Cœurs perdus en Atlantide (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Scott Hicks. Pour le recueil de nouvelles, voir Cœurs perdus en Atlantide.

Cœurs perdus en Atlantide

Titre original Hearts in Atlantis
Réalisation Scott Hicks
Scénario William Goldman
d'après Stephen King
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2002
Durée 101 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cœurs perdus en Atlantide (Hearts in Atlantis) est un film américain de Scott Hicks sorti en 2001, d'après deux nouvelles de Cœurs perdus en Atlantide de Stephen King.

Synopsis[modifier | modifier le code]

De retour sur les lieux de son enfance à la mort de son ami Sully, le photographe Bobby Garfield s'y remémore l'été de ses 11 ans en 1960 et la rencontre qu'il n'oubliera jamais avec Ted Brautigan, un vieil homme mystérieux qui devint son mentor.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[2]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a été un échec commercial, rapportant environ 30 920 000 $ au box-office dans le monde entier, dont 24 185 000 $ en Amérique du Nord[1] pour un budget de 31 000 000 $. En France, il a réalisé 25 638 entrées[3].

Il a reçu un accueil critique mitigé, recueillant 50% de critiques positives, avec une note moyenne de 5,7/10 et sur la base de 135 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Anton Yelchin a remporté le Young Artist Award du meilleur jeune acteur pour son interprétation dans le film. Le film a été nommé pour le Satellite Award de la meilleure photographie en 2002[5].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Bien qu’intitulé Cœurs perdus en Atlantide, le film n’adapte pas la seconde nouvelle du recueil de Stephen King qui porte aussi ce titre. On y retrouvait le personnage de Carol Gerber des années plus tard. Par ailleurs si le film reprend des éléments de la dernière nouvelle du recueil, il change sensiblement la fin : Carol est vraiment morte et c’est sa fille que retrouve des années plus tard le personnage principal (les deux jeunes filles étant jouées par la même actrice, Mika Boorem). C’est une volonté du réalisateur Scott Hicks. De même le scénario original de William Goldman contenait encore des références aux extraterrestres : le réalisateur a voulu atténuer les éléments les plus fantastiques[6].

Les hommes en noir sont donc ici des sortes d’agents fédéraux à la poursuite de Ted Brautigan pour utiliser son don, même si la chose n’est elle-même pas totalement clarifiée. Dans l’entretien que Scott Hicks a avec Hopkins dans les suppléments du DVD, il affirme être plus intéressé par l’intuition sous sa forme la moins explicite. En ce sens, bien qu’ayant commandé des essais pour des effets spéciaux chez ILM censés figurer les visions de Ted Brautigan, il abandonna finalement l’idée de les utiliser : « J'ai dit au studio : nous avons le meilleur des effets spéciaux : il s'appelle Anthony Hopkins».

Le récit autour du match de football américain est inspiré d’un roman du scénariste William Goldman. Anthony Hopkins, pendant cette séquence où il nettoie ses chaussures, a fait appel aux souvenirs qu’il avait de son grand-père.

Le plan où le personnage principal contemple le vélo dans la vitrine est quelque peu récurrent chez Scott Hicks : on le retrouve dans Freedom concernant cette-fois ci une Porsche, et dans sa série Finder Keepers, l’intérêt du petit garçon étant alors un ordinateur.

Dans la foulée de La neige tombait sur les cèdres (Snow Falling on Cedars), le compositeur James Newton Howard aurait dû retrouver le réalisateur Scott Hicks pour ce film, mais la chose n’a pas pu se faire. C’est Mychael Danna qui l’a remplacé. Le directeur de la photographie Piotr Sobociński, connu pour son travail avec Krzysztof Kieslowski, est décédé à la suite du tournage principal. Des scènes additionnelles furent tournées avec Allen Daviau pour le remplacer.

Hope Davis et Anton Yelchin furent à nouveau mère et fils dans le film Charlie Bartlett.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hearts in Atlantis sur Box Office Mojo.
  2. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 29 décembre 2012
  3. Cœurs perdus en Atlantide sur JP's Box-Office.
  4. Hearts in Atlantis sur Rotten Tomatoes.
  5. Awards for Hearts in Atlantis sur IMDb.
  6. "I took out some of the supernatural and horror elements to it. I rooted it in a human domain as a story, changed the ending, and did all sorts of things."http://www.bbc.co.uk/films/2002/03/01/scott_hicks_hearts_in_atlantis_interview.shtml

Liens externes[modifier | modifier le code]