Creepshow 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Creepshow 3 est un film américain réalisé par Ana Clavell et James Dudelson, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film est composé de 5 sketches reliés entre eux par certains personnages.

  • Alice : Alice se sert d'une télécommande qui fait changer sa famille d'ethnie et la fait évoluer vers sa « vraie forme ».
  • The Radio : Jerry achète une nouvelle radio qui lui parle et le persuade de commettre des crimes.
  • Call Girl : Rachel est une call-girl qui tue ses clients. Elle se rend chez Victor, un nouveau client.
  • The Professor's Wife : Deux anciens étudiants du professeur Dayton lui rendent visite et rencontrent Kathy, sa fiancée. Ils suspectent rapidement que Kathy est un robot.
  • Haunted Dog : Le docteur Farwell se distingue par son comportement particulièrement cruel envers ses patients. Il cause involontairement la mort d'un sans-abri qui revient le hanter.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation : Ana Clavell et James Dudelson
  • Scénario : Ana Clavell (segment Alice), James Glenn Dudelson (segment The Professor's Wife), Scott Frazelle (segment Haunted Dog), Pablo C. Pappano (segment Call Girl), Alex Ugelow (segment The Radio)
  • Photographie : James M. Legoy
  • Montage : Ana Clavell
  • Musique : Chris Anderson
  • Société de production : Taurus Entertainment Company
  • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : couleur - 1,85:1 - Dolby Digital
  • Genre : horreur
  • Durée : 110 minutes
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est sorti directement en vidéo en 2007 à l'exception de rares projections aux États-Unis en 2006.

Il obtient 0% de critiques positives, avec une note moyenne de 2,7/10 et sur la base de 6 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[1]. Pour Laurent Duroche, de Mad Movies, le film « cette pantalonnade grotesque accumule les sketches goguenards jusqu'à un segment final en totale roue libre, sorte de mètre étalon de la débilité pelliculée »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Creepshow 3 sur Rotten Tomatoes
  2. Laurent Duroche, « Usurpation d'identité », Mad Movies, no HS 22,‎ décembre 2013, p. 34

Liens externes[modifier | modifier le code]