Croix-Rouge (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix-Rouge.
Croix-Rouge
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 6e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 07″ N 2° 19′ 46″ E / 48.851894301922, 2.329503893852248° 51′ 07″ Nord 2° 19′ 46″ Est / 48.851894301922, 2.3295038938522  

Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Croix-Rouge

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Croix-Rouge
Caractéristiques
Zone 1
Historique
Mise en service 30 décembre 1923
Fermeture 2 septembre 1939
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station Non
Ligne(s) Fermée ((10))
(10)
Précédent Sèvres - Babylone Mabillon Suivant

Croix-Rouge est le premier terminus (mis en service en 1923), station aujourd'hui fermée, de la ligne 10.

La station[modifier | modifier le code]

Elle est située dans le 6e arrondissement de Paris, entre les stations Sèvres - Babylone et Mabillon.

Le nom de la station provient du carrefour anciennement dénommé « carrefour de la Croix-Rouge » situé au début de la rue du Cherche-Midi et n'a donc pas de rapport avec le Comité international de la Croix-Rouge, organisation internationale créée en 1863.

Plaque portant le nom de l'ancien Premier ministre.
Localisation sur un plan des stations du secteur.
Vue des quais de la station lors des Journées du patrimoine des 16-17 septembre 2006.

Cette station fut fermée le 2 septembre 1939, lors de l'entrée dans la Seconde Guerre mondiale de la France et de la mobilisation des agents de la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP), et n'a jamais été rouverte, en raison d'une trop grande proximité avec la station Sèvres - Babylone.

Les arrêts de bus (lignes 39, 70 et 87) situés rue de Sèvres et rue du Vieux-Colombier, près des anciens accès de la station, portaient encore ce nom jusqu'au 31 décembre 2005 avant d'être renommés Michel-Debré, comme suite à la nouvelle appellation de la place située au carrefour formé par les rues du Four, du Vieux-Colombier, du Cherche-Midi, de Sèvres et de Grenelle, selon un arrêté municipal du 14 novembre 2005[1] en hommage à Michel Debré, premier ministre de la Cinquième République et co-rédacteur de la constitution. À part une ancienne plaque, il n'existe de ce fait plus aucune trace actuelle de ce toponyme du quartier attesté depuis plusieurs siècles, et qui donna son nom à une section révolutionnaire de 1790 à 1793, la section de la Croix-Rouge, renommée ensuite section du Bonnet-Rouge.

Réutilisations[modifier | modifier le code]

Réutilisations techniques[modifier | modifier le code]

Les anciens accès ont été complètement rasés et ne sont visibles qu'à travers des grilles au sol fermées. Un des anciens accès de la station sert de ventilation à la ligne 10.

Réutilisations artistiques[modifier | modifier le code]

La plage[modifier | modifier le code]

Elle a servi pour des décors de publicité, puis fut décorée de façon surprenante en plage pour le plaisir des voyageurs de la ligne 10[2]. Cette décoration fut cependant rapidement vandalisée puis retirée.

L'enfer d'Éros[modifier | modifier le code]

Du 4 décembre 2007 au 15 janvier 2008 la station fut « réhabillée » en lieu coquin[3],[4]. Une série d'images tapissaient les surfaces qui, 50 ans plus tôt, accueillaient les affiches publicitaires de 4 × 3 mètres.

Éclairées en rouge, ces affiches étaient dissimulées derrière des rubans d'étoffes noires qui bougeaient au souffle provoqué par le passage du train. Sur le quai en direction de Boulogne - Pont de Saint-Cloud, les rectangles bleus comportant le nom de la station avaient été partiellement nettoyés de leurs tags et éclairés.

Cette opération fut conjointement organisée par la RATP et la Bibliothèque nationale de France (BNF) ; elle fut réalisée par le graphiste Laurent Ungerer (société C-Album). Selon lui, l'objectif était que le voyageur ressente « une sorte de flash furtif, d’hallucination, pendant un temps très bref de 6 secondes 9 dixièmes »[4], temps qui correspond à la durée que le train met à passer dans la station désaffectée, sans même y ralentir.

La station Croix-Rouge a été rajoutée aux plans de la ligne visibles dans les rames au moyen d'un autocollant temporaire. Le nom de la station était écrit en rouge et précédé du « X », logo de l'exposition.

L'évènement très ponctuel a servi de promotion à l'exposition de la BNF l'Enfer de la Bibliothèque, Éros au secret. Cette exposition proposait des œuvres érotiques inédites issues des collections de la BNF[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]