FN Herstal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FN et Herstal (homonymie).

50° 40′ 10″ N 5° 37′ 56″ E / 50.6695, 5.6322

Entrée de la fabrique à Herstal
Garde National chypriote avec son FN P90 lors d'une parade à Larnaca
Gravure décorative sur la carcasse d'un pistolet FN Browning GP35

La Fabrique nationale de Herstal, plus généralement connue sous le nom Fabrique nationale ou sous son abréviation FN, est une fabrique d'armement établie à Herstal, près de Liège en Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

FN (Fabrique Nationale) fut fondée en 1889 à la suite d'une commande de l'État portant sur 150 000 fusils Mauser. Déjà au XVIIe siècle, la région liégeoise était réputée pour ses fabrications mécaniques et particulièrement ses armes à feu. Les artisans armuriers liégeois travaillaient de façon indépendante souvent à domicile et étaient spécialisés dans certaines opérations. Le résultat était qu'un canon de fusil parcourait, aux cours de sa fabrication, des dizaines de kilomètres dans toute l'agglomération liégeoise avant d'être terminé.

Au début du XIXe siècle, quelques artisans décidèrent de créer un lieu pour se rassembler, ils le nommèrent le syndicat. Ce bâtiment existe toujours et est situé près de la place Coronmeuse à Herstal.

Le 15 octobre 1888, un ensemble de constructeurs liégeois (les Fabricants d'Armes Réunis) signent une convention qui prévoit de créer une société anonyme au cas où ils remporteraient un marché de 150 000 armes pour équiper l'armée belge (marché trop important pour un fabricant isolé). Avant même que le marché ne soit obtenu, le 3 juillet 1889, la société est créée, sous le nom « Fabrique nationale d'Armes de Guerre ». Le 21 octobre, Léopold II signe le décret adoptant le Mauser modèle 1889[2]. Une nouvelle usine est construite à l'autre bout d'Herstal pour répondre à la commande du gouvernement belge.

La collaboration avec John Moses Browning commence en 1898. En 1989, la Fabrique Nationale prend le contrôle de USRAC - US Repeating Arms company, détenteur de la célèbre marque Winchester.

Des voitures et des motocyclettes sont également construites par l'entreprise au début du XXe siècle.

Sous l'occupation allemande, la FN est utilisée comme usine d'armements sous le nom de DWM (Deutsche Waffen und Munitionsfabriken).

Après-guerre commencera la fabrication de machines à traire (conception Declaye), en partie copiées sur la machine américaine Surge, et, plus tard, la fabrication de congélateurs domestiques.

La FN Herstal été associée entre 1972 et 1987 (participation croisée) avec Beretta. Dans les années 1970, elle entre également dans le capital de la Manufacture d'armes de Bayonne avant la disparition de cette dernière dans les années 1980.

De 1991 à 1997, elle a appartenu à GIAT Industries, avant d'être reprise par la Région wallonne[3],[1].

La division moteurs rejoint le groupe Snecma en 1989[4].

En 1975, FN Herstal occupait 10 286 personnes à Liège. En 1990, l’emploi était réduit à 1 516 unités (il faut toutefois tenir compte des 1 710 emplois repris dans FN Moteurs, qui deviendra Techspace Aero en 1992). En 2001, FN Herstal n’offre plus que 914 emplois et Techspace Aero 1 291.

Catalogue d'armes[modifier | modifier le code]

Les armes fabriquées au XXe et XXIe siècles par la FN incluent notamment :

La FN détient par ailleurs aussi la Browning Arms Company, un fabricant américain connu pour son Browning M2. Elle a également racheté la firme américaine U.S. Repeating Company, anciennement Winchester Repeating Arms Company.

Bibliographie sur les armes de le FN[modifier | modifier le code]

  • Le pistolet FN Baby expliqué - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2011)
  • Le pistolet FN 1900 expliqué - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2009)
  • Le pistolet FN 1906 expliqué - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2009)
  • FN Browning 1910 & 1922 - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2006)
  • Le pistolet FN GP expliqué - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2006)
  • Le FN FAL expliqué - ebook par Gérard Henrotin (Éditions H&L - HLebooks 2004)

Mécanique[modifier | modifier le code]

Stand FN en 1929
Une très ancienne FN 4-cylindres
FN Tricar 1947
  • Constructeur des bicyclettes de 1895 à 1927
  • Constructeur de voitures automobiles entre 1900 et 1935
  • Constructeur de motos de 1901 à 1965.
    • 1901 : premier modèle : vélomoteur à transmission par courroie plate et moteur de 133 cm³.
    • 1905 : première moto 4-cylindres du monde. Modèle à arbre sans cardan et allumage par magnéto, frein à tambour arrière.
    • 1923 : machine de sport à bloc moteur de 350 cm³ à soupapes en tête, graissage à carter sec, 3 vitesses
    • 1926 : 500 cm³ sportive
    • Première traversée du Sahara en moto
    • 81 records du monde en solo 350, 500, 750 et 1 000 cm³ et en side-car en 350 et 600 cm³.
    • Motos militaires : M 12 SM équipée d'un moteur de 1 000 cm³ bicylindre à plat, boîte à quatre vitesses avec marche arrière, transmission par cardan. Le side-car, blindé, était muni d'une roue rendue motrice à volonté.
    • Après la Seconde Guerre mondiale : série FN XIII, monocylindres de 250, 350 et 450 cm³.
    • Fin des années 1950 à 1965 : retour au cyclomoteur

La FN a aussi fabriqué un véhicule hybride, à trois roues, dénommé « Tri-car » (Circa 1935-1940), composé d'une grosse moto et d'un caisson de transport formant un tout, comme une camionnette.

Dans les années 1960, la FN a produit un tricycle motorisé et pliable à destination des troupes aéroportées, l'AS 24, utilisé presque exclusivement par les troupes parachutistes belges.

Avec les motos Saroléa et Gillet, la production de la FN faisait partie de ce que l'on appelait les « Demoiselles de Herstal ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « Herstal Group: About Us », FN Herstal (consulté le 2010-06-24)
  2. Claude Feys, René Smeets, Les Revolvers et les Fusils Nagant, Ed. Jacques Granger, 1982
  3. GUY DEPAS, « L'ACCORD AVEC GIAT INDUSTRIES A ETE PARAPHE LA NUIT DERNIERE », Le Soir,‎ jeudi 29 novembre 1990 (consulté le 2 mars 2011)
  4. « Informations économiques - SNECMA Belgique Techspace Aero », Sodia,‎ mercredi 2 juillet 2003 (consulté le 2 mars 2011)