Babineck (14, 4), Bardot (12, 1), Begnis (1), Borges (1), Calecca (1), Cauvin (2), Cler (27, 1), Cornilli (22), Finn (18), Franceschetti (29, 23), Guimbard (25, 8), Kekeiss (14), Kovacs (20, 5), Miquel (18, 2), Mori (18), Pasquini (19, 4), Pawlack (17), Schwartz (28), Tourniaire (13), Trenna (1) et Vandini (30). (1 but contre son camp de Bernardi et 1 but de pénalité attribué par la commission)
SC Fives Bara (1, 1), Berry (1), Bourbotte (29), Chalvidan (27, 7), Cernicky (23), Cheuva (26, 7), Conotte (5), Czubach (12, 4), Dalheimer (27), Dhoat (1), Deloose (1), Delourme (5), Gonzalès (30), Jankowski (1), Juszezyck (1), Jean Lauer (27, 18), Jos Lauer (11), Leleu (19), Méresse (30), Saint-Pé (13, 6), Sefelin (28), Synaghel (2), Van de Putte (2) et Wasilcwski (8, 2). Entraîneur : George Berry. (1 but contre son camp de Hummel de Strasbourg)
Olympique lillois Bariseau (7, 1), Beaucourt (30, 1), Bigot (22, 14), Cahours (21), Cantegrit (1), Cléau (29), Decottignies (23, 10), Défossé (30), Delannoy (20, 7), Grauby (17), Higgins (30, 12), Laurent (1), Leblanc (1), Lukacs (12, 3), Muller (10, 4), Vandooren (29), Volante (24, 1) et Windner (23, 7). Entraîneur : Ted Magner. (1 but contre son camp de Bourbotte de Fives et 1 de Desrousseaux de l'Excelsior)
Olympique de Marseille Alcazar (26, 11), Bastien (29, 2), Bistolfi (2), Bruhin (17), Cavalli (11), Conchy (20), Crut (1), Curcuru (11), Di Lorto (26), Durand (15, 1), Eisenhoffer (3, 1), Erévanian (2), Gorelli (3), Janin (23, 4), Kohut (29, 9), Kurka (25), Mester (16, 3), Pascal (4), Rabih (3), Roviglione (18, 4), Zatelli (19, 15) et Zermani (27, 7). Entraîneur-joueur : Joseph Eisenhoffer. (1 but contre son camp de Petit d'Alès)
CS Metz Altuna (8, 2), Archen (7), Buhrer (4, 1), Fosset (25, 1), Gara (6), Gottwald (20, 8), Hanke (27, 7), Hauswirth (23), Hibst (26), Kappé (29), Lorrain (1), Manville (1), Marchal (24, 1), Muller (4, 1), Nuic (12, 1), Roger (19, 9), Rohrbacher (28, 10), Schobert (2, 2), Thomas (2), Van Caeneghem (18, 10), Watrin (14), Weigarten (2, 1) et Zehren (28). Entraîneur : Peter Fabian.
FC Mulhouse Badina (13), Bilger I (16, 1), Bilger II (1), Brehm (7, 1), Casy (30), Flegel (15, 10), Gasco (5), Gruenfeld (19, 7), Harthong (21, 1), Heinrich (18, 1), Hornus (13), Kauffmann (27, 8), Korb (27, 2), Kumhoffer (23), Loewinger (8), Naegelen (7, 3), Reiminger (3, 1), Springnisfield (1, 1), Unser (26), Vovard (17), Weselik (25, 14) et Zolg (8). Entraîneur : Fritz Kerr. (1 but contre son camp d'Andoire du Red Star, 1 de Lalloué de Sochaux et 1 de Franquès de Sète)
RC Paris Banide (26), Branca (4), Bohé (4, 1), Raymond Couard (1), Roger Couard (22, 23), Delfour (30, 4), Diagne (28), Dupuis (11), Fournis (1), Galey (3), Gauteroux (8), Hiden (8), Jordan (30, 3), Kennedy (29, 19), Mathé (12, 7), Mercier (18, 8), Ozenne (11, 8), Roux (22), Schmitt (18), Veinante (27, 4), Zivkovic (7, 5). Entraîneur : George Kimpton. (1 but contre son camp de Daumin du Red Star)
Red Star Olympique Acht (14), Andoire (25), Andrieux (2), Aston (30, 5), Burlotte (19), Chantrel (24), Conchy (23, 1), Daumin (18, 1), Delmer (23), Dominique (12), Gonzalès (16), Laporte (12, 1), Lorentz (12), Morel (9), Moulet (5), O'Neill (21, 11), Penot (1), Pinel (3), Pohan (9), Sas (21, 12), Schweitzer (4), Ségaux (13, 8) et Stábile (14, 10). Entraîneur-joueur : Guillermo Stábile.
