Red Star Football Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Red Star Football Club 93)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Red Star (homonymie).

Red Star FC

Logo du Red Star FC
Généralités
Nom complet Red Star Football Club
Surnoms Le Red
Fondation 1897
Statut professionnel 1932-1948 / 1952-1960
1961-1978 / 1992-2001
Couleurs vert et blanc
Stade Stade Bauer
(10 000 places)
Siège 92, rue du Docteur Bauer
93400 Saint-Ouen
Championnat actuel National
Président Drapeau : France Patrice Haddad
Entraîneur Drapeau : France Sébastien Robert
Site web www.redstar.fr
Palmarès principal
National[1] Champion de France D2 (2)
Coupe de France (5)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de football National 2014-2015
0

Le Red Star FC est un club de football français, fondé à Paris en 1897 sous le nom de Red Star Club Français et basé depuis 1909 à Saint-Ouen en proche banlieue. Il a pour cofondateurs Jules Rimet, futur président de la Fédération française puis de la Fédération internationale de football, créateur de la Coupe du monde de football, son frère Modeste Rimet, Charles de Saint-Cyr et Ernest Weber. Avec plus de cinquante saisons de professionnalisme et cinq victoires en Coupes de France, le Red Star est un club historique du football français.

Le club, présidé par Patrice Haddad, évolue en National (D3) depuis la saison 2011-2012. Il dispute ses matchs au Stade Bauer.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts du Red Star (1897-1907)[modifier | modifier le code]

Le haut-saônois Jules Rimet, co-fondateur du Red Star

Le 21 février 1897, Jules Rimet[2] réunit son frère cadet Modeste, Charles de Saint-Cyr et Ernest Weber dans un café du 7e arrondissement de Paris, à l'angle de l'avenue de la Bourdonnais et de la rue de Grenelle, dans le quartier du Gros Caillou. Le Red Star, club omnisports, y est fondé. Le nom est donné selon la légende en référence à l'étoile rouge de Buffalo Bill ou en référence à Miss Jenny, gouvernante anglaise des Rimet choisie comme marraine du club [3]. Le premier comité est désigné par Jules Rimet ; son beau-frère, Jean de Piessac, fonctionnaire du ministère de la guerre, devient président et son frère secrétaire du club. Les statuts sont déposés sous le nom du Red Star Club, par les frères Rimet le 12 mars 1897 auprès de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques, une fédération omnisports, puisqu'on pratique alors le football, la lutte, l'escrime et le cyclisme. Le siège social est fixé au Café Piolat et les membres qui sont rapidement une centaine doivent payer un franc par mois[4].

Le club dispute le championnat de Paris de troisième série de l'USFSA. Il joue en bleu marine et blanc au Champ-de-Mars mais est rapidement écarté par la spéculation immobilière[4] et déménage à Meudon sur un terrain dominant la vallée de la Seine puis au petit vélodrome local. Jules Rimet, président depuis le départ de Jean de Piessac, délaisse la section football pour s'occuper des sports roi de l'époque, l'athlétisme et la course à pied. Le club progresse de troisième série en deuxième, puis en première, dispute la finale du championnat de Paris à Joinville-le-Pont le 16 avril 1904 face au Club Athlétique Français, la perd puis redescend en deuxième série[5].

L'âge d'or du Red Star (1907-1946)[modifier | modifier le code]

L'équipe du Red Star en 1910.

En 1907, le Red Star fusionne avec l'Amical Football Club et devient le Red Star Amical Club. Il quitte Meudon pour un terrain proche de la station de métro Grenelle (aujourd'hui Bir-Hakeim) qui est vendu peu après pour abriter le Vélodrome d'Hiver. En 1909, le club déménage à Saint-Ouen (Seine) au Stade de Paris, récemment construit rue de la Chapelle derrière le célèbre marché aux puces de Saint-Ouen. Le 24 octobre 1909, le stade est inauguré lors d'un match international opposant le Red Star à l'équipe anglaise d'Old Westminsters F.C. (en)[6]. Le stade, devenu stade Bauer, abrite le club jusqu'en juin 1998 où sa vétusté oblige le club à déménager. Alors en Division 2, il s'installe au stade de Marville au parc de La Courneuve. Il retrouve le stade Bauer le 12 octobre 2002, après être descendu de trois divisions.

