Années 1450

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

XIVe siècle | XVe siècle | XVIe siècle

Années 1430 | Années 1440 | Années 1450 | Années 1460 | Années 1470

1450 | 1451 | 1452 | 1453 | 1454 | 1455 | 1456 | 1457 | 1458 | 1459


Évènements[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

  • Dépeuplement et abandon des villes indiennes du centre du Mississippi, sans doute causés par la maladie.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Le roi Alphonse V d'Aragon tente d’entrer en contact avec le Négus d’Éthiopie Zara Yacoub. Il souhaite constituer une alliance affermie par un échange de mariages, pour prendre l’Égypte en tenaille. Le projet échoue.

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Agnès Sorel, modèle pour cette Vierge à l'Enfant, diptyque de Melun, de Jean Fouquet (v. 1452-1456)

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Science et techniques[modifier | modifier le code]

Carte génoise, 1447-1457
  • 1447-1457 : la carte du monde génoise est dressée (aujourd'hui au Palais Pitti)
  • 1451 :
  • 1453 :
  • 1456 :
    • Alvise da Ca'da Mosto mesure encore la latitude de l’estuaire de la Gambie d’après l’ombre d’une lance fichée au sol. Astrolabes, quadrants ou balestilles deviendront d’un usage courant vers le dernier quart du XVe siècle.
    • Francesco Sforza fait creuser le canal de la Martesana, long de plus de 30 km, qui apporte à Milan les eaux de l’Adda. Élargi en 1573, il devient navigable.
  • 1457-1459 : Fra Mauro réalise une mappemonde. Il recueille suffisamment de renseignements auprès de voyageurs vénitiens pour dresser une carte de l’Éthiopie approximative. Il corrige la carte de Ptolémée, estimant que la mer Indienne est un océan et non une mer intérieure et estime la distance séparant les côtes de l’Europe et de la Chine avec une marge d’erreur très inférieure à celle de Ptolémée et des chiffres totalement erronés dont s’inspirera Christophe Colomb
  • 1459 : invention du ressort moteur, en horlogerie, permettant l'apparition des premières montres (date supposée)[5].

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • La langue française pénètre vers le Sud par les grands axes commerciaux.

Littérature[modifier | modifier le code]


Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Les navires de guerre chinois disparaissent de l’océan Indien et les navires de commerce arabes d’Afrique orientale partent de nouveau pour l’Inde et la Chine pour y acheter des porcelaines, des statuettes en ivoire, des épices et y vendre de l’ivoire et des esclaves africains.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Période de stabilité des prix en Europe (1450-1500).
  • Relance de l’activité citadine en Europe occidentale (1450-1560). Les salaires culminent (1450-1475) du fait de la dépopulation et de l’arrêt des guerres.
  • Remontée de la démographie en France (1450-1560) : fécondité plus forte, nuptialité plus précoce, mortalité moins intense. Elle est accompagnée d’un morcellement de la propriété roturière et de la remise en valeur progressive des terres (réacensement).
    • En France, le recul de la population est estimée à 38 % en 1450 par rapport à 1310. C'est le pays le plus touché du fait des guerres endémiques ; la baisse est de 36 % pour l'Angleterre, de 28 % pour l'Espagne et 26 % pour l'Allemagne[15].
  • Série de vendanges médiocres dans le vignoble rhénan consécutives à des étés froids (1453-1462).
  • Reprise du commerce par le couloir rhodanien (1450-1480).
  • En France, l’armée royale compte de 10 000 à 15 000 hommes en temps de paix. Le budget de l’État atteint 75 tonnes d’équivalent argent en 1450.
  • La prise de Constantinople en 1453 déstabilise les courants commerciaux et réduit les bénéfices des marchands italiens. La population de la ville est estimée alors à seulement 36 000 habitants pour une ville qui a peut-être atteint le million vers le XIe siècle. La ville est à l’abandon. Le grand palais, l’Hippodrome, certaines églises sont en ruines, des quartiers sont désertés tandis que s’y développent champs, vignes, jardins ou friches. Les intellectuels et une grande partie de la classe dirigeante byzantine, surtout la classe bourgeoise, s'enfuit massivement vers l’occident et les régions occupées par Venise.
  • 10 % des populations de Lisbonne et de Séville sont des esclaves[16].
  • Le marchand vénitien Andrea Barbarigo, qui a commencé sa carrière en 1420 avec 200 ducats, en possède 15 000 en 1450 et son fils 27 000 en 1500. Comme les autres marchands, il ne réinvestit plus systématiquement dans le commerce. Progressivement, il achète des terres et se transforme en propriétaire rentier[17].
  • Après le départ d’Éric de Poméranie, les nobles ont amélioré leur position politique au Danemark. Ils souhaitent stabiliser la valeur de leurs domaines et éliminer la main-d’œuvre flottante. Ils obtiennent d’abord qu’une décision royale impose aux travailleurs de rester au moins six mois dans l’emploi qu’ils acceptent. Ceux qui s’engagent à mettre en valeur une ferme sont invités à ce placer sous la protection d’un seigneur. Ils deviennent des « protégés » (vornedskab) et en contrepartie le seigneur leur impose de ne pas quitter les terres qu’ils exploitent. Le maître se réserve la possibilité de les vendre ou de les déplacer, de l’une à l’autre de ses fermes. Le régime du servage se maintient dans les îles de Sjælland et de Falster Lolland jusqu’en 1788.
  • En 1454, Ladislas le Posthume interdit les importations de bière en Autriche afin de favoriser la consommation de vin produit par le pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Album typographique exécuté à l'occasion du Jubilé européen de l'invention de l'imprimerie, Paris, Imprimerie rue de Verneuil,‎ 1840 (lire en ligne)
  2. Bridget Travers et Fran Locher Freiman, Medical discoveries : medical breakthroughs and the people who developed them, Volume 2, UXL,‎ 1997 (ISBN 9780787608927, lire en ligne)
  3. Michael Moĭssey Postan et Edward Miller, Trade and industry in the Middle Ages, Cambridge University Press,‎ 1987 (ISBN 9780521087094, lire en ligne)
  4. Leonardo di Chio, Relation de la prise de Constantinople par les Turcs, locusdanielis.eu (lire en ligne)
  5. Jean Delumeau, La civilisation de la Renaissance, Arthaud,‎ 1967 (lire en ligne)
  6. Théoharis Stavrides, The Sultan of vezirs : the life and times of the Ottoman Grand Vezir Mahmud Pasha Angelovic̕ (1453-1474), BRILL,‎ 2001 (ISBN 9789004121065, lire en ligne)
  7. Simone Balayé, La Bibliotheque Nationale des origines a 1800, Librairie Droz,‎ 1988 (ISBN 9782600036436, lire en ligne)
  8. Ágnes Ságvári, Capitales de l'Europe : guide des sources de l'architecture et de l'urbanisme, K.G. Saur,‎ 1980 (ISBN 9783598100932, lire en ligne)
  9. Jean-Claude Polet, Patrimoine littéraire européen: anthologie en langue française, Volume 6, De Boeck Université,‎ 1995 (ISBN 9782804120788, lire en ligne)
  10. Thomas H. Ohlgren et Lister M. Matheson, Robin Hood : the early poems, 1465-1560 : texts, contexts, and ideology, University of Delaware Press,‎ 2007 (ISBN 9780874139648, lire en ligne)
  11. Jacqueline Lagrée et Hugo Grotius, La raison ardente : religion naturelle et raison au XVIIe siècle, Vrin,‎ 1991 (ISBN 9782711610686, lire en ligne)
  12. Edmond Vansteenberghe, Le Cardinal Nicolas de Cues, Minerva GMBH,‎ 1963 (lire en ligne)
  13. Georges Doutremont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Slatkine (lire en ligne)
  14. Adolphe Royannez et Joseph Boulmier, François Villon : drame historique en cinq actes et six tableaux, Typ. de A. Lainé et J. Havard,‎ 1865 (lire en ligne)
  15. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps p.419
  16. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps p.382
  17. Radhey Shyam Chaurasia, History of Europe, Atlantic Publishers & Distributors (ISBN 9788126901555, lire en ligne)