Champ de Mars (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champ de Mars.
Champ de Mars
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 7e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 07″ N 2° 18′ 07″ E / 48.851855473795, 2.3018798232079 ()48° 51′ 07″ Nord 2° 18′ 07″ Est / 48.851855473795, 2.3018798232079 ()  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Champ de Mars
Caractéristiques
Historique
Mise en service 13 juillet 1913
Fermeture 2 septembre 1939
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station Non
Ligne(s) Fermée ((8))
Localisation
Quais de la station Champ de Mars

Champ de Mars est une station abandonnée de la ligne 8 du métro de Paris, entre les stations La Motte-Picquet – Grenelle et École Militaire. Elle est située dans le 7e arrondissement de Paris, au sud-est du jardin public du Champ-de-Mars.

La station[modifier | modifier le code]

La station est ouverte en 1913. Au début de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement met en application un plan, prévoyant un service réduit sur le réseau métropolitain. Seules 85 stations demeurent ouvertes à l'exploitation. La plupart rouvre dans les années qui suivent, mais quelques-unes, comme Champ de Mars, considérées comme peu fréquentées et donc peu rentables, restent fermées depuis le 2 septembre 1939.

Vingt ans plus tard, le plan officiel du réseau RATP au début des années 1960 mentionne encore la présence de cette station, tout comme celle de Croix-Rouge, fermée elle aussi[1]. Sur celui des années 1970, la station Champ de Mars n'y figure plus, comme la seconde citée précédemment[2].

Elle avait à l'origine deux accès, l'un a été condamné et l'autre a été transformé en ventilateur.

Une gare de la ligne C du RER, située au nord-ouest du jardin public du Champ-de-Mars, porte aujourd'hui le nom de Champ de Mars – Tour Eiffel, en correspondance avec la station de métro Bir-Hakeim de la ligne 6.

Réutilisation littéraire[modifier | modifier le code]

Dans sa nouvelle Le Prince blessé (1974), René Barjavel y situe les représentations théâtrales fugitives d'un créateur d'avant-garde, Brrojislav[3], qui y fait jouer l'héroïne du récit, Pauline.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plan de poche de 1963, sur sfjacques1966.free.fr, consulté le 24 septembre 2013.
  2. Plan de poche de 1970, sur sfjacques1966.free.fr, consulté le 24 septembre 2013.
  3. Extraits du Prince blessé de René Barjavel, sur books.google.fr. Consulté le 20 avril 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]