Stade rennais UC Bambridge (27), Barlemann (23, 3), Belliard (1), Boccon (18, 2), Braun (28), Castro (19, 5), Chauvel (27, 5), Collet (2), Delourme (6), Fitoussi (2), Gardet (14), J. Laurent (26, 1), Le Guerrier (8, 2), Le Moal (4), Lopez (16, 3), Mayboek (13, 9), Pleyer (30), Rose (26, 1), Rouxel (9, 1), Schneider (5), Villacampa (18) et Wollweiler (13, 8). Entraîneur-joueur : Josef Schneider. (1 but contre son camp d'Hummel de Strasbourg, 1 de Gonzalès de Fives, 1 de Llense de Sète et 1 d'O'Neil du Red Star)
Excelsior AC Roubaix Ackermann (2), Barbieux (4), Brouwers (23), Camporciero (1), Sécember (21, 17), Desrousseaux (28), Dhulst (30), Frutoso (25, 6), Martin (28, 10), Gonzalès (28), Hiltl (29, 15), Jaeger (1), Kalmar (16, 3), Liétaer (30), McCabe (1), Ortin (20), Renwick (3, 2), Rodriguez I (30, 9), Rodriguez II (2, 2), Schweiger (3), Vermeuren (3, 1) et Vincent (2).
FC Sète Acimovic (28), Ben Bouali (28), Benouma (30, 4), Bouzat (5), Charles (1), Chincholle (4), Clarenc (6, 2), Cros (14, 1), Franques (29), Gabrillargues (26, 5), Gérard (28, 6), Hillier (27), Iriondo (14, 14), Koranyi (17, 7), Llense (25), Médan (15), Monsallier (29, 6) et Weiskopf (4, 3). (1 but contre son camp pour Ehms d'Antibes)
FC Sochaux Abegglen (19), Belko (10), Cazals (1), Courtois (28), Duhart (17), Finot (16), Gougain (20), Hug (10), Jacquin (6), Lalloué (30), L. Laurent (7), Lehmann (26), Leslie (18), Libérati (6), Mattler (29), Maschinot (7), Pretto (3), Rafaat (4), Sarrieux (4), Simonyi (15), Szabo (25), Wagner (27) et Williams (2). Entraîneur : Conrad Ross puis André Abegglen, comme entraîneur-joueur. (1 but contre son camp pour Brouwers de l'Excelsior, 1 pour Petit d'Alès, 1 pour Cornilli de Cannes et d'Ortin de l'Excelsior)
RC Strasbourg Bauer (25), Cay (7, 2), Chloupeck (12, 5), Fettig (2), Guerhard (1), Halter (28), Heisserer (28, 13), Hoffmann (15, 2), Hummel (28), C. Keller (28, 8), F. Keller (17, 5), Papas (30), Rieth (1), Rohr (28, 28), Schaden (28, 1), Scharwath (30), Streicher (6), Veillard (2), Walk (13, 2) et Zeh (1). Entraîneur : Josef Blum. (1 but contre son camp de Szabo de Sochaux)
US Valenciennes-Anzin Buirette (12), Chardar (27), Ducatellon (12), Gibson (9, 4), Heil (17), Ignace (28, 11), Kovacs (10), Meuris (27), Motschmann (26, 10), O'Dowd (10), Parmentier (18), Peiffert (7), Pinteau (25, 14), Plummer (18, 6), Russel (1), Thiery (20), C. Tison (19), S. Tison (1), Waggi (29, 10) et Whitehouse (14, 1). Entraîneur : Griffiths. (1 but contre son camp de Défossé de Lille)

Sources[modifier | modifier le code]