Altillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Altillac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Canton de Mercœur
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Mercœur
Maire
Mandat
Robert Vialard
2014-2020
Code postal 19120
Code commune 19007
Démographie
Population
municipale
860 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 40″ N 1° 50′ 48″ E / 44.9778, 1.8467 ()44° 58′ 40″ Nord 1° 50′ 48″ Est / 44.9778, 1.8467 ()  
Altitude Min. 136 m – Max. 502 m
Superficie 25,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de Corrèze
City locator 14.svg
Altillac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Altillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Altillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Altillac
Liens
Site web Site officiel

Altillac (Altilhac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Limousin. Ses habitants sont appelés les Altillacois et les Altillacoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaste commune située dans le massif central sur la Dordogne, à l'extrême Sud du Limousin. Ancienne Xaintrie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Altillac fut le siège d'une viguerie sous les Carolingiens[2].

Le 28 mai 1942, le préfet régional de Limoges réquisitionne le domaine du Doux pour y créer un centre d'internement pour familles juives[3],[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Altillac Blason D'azur au loup ravissant d'or, à la bordure engrelée cousue de gueules, au chef cousu de même chargé de trois étoiles d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[5] Robert Vialard    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 860 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 544 1 290 1 685 1 576 1 794 1 870 1 805 1 894 1 914
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 885 1 800 1 747 1 695 1 656 1 637 1 709 1 451 1 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 419 1 378 1 333 1 135 1 143 1 081 1 023 938 860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
781 762 720 791 824 801 839 833 854
2011 - - - - - - - -
860 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune d'Altillac est jumelée depuis 1993 avec la commune de Squiffiec, dans les Côtes-d'Armor, en Bretagne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Doux est construit en 1904-1906 sur des plans de Jean-Louis Pascal. Influencé par le style utilisé à Deauville, il est construit dans le style de Xaintrie, le bourg proche, pour servir d'hôtel de luxe. Il est construit sur le haut d'un vallon, offrant ainsi des vues sur le paysage alentour. Des registres différents sont utilisés pour ses ouvertures : fenêtres simples, grande baie cintrée à croisillons de pierre, fenêtre à croisée, lucarnes rampantes, passantes ou à la capucine. Il emploie des matériaux locaux qui lui permettent d'avoir un air régional : pierres de couleurs variées, toit de lauzes. À l'intérieur, les boiseries sont Art nouveau[4].
  • De l'autre côté du vallon occupé par le domaine du Doux, de vastes dépendances agricoles sont construites : immense grange-étable à deux niveaux, nombreuses porcheries construites à l'imitation de petites fermes, qui forment un semblant de hameau, poulailler, four à pain. L'ensemble des constructions, hôtel et bâtiments agricoles, a été labellisé patrimoine du XXe siècle[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ville d'Altillac », sur http://www.conseil-general.com/ (consulté en 2 février 2014)
  2. a et b Arrêté préfectoral du 27 août 1975, « Notice no PA00099650 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 14 avril 2011
  3. Château du Doux
  4. a, b et c Colette Aymard (directrice de la publication), Architecture et patrimoine du XXe siècle en Corrèze, Direction régionale des affaires culturelles du Limousin, 2010, p. 1-2
  5. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=13134

Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « insee » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « insee2007 » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :