Arturo Sandoval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandoval.

Arturo Sandoval

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Arturo Sandoval en 2008

Informations générales
Naissance 6 novembre 1949 (64 ans)
Artemisa, Cuba
Genre musical Latin jazz, jazz afro-cubain
Instruments Trompette, piano
Années actives Depuis 1977
Site officiel arturosandoval.com

Arturo Sandoval, né le 6 novembre 1949 à Artemisa (Cuba), est un compositeur et instrumentiste (trompette, bugle et piano) de jazz.

Fils d’un mécanicien automobile, le jeune Arturo se passionne pour la musique et intègre la fanfare de sa ville natale à l’âge d’environ 12 ou 13 ans. Il y est notamment initié au solfège mais s’intéresse à plusieurs instruments dont les percussions pour jeter son dévolu sur la trompette[1].

Arturo Sandoval entame en 1964 une formation classique à l’ Escuela Nacional de Arte[2] de La Havane. Dans le Cuba postrévolutionnaire les cours sont dispensés par un professeur de trompette russe.

Entre 1967 une initiative gouvernementale met en place, sous la diréction d’Armando Romeu, l’Orquesta Cubana de Musica Moderna[3]. Arturo Sandoval l’intègre alors qu’il est sous les drapeaux suite à son incorporation en 1971[4].

Cette composition aboutira, en 1973, à la fondation de l’Irakere dont Sandoval est l’un des initiateurs[5]. Le groupe, dont Sandoval, effectuera de nombreuses tournées à travers le monde sous l’impulsion notamment de Paquito D’Rivera et de Chucho Valdés.

Sandoval se passionne pour les enregistrements bebop de Charlie Parker, Clifford Brown et Dizzy Gillespie. En 1977, Gillespie tourne dans les Caraïbes en compagnie de Stan Getz. Sandoval, qui considère l’américain comme son père spirituel, le reçoit à Cuba. Après lui avoir fait visiter les quartiers afro-cubains où des musiciens jouent guanganco et rumba dans les rues, Sandoval révèle ses talents de musicien à Gillespie en montant sur scène avec lui[1].

L’américain l’influençant déjà énormément devint rapidement son mentor et son collègue, puisqu'ils jouèrent ensemble en concert en Europe, à Cuba puis au sein de l'Orchestre des Nations Unies[6].

Au début des années 80, il quitte Irakere pour effectuer des tournées avec sa propre formation. Le régime castriste l’autorise à effectuer quelques apparition avec l’Orchestre symphonique de la BBC ou encore le Philharmonique de Leningrad renommé depuis Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg.

Toutefois, ses relations au régime en place à La Havane sont telles que Sandoval envisage de fuir son pays. Alors qu’il effectue durant le mois de juillet 1990 une tournée en Italie avec l'Orchestre des Nations Unies, Sandoval, accompagné par son fils Arturin et son épouse Marianela se réfugie à l’Ambassade des États-Unis à Rome. Il y sollicite l’asile politique que son ami Gillespie l’aidera à obtenir[1].

Sandoval s’installe alors à Miami en Floride, proche de sa terre natale et siège d’une importante communauté cubaine.

Après s’être vu opposer un refus[7] par les autorités américaines en 1997 au motif qu'il fut membre du parti communiste cubain, Sandoval obtient en 1998 la nationalité américaine suite à une intervention du président Bill Clinton.

Le biographe James M. Manheim précise que, dans une interview au Financial Times, Sandoval indique qu'il a vécu les conditions dans lesquelles ce refus est intervenu comme une expérience dégradante[8]. En effet, le rejet de sa demande par l'administration étasunienne reposait sur son adhésion au parti communiste alors que celle-ci avait pour fondement l'autorisation d'être accompagné par sa famille lors de ses voyages à l'étranger, ce qui, in fine, rendra sa défection possible[9].

La vie d’Arturo Sandoval a fait l'objet d'un téléfilm américain (2000) : "For Love or Country: The Arturo Sandoval Story" avec Andy Garcia lui-même d’origine cubaine.

Ce dernier a fait appel à lui pour composer la bande originale de l’une de ses productions, Middleton, sorti en 2013.

Sandoval a notamment travaillé avec : Vikki Carr, Luis Enrique, Mike Couzzi, George Noriega, Lee Levin, Tony Concepcion, Julio Hernandez, Rene Toledo, Rita Quintero, Dana Teboe, Ed Calle et le "Lincoln Center Afro-Latin Orchestra".


Discographie[modifier | modifier le code]

Arturo Sandoval

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Arturo Sandoval », sur jazztrumpetsolos.com (consulté le 27 août 2014)
  2. Le lien vers Escuela Nacional de Arte renvoie vers le site cubain hispanonphone Ecured
  3. « Orquesta CUBANA de MÚSICA MODERNA », sur montocubano.com (consulté le 27 août 2014)
  4. (en) « Arturo Sandoval », sur answers.com (consulté le 27 août 2014)
  5. « Arturo Sandoval », sur music-story.com (consulté le 27 août 2014)
  6. (en) « About Arturo Sandoval », sur MTVARTISTSbeta - Site de la chaine tv Mtv (consulté le 27 août 2014)
  7. (en) Mike Clary, « Trumpeter Arturo Sandoval Is Denied U.S. Citizenship », Los Angeles Times,‎ 23 avril 1997 (lire en ligne)
  8. James M. Manheim citant: Financial Times (London, England), March 10, 2001, p. Off Centre-9. dans son article Sandoval, Arturo: 1949—: Jazz Trumpeter Contemporary Hispanic Biography de 2003 - Références et lien à la note suivante
  9. (en) « Sandoval, Arturo: 1949—: Jazz Trumpeter », sur encyclopedia.com auteur: James M. Manheim,‎ 2003 (consulté le 27 août 2014)