En 1912, le Red Star, entraîné par Roland Richard, est champion de la nouvelle Ligue nationale créée en 1910-1911 et concurrente de trois autres fédérations avant que la FFFA (Fédération française de Football Association) se créée le 7 avril 1919. En 1913, le Red Star Amical Club a disputé un match amical contre le club londonien de Tottenham Hotspur.

L'équipe du Red Star en 1921.

En 1921, 1922 et 1923, le Red Star remporte la Coupe de France :

En 1926, le Red Star fusionne avec l'Olympique de Paris et devient le Red Star Olympique. Le maillot rayé marine et blanc disparaît au profit d’une chemisette blanche.

Le 8 mai 1928, le club remporte sa quatrième Coupe en battant le Cercle Athlétique de Paris (3-1) au Stade de Colombes devant 30 000 spectateurs : buts de Paul Wartel, Brenna Egil Lund et Juste Brouzes. Paul Nicolas, vainqueur de sa quatrième coupe, et Paul Baron, futur entraîneur du Racing, étaient de l'équipe.

En 1932, le football devient professionnel et se créée un championnat de France avec deux poules de division nationale. Le Red Star Olympique est un des premiers clubs à devenir professionnel. Il dispute le premier Championnat de France professionnel en 1932-33. Son premier match se joue non au Stade de Paris en travaux mais au Stade Élisabeth de la Porte d'Orléans à Paris. Le match est perdu 2-3 face à l’Olympique d’Antibes. En fin de saison, le Red Star est relégué en Division 2. Champion la saison suivante, il retrouve une Division 1 à poule unique. Le Red Star adopte alors le maillot vert à manches blanches, couleurs initiales de l'Olympique de Paris. Le club y reste jusqu’à la saison 1937-38.

En 1941, le Red Star Olympique perd en finale de Coupe de France - Zone occupée face au Bordeaux (3-1). En 1942, après avoir battu Reims (1-0) en finale de Coupe de France - Zone occupée et Lens en finale Inter-zone (1-1 à Saint-Ouen puis 5-2 au Parc des Princes), le Red Star Olympique remporte le 17 mai sa cinquième Coupe de France en battant Sète 2-0 à Colombes devant 44 654 spectateurs (buts de Henri Joncourt et de Fred Aston). L'équipe comptait dans ses rangs Julien Darui, Helenio Herrera, Fred Aston, André Simonyi et Georges Meuris, capitaine.

Le déclin (1946-1978)[modifier | modifier le code]

Le 26 mai 1946, le Red Star Olympique dispute la finale de Coupe de France et perd 4-2 contre Lille OSC (4-2) à Colombes devant 59 692 spectateurs.

En 1948, le Red Star fusionne avec le Stade français et devient le Stade français - Red Star. Après deux saisons médiocres, il renonce au football professionnel. En 1952, il réintègre le championnat de France de D 2 et retrouve le Stade de Paris.

En fin de saison 1954-55, le Red Star Olympique Audonien peut accéder à la Division 1 en terminant deuxième mais, à la suite de l'enquête du Groupement des clubs professionnels, dirigé par Paul Nicolas, sur des malversations, il reste en D 2. Il y évolue jusqu'en 1960 où il est exclu du football professionnel. L'exclusion ne durera qu'un an et le club retrouve la D 2 en 1961.

En 1964-1965, il accède à la première division mais est relégué l'année suivante. En 1967, après fusion avec le... Toulouse Football Club, le Red Star Olympique Audonien devient le Red Star Football Club et accède à nouveau à la première division.

Le club dispute alors six saisons consécutives en première division, six saisons difficiles puisque le meilleur classement est treizième. Le club est relégué en fin de saison 1972-1973 puis remonte en devançant en championnat le Paris SG et l'US Toulouse avant d'être à nouveau relégué en fin de saison 1974-1975 qui est la dernière disputée au plus haut niveau

Cette année-là, une troisième tribune de 7 500 places a été construite au Stade de Paris le long de la rue du Docteur Bauer. Après trois saisons en D 2, le club dépose le bilan, en 1978, et repart en division d'honneur sous le nom de Association Sportive du Red Star.

L'Association Sportive du Red Star (1978-1999)[modifier | modifier le code]

Le club reste deux ans en division d'honneur, avant de réussir trois promotions successives qui lui permettent de retrouver la D2 à l'été 1982, puis est de nouveau relégué cinq ans plus tard.

En 1989, le Red Star remonte en D2 puis obtient son maintien de justesse en 1990. La saison 1991-1992 est marquée par un beau parcours en Coupe de France, avec une élimination en quart de finale contre l'AS Cannes (1-0). La saison suivante, le club obtient à nouveau le statut professionnel, et termine aux portes de la promotion en D1 en quatrième position. Le club reste solidement ancré en deuxième division les saisons suivantes.

Durant l'été 1998, le club doit s’installer au stade Marville de La Courneuve, le Stade Bauer n'étant plus aux normes. Le Red Star en profite alors pour déposer un dossier de candidature pour devenir club résident du Stade de France, récemment inauguré. Il y organise même un match de championnat de D2 face à l'AS Saint-Étienne, ainsi qu'un derby face au Racing club de Paris pour célébrer le centenaire du club.

La chute, un retour difficile (depuis 1999)[modifier | modifier le code]

En 1999, le club est relégué en National et la DNCG s'oppose à l'installation du Red Star au Stade de France.

Loin de ses ambitions de remontée immédiate, le club brille néanmoins encore dans les coupes nationales. Durant la saison 1999-2000, il est éliminé en huitièmes de finale de la Coupe de France contre Lyon (2-1) puis en demi-finale de la Coupe de la Ligue contre le futur vainqueur Gueugnon (2-2 après prolongation et 12 tirs au but à 11).

La saison suivante, le club termine dernier de National et perd à nouveau son statut professionnel. Sa chute ne s'arrête pas là puisque ses problèmes financiers entraînent une relégation en CFA 2 en 2002, puis en DH en 2003. Entre temps, le club, est revenu fin 2002 au Stade Bauer où aucune rénovation n'a été entreprise.

Comme en 1978, le Red Star végète 2 ans en DH, puis remonte en CFA 2 en 2005, et en CFA en 2006.

En 2009, le club frôle la relégation mais un point de pénalité infligé par la FFF à la suite d'incidents de supporteurs est annulé en justice. Le Red Star recrute alors Alain Mboma, l’entraîneur à succès de Villemomble.

Présentation de l'équipe au stade Bauer lors du match contre Fréjus-Saint-Raphaël du 5 août 2011

En 2011, l'équipe parisienne termine seconde du championnat et profite de la relégation administrative de Grenoble en CFA 2 pour être promue en National.

Mais cette annonce tardive de montée, l'adaptation compliquée à la pelouse synthétique [7] et le départ d'Alain Mboma au Paris FC rendent le début de saison très difficile. Dès octobre, le nouvel entraîneur, Athos Bandini, est débarqué au profit de Vincent Doukantié. A mi-saison, le club est revenu dans la course pour le maintien, et s'offre un match de gala au Stade de France pour les 1/32 de finale de la Coupe de France 2012 où il a affronté l'Olympique de Marseille le 7 janvier 2012 devant près de 45 000 supporters[8]. Puis, à la faveur d'un sprint final de cinq victoires en six rencontres, le Red Star assure son maintien en National.

Le 24 mai 2014, le club termine septième du championnat National avec 48 points et poursuivra donc la saison prochaine en National. La DNCG valide le maintien du club en National. Annoncé candidat à la montée en Ligue 2, comme chaque année, le club effectue un mercato ambitieux et recrute chez les professionnels[9].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Identité et image[modifier | modifier le code]

Dénomination du club[modifier | modifier le code]

  • Red Star Club Français de 1897 à 1906.
  • Red Star Amical Club de 1906 à 1927 à la suite de la fusion avec l'Amical Football Club.
  • Red Star Olympique de 1927 à 1946 à la suite de la fusion avec l'Olympique de Paris.
  • Red Star Olympique Audonien de 1946 à 1948.
  • Fusion « Stade français-Red Star » de 1948 à 1950.
  • Red Star Olympique Audonien de 1950 à 1967.
  • Red Star Football-Club de 1967 à 1978 à la suite de la fusion avec Toulouse FC.
  • AS Red Star de 1978 à 1984.
  • AS Red Star 93 de 1984 à 2003.
  • Red Star FC 93 de 2003 à 2012.
  • Red Star Football Club depuis 2012.
  • Section professionnelle : 1932-1948, 1952-1960, 1961-1978, 1993-2001.

Évolution du logotype[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

Historique des maillots à domicile du Red Star[10]
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1900-1920
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1930-1960
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
années 1970-2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
depuis années 2010

Équipementiers du club[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Le Stade de Paris est le stade de l'équipe de football du Red Star depuis 1909. Il est souvent appelé « Stade Bauer » en référence au résistant du même nom, le docteur Bauer, qui a aussi donné son nom à la rue bordant le stade. Il est situé sur la commune de Saint-Ouen, en proche banlieue parisienne.

Cette enceinte est inaugurée le 24 octobre 1909 à l'occasion d'un match amical Red Star - Old Westminster (club amateur londonien)[6]. Ce stade accueille quelques matchs de l'équipe de France A avant la Première Guerre mondiale. Le stade devient dès 1909 le stade du Red Star.

Le Stade Bauer est aujourd'hui placé au coeur d'un débat opposant les partisans de sa rénovation[11] , d'une part, et les soutiens d'une délocalisation du club vers une nouvelle enceinte, jugée mieux adaptée aux exigences du "football moderne", d'autre part.

Un nouveau projet de stade, sur les Docks de Saint-Ouen et défendu par la direction actuelle du club, serait envisagé à l'horizon 2018-2025[12], bien qu'aucune étude sérieuse n'ait été réalisée sur le sujet.

Les défenseurs du stade Bauer, au delà d'avoir engagé des études de faisabilité indépendante sur la possibilité d'une rénovation du stade (compatibilité avec le tissu urbain, exigences de sécurité...)[13], tente d'intégrer la question du stade Bauer dans le débat local (auprès des riverains, de la municipalité et des associations de quartier).

En réponse, la mairie de Saint-Ouen confirme en juillet 2013 le lancement d'une étude urbaine sur le sujet[14]

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions régionales
Anciennes compétitions

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
D1/L1 19 0 642 168 169 305 865 1211 -346
D2/L2 34 2 1226 470 330 426 1752 1678 +74

