Jumelles de vision nocturne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
JVN expérimentales
Deux soldats Américains pendant la guerre d'Irak en 2003 vus à travers un système de vision nocturne

Les jumelles de vision nocturne (JVN), sont des instruments optiques permettant de voir dans l'obscurité. Elles sont surtout utilisées par les forces armées et de police pour la vision de nuit.

Après avoir été utilisées pour la première fois pendant la guerre du Viêt Nam, elles connurent plusieurs étapes de développement technologique. À l’heure actuelle, l’armée a dépassé la troisième génération (faisant appel a une technologie à base d’arséniure de gallium).

Technologies[modifier | modifier le code]

JVN passives[modifier | modifier le code]

Les JVN passives amplifient plusieurs milliers de fois la luminosité résiduelle dans les zones rapprochées à l’aide d’un amplificateur de lumière. Ce système met à profit l’effet photoélectrique. Lorsqu’un photon percute une plaque de détection, le métal libère plusieurs électrons amplifiés à leur tour dans une cascade d’électrons visualisés sur un écran phosphorescent. Une étoile dans le ciel suffit parfois pour éclairer tout un champ. Ce système est couramment utilisé pour la visualisation en temps de guerre et fonctionne en couleur verte. Cette couleur a été choisie parce que l’œil humain y est particulièrement sensible et peut distinguer de très nombreuses nuances. Elle permet aussi à l’œil, plus qu’avec d’autres couleurs, de réaccommoder plus rapidement lorsque l’observateur enlève ses JVN.

Pour les missions en environnement enneigé ou sur la glace, des JVN expérimentales ont été testées utilisant des teintes bleutées. Cela donne au combattant une vision plus réaliste de la variété des teintes. L’utilisation de JVN vertes tend à renforcer l’effet d’ombres de sorte que le dispositif fait apparaître un plus grand nombre de dégradés que dans le même paysage observé à l’œil nu.

JVN actives[modifier | modifier le code]

Les JVN actives illuminent la scène avec un faisceau infrarouge du même type que le rayon des télécommandes d’appareils électroniques grand public et visualisent la lumière réfléchie. Ces lunettes peuvent nécessiter l’utilisation d’amplificateurs de luminosité résiduelle. Cette caractéristique trouve son application sur les caméras vidéos d’usage courant car elle répond au besoin de la plupart des utilisateurs de voir dans l’obscurité. Si l’on pointe une télécommande à infrarouge (type poste de télévision) sur un système de ce type, ce dernier produira une image éblouissante due à l'émetteur électroluminescent infrarouge qu’il utilise. Ceci n’est pratiquement pas utilisé par les armées car l’ennemi peut avoir des instruments permettant de détecter ces lampes à infrarouge.

Il existe des lunettes combinant les deux technologies et fournissant des images aussi claires qu’en plein jour. En plus des JVN, la technologie de la vision nocturne est aussi utilisée dans les viseurs télescopiques de fusils, les caméras de télévision de surveillance, les jumelles d’observation etc.

Générations d'appareils[modifier | modifier le code]

Génération 0[modifier | modifier le code]

La première génération, dénommées « sniperscope » ou « snooperscope », a été utilisée par l'armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale puis pendant la guerre de Corée pour assister les tireurs d'élites (snipers). Il s'agit d'appareils actifs car émetteurs de large faisceaux infrarouges. L'amplificateur de lumière est constitué d'une photocathode faite d'argent, de césium et d'oxygène pour accélérer les électrons.

L'armée allemande a également fait des recherches sur la vision nocturne à la fin de la seconde guerre mondiale pour arriver à équiper environ 50 chars Panther et à produire un système de vision portable pