Scott Hicks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hicks.

Scott Hicks

Description de l'image  Scott Hicks.jpg.
Nom de naissance Robert Scott Hicks
Surnom Scott Hicks
Naissance 4 mars 1953
Drapeau de l'Ouganda Ouganda
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur
Directeur de la photographie
Films notables Shine
La neige tombait sur les cèdres
Cœurs perdus en Atlantide
Le Goût de la vie

Scott Hicks est un réalisateur et scénariste australien né le 4 mars 1953 en Ouganda.

Biographie[modifier | modifier le code]

Scott Hicks est né en Ouganda d'un père anglais ingénieur et d'une mère écossaise, étant le plus jeune parmi leurs quatre enfants. Après une enfance qui se déroule principalement à Nairobi, il déménage avec sa famille en Australie à l'âge de 14 ans. De ces déménagements successifs à travers plusieurs continents, le réalisateur affirme en avoir tiré un regard d'"outsider" sachant les différences présentes d'un côté comme de l'autre[1]. Il découvre vraiment le cinéma à l'université d'Adélaïde où il décide d'en faire son métier. Là bas il rencontre également sa future épouse Kerry Heysen, plus âgée, et ayant déjà un enfant. Après le succès de Shine il a continué de vivre près d'Adelaïde où il possède d'ailleurs des vignes avec sa femme. On peut voir son vin en clin d'œil dans son film Le Goût de la vie. Outre le cinéma il s'intéresse également à la photographie et a exposé déjà trois fois[2]. En 2007 Scott Hicks est sur la liste des finalistes au titre d'australien de l'année[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Hicks débute sa carrière cinématographique dans la mouvance de la nouvelle vague australienne et de la création de la "South Australia Film Corporation", occupant plusieurs postes sur divers tournages et réalisant un court métrage expérimental, The Wanderer. Il développera par la suite son thème de jeunes en fuite dans le bush australien dans ses deux premiers longs-métrages, Down the Wind et Freedom. Parallèlement il démarre une carrière de documentaristes qui le fait naviguer entre projets personnels, films institutionnels et commandes pour la télévision australienne. Ceci l'amène à travailler pour la célèbre chaine américaine Discovery Channel. Submarines Sharks of Steel lui permet de remporter un Emmy award en 1994.

Pendant près de dix ans Scott Hicks a cherché à monter son grand projet sur le pianiste David Helfgott, un virtuose prometteur qui après un grave accident psychique est parvenu à rejouer de son instrument. La présentation du film à Sundance en 1996 fait sensation au box office mondial et aligne en 1997 sept nominations aux Oscars, Geoffrey Rush remportant la récompense de meilleur acteur. Le phénomène autour du film lui ouvre plusieurs portes dont celles des majors d'Hollywood. Il y réalisera ainsi La neige tombait sur les cèdres pour Universal en 1999 et Cœurs perdus en Atlantide en 2001 pour Warner, deux adaptations (l'une de David Guterson, l'autre de Stephen King) qui seront des déceptions commerciales et en partie critique.

Après un temps d'absence marqué par des projets inabouties, il revient en 2007 avec Le Goût de la vie, un remake américain du film allemand Chère Martha. Parallèlement il signe son retour au documentaire avec un film consacré à Philip Glass. En 2009 The Boys Are Back, avec Clive Owen, est sélectionné au festival de Toronto. Ce film marque également son retour cinématographique en terres australiennes.

Scott Hicks a réalisé par ailleurs plusieurs publicités et clips musicaux (pour INXS par exemple). En 1991 il réalise en grande partie les épisodes de la série télé jeunesse australienne Finders Keepers.

Récurrences[modifier | modifier le code]

Les films de Scott Hicks ont plusieurs thèmes et figures récurrentes

  • La fuite du temps

Tempus Fugit est-il dit en exergue de Cœurs perdus en Atlantide. Le temps qui s'échappe est au sein de l'œuvre du cinéaste souvent marqué par la fin de l'enfance. Dans Cœurs perdus en Atlantide et La neige tombait sur les cèdres, un carillon figure même cette idée explicitement. Dans Shine, c'est la musique qui symbolise une course folle, ce qui était déjà présent dans son clip pour Don't Change d'INXS.

  • La mémoire

Pour Hicks, nous sommes notre mémoire[4] et son cinéma en est une représentation cinématographique, ce qui passe par des constructions narratives éclatées dans Shine et La neige tombait sur les cèdres, où se rencontrent flashback et flashforward. Cœurs perdus en Atlantide est basé sur un long flash-back et une séquence de Home Movie dans Le Goût de la vie reprend ce lien au passé. Mémoires individuelles des personnages, ou d'une époque, d'un groupe social... La neige tombait sur les cèdres contient une séquence de lettre de rupture où se recoupent via le montage diverses mémoires, individuelles et collectives, et où se mélangent plusieurs sources d'images.

  • L'influence des parents

Dans Shine, le père de David est une figure démiurgique qui ne laisse aucune liberté à son enfant prodige du piano... Le choc psychique d'Helfgott sera dû à une rupture mal consommée avec ce dernier. Ishmael dans La neige tombait sur les cèdres est poursuivis par l'ombre de son père, un prestigieux journaliste. Dans Cœurs perdus en Atlantide, le mythe du père disparu accompagne le jeune héros aux prises avec une mère égoïste. Enfin dans Le Goût de la vie, le deuil de sa mère pour une petite fille est au cœur du récit.

  • L'isolement social de l'individu

Le choc psychique de David Helfgott dans Shine, le journaliste renfermé Ishmael Chambers dans La neige tombait sur les cèdres, le mystérieux Ted Brautigan se cachant dans son appartement dans Cœurs perdus en Atlantide, ou encore Kate, boulimique de travail dans Le Goût de la vie, voir Philip Glass dans le documentaire qu'il lui a consacré où l'artiste singulier entre en tension avec la vie de famille et les normes critiques.

L'enjeu est souvent de se régénérer (Helfgott et sa maladie sont finalement un moyen de rattraper une certaine enfance non vécue) et d'apprendre à côtoyer le présent.

  • Mise en scène

Souvent considéré comme maniériste, Scott Hicks aime à parcelliser la composition de ses cadres surtout depuis qu'il a adopté le format cinémascope: de nombreux détails qui contrastent avec parfois des très gros plans sur les acteurs, où la caméra semble flotter.

Les vitres, les grandes projections de lumières, les vapeurs ou les kaléidoscopes: de nombreux prismes rendent par ailleurs l'image complexe et fuyante.

Filmographie[modifier | modifier le code]


Fictions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir cette interview pour la télévision australienne ABC: http://www.abc.net.au/talkingheads/txt/s2171347.htm
  2. http://www.imdb.com/name/nm0382956/bio
  3. http://www.news.com.au/story/0,23599,22800682-29277,00.html
  4. voir son entretien avec Anthony Hopkins sur le DVD de Cœurs perdus en Atlantide