Personnalités[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif du Red Star FC de la saison 2013-2014 au 24 mars 2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[15] Nom Date de naissance Sélection[16] Club précédent
1 G Drapeau de la France Allain, BobbyBobby Allain 28/9/1991 (22 ans)
US Ivry
16 G Drapeau de la France Planté, VincentVincent Planté 19/11/1980 (33 ans)
En Avant Guingamp
30 G Drapeau du Cameroun Tchintcho, YannickYannick Tchintcho 28/2/1994 (20 ans)
La Berrichonne de Châteauroux
2 D Drapeau de la France Marie, RomualdRomuald Marie 19/5/1988 (26 ans)
Vendée Poiré-sur-Vie Football
3 D Drapeau de la France Antunès, FabienFabien Antunès 19/11/1991 (22 ans)
JA Drancy
4 D Drapeau de la Tunisie Ben Amor, KarimKarim Ben Amor 28/6/1986 (28 ans)
Stade tunisien
6 D Drapeau de la France Cros, PierrickPierrick Cros 17/3/1992 (22 ans)
ES Uzès Pont du Gard
13 D Drapeau de la France Ielsch, JulienJulien Ielsch 5/3/1983 (31 ans)
Amiens SC
14 D Drapeau de la France Allegro, SamuelSamuel Allegro Capitaine 14/3/1978 (36 ans)
Amiens SC
27 D Drapeau de la France Kamissoko, MamadouMamadou Kamissoko 15/4/1993 (21 ans)
Girondins de Bordeaux
26 M Drapeau de la France Fardin, LudovicLudovic Fardin 8/6/1985 (29 ans) Martinique 0 Formé au club
21 M Drapeau de la France Lafon, AlexisAlexis Lafon 26/1/1986 (28 ans)
FC Martigues
8 M Drapeau du Mali Sidibé, DjibrilDjibril Sidibé 23/3/1982 (32 ans) Mali Hapoël Ashkelon FC
15 M Drapeau de la France Orsattoni, Jean-MichelJean-Michel Orsattoni 5/8/1991 (23 ans)
Tarbes Pyrénées Football
10 M Drapeau de l’Argentine Castro, RodrigoRodrigo Castro 11/6/1993 (21 ans)
Girondins de Bordeaux
5 M Drapeau de la France Ricca, AnthonyAnthony Ricca 3/3/1986 (28 ans)
AEK Athènes
28 M Drapeau de la France Ndinou, FranckFranck Ndinou 18/11/1991 (22 ans)
0 Formé au club
29 M Drapeau de la France Cissé, MohamedMohamed Cissé 18/11/1992 (21 ans)
0 Formé au club
22 M Drapeau de l'Algérie Makhedjouf, FlorianFlorian Makhedjouf
Algérie -20 ans Sedan
7 M Drapeau de la France Tulasne, GeoffreyGeoffrey Tulasne 24/2/1988 (26 ans)
FC Sochaux
20 A Drapeau de la France Durbant, GeoffrayGeoffray Durbant 19/5/1992 (22 ans)
0 Formé au club
9 A Drapeau de la France Lefaix, KevinKevin Lefaix 8/2/1982 (32 ans)
Vendée Poiré-sur-Vie Football
17 A Drapeau de la Corée du Sud Yong-Jae, LeeLee Yong-Jae 8/6/1991 (23 ans) Corée du Sud -23 ans FC Nantes
23 A Drapeau de la France Diaby, OumarouOumarou Diaby 14/11/1987 (26 ans)
US Créteil Lusitanos
 ?? A Drapeau de la France Bellion, DavidDavid Bellion 27/11/1982 (31 ans)
Girondins de Bordeaux
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Sébastien Robert
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Randy Fondelot
Entraîneur(s) des gardiens
  • Faouzi Amzal
Kinésithérapeute
Médecin(s)



