Vengeance diabolique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vengeance diabolique (Sometimes They Come Back) est un téléfilm américain, réalisé par Tom McLoughlin, et diffusé pour la première fois en 1991 sur le réseau CBS. Il est basé sur la nouvelle Cours, Jimmy cours de Stephen King. Deux pseudo-suites lui ont été données : Les Enfants du diable (Sometimes They Come Back... Again, 1996), qui reprend la même idée de départ, et Le Diable des glaces (Sometimes They Come Back... for More, 1999), qui n'a rien à voir avec les deux précédents volets.

Résumé[modifier | modifier le code]

Jim Norman, un professeur d'histoire, est engagé pour enseigner dans le lycée de la ville où il a grandi et où son frère aîné, Wayne, s'est fait assassiner devant ses yeux par trois voyous, ses meurtriers étant eux-mêmes morts peu après écrasés par un train. Les élèves les plus brillants de sa classe sont victimes d'étranges accidents et remplacés par des blousons noirs qui sont les sosies parfaits des assassins de son frère. Norman est vite persuadé qu'ils sont revenus d'entre les morts pour le tuer à son tour.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation : Tom McLoughlin
  • Scénario : Lawrence Konner et Mark Rosenthal, d'après la nouvelle Cours, Jimmy cours de Stephen King
  • Photographie : Bryan England
  • Montage : Charles Bornstein
  • Musique : Terry Plumeri
  • Décors : Philip Dean Foreman
  • Costumes : Karen Patch
  • Production : Dino De Laurentiis et Michael S. Murphey
  • Sociétés de production : Come Back Productions, Dino de Laurentiis Communications et Paradise Films
  • Pays d'origine : États-Unis
  • Langue : anglais
  • Genre : horreur, fantastique
  • Durée totale : 97 minutes
  • Date de première diffusion :

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné dans l'État du Missouri en 30 jours et dans des conditions météorologiques difficiles, une tempête de neige et plusieurs orages perturbant fortement le tournage[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

Pour Matt Rousch, de USA Today, le film « s'étouffe sur sa propre bizarrerie » mais « reste une très bonne histoire pour les soirées d'hiver »[2]. Alexandre Poncet, de Mad Movies, estime qu'il « marque quelques points, en partie grâce à l'interprétation très convaincante de Tim Matheson et Brooke Adams » mais qu'il commet plusieurs mauvais choix d'adaptation, entre autres « la fâcheuse idée de repenser la séquence centrale de la nouvelle », et qu'il « perd la temporalité très singulière de l'histoire originale au profit d'une structure mécanique mille fois vue »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexandre Poncet, « Mauvaises Graines », Mad Movies, no HS 22,‎ décembre 2013, p. 86-87
  2. George Beahm, Stephen King de A à Z, Vents d'Ouest,‎ 2000 (ISBN 2-8696-7903-3), p. 262

Lien externe[modifier | modifier le code]