Légende

Consultez la documentation du modèle

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Richard (1911-12) • Baron (1934-35) • Stábile (1935-39) • Chantrel (1939) • Delfour (1945-46) • Villemin (1946-47) • Jordan (1947-48) • Riou (1948-49) • Simonyi (1952-53) • Proust (1953) • Nicolas (1953-55) • Grizzetti (1955-56) • Baron (1956-58) • Prouff (1958-59) • Hanke (1959-60) • Simonyi (1960) • Baron (1960-61) • Avellaneda (1961-69) • Nagy (1969-70) • Tomazover (1970-72) • Farías (1972-74) • Merelle (1974) • Tomazover (1974-75) • Lemerre (1975-78) • Monin (1978-79) • Dubaële (1979-80) • Eo (1980-85) • Lemerre (1985-86) • Laurent (1986-87) • Troussier (1987-89) • Maligorne (1989) • Lecornu (1989-90) • Depireux (1990) • Rouquette (1990-91) • Herbin (1991-93) • Herbin & Repellini (1993-95) • Repellini (1995-96) • Djaadaoui (1996-97) • Sérafin (1997-98) • Girard (1998-99) • Girard & Repellini (1999-00) • Lemée (2000) • Girard (2000-01) • Repellini (2001) • Girard (2001-02) • Ousfane (2002-03) • Meguellatti (2003-04) • Girard (2004-06) • Bruno Naidon (2006-08) • Ciccolini (2008-09) • Giguet (intérim 2009} • Mboma (2009-11) • Bandini (2011) • Doukantie (2011-2013) • Fournier (2013) • Robert (2013--) •

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Panneau Red Star affiché sur la façade du Stade Bauer

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Depuis son retour en National, le Red Star bénéficie du soutien de 1000 à 2000 personnes présentes à domicile (dont environ 200 abonnés). Le Red Star compte toujours entre 10 et 80 supporters en déplacement selon la distance et l'enjeu.

Le Red Star compte plusieurs groupes de supporters : les Perry Boys et Gang Green notamment. Les Red Star Fans sont composés des membres de ces groupes ainsi que d'« indépendants ». Il existe également une association loi 1901, le Collectif Red Star Bauer[17] qui compte à la fin de l'année 2009 55 membres adhérents. Le collectif organise plusieurs manifestations dans la saison : déplacement en car, point d'information au stade, concert, repas, actions de solidarité avec le Sénégal, collectes de vêtements et de denrées alimentaires, etc. et soutient le club en toute indépendance. Il place le combat pour la rénovation du stade Bauer au cœur de son action [11] et organise plusieurs actions en ce sens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Jean-Yves Guillain, La Coupe du monde de football, l'œuvre de Jules Rimet, Paris, Éditions Amphora, 1998.
  3. Collectif, Red Star histoire d'un siècle, Paris, Red Star,‎ 1999, 12 p. (ISBN 2-95125620-5)
  4. a et b Collectif, Red Star histoire d'un siècle, Paris, Red Star,‎ 1999, 13 p. (ISBN 2-95125620-5)
  5. Collectif, Red Star histoire d'un siècle, Paris, Red Star,‎ 1999, 14 p. (ISBN 2-95125620-5)
  6. a et b Collection de photos de la BNF (1909-1913)
  7. [1]
  8. « Red Star - OM au Stade de France : la barre des 45 000 spectateurs franchie », sur leparisien.fr,‎ 7 janvier 2012
  9. « Mercato : le Red Star recrute chez les pros », sur http://www.leparisien.fr/,‎ 20 juin 2014 (consulté le 17 juillet 2014)
  10. « Red Star Football Club 93 », sur histoire.maillots.free.fr
  11. a et b [2]
  12. Rapport sur le site du Collectif des Amis du Red Star
  13. [3]
  14. [4]
  15. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  16. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  17. Site du Collectif des amis du Red Star

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Guillaume Hanoteau, Le Red Star. Mémoires d'un club légendaire. Paris, Seghers, 1983. (ISBN 2-221-01156-2)
  • Raymond Dityvon, Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Red Star. Paris, Cercle d'Art, 1994. (ISBN 2-7022-0410-4)
  • François de Montvalon, Frédéric Lombard, Joël Simon, Pierre Laporte, Gilles Saillant, Red Star Histoires d'un siècle. Club Red Star, 1999.
  • Pierre Laporte et Gilles Saillant, Red Star. Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2005. (ISBN 2-84910-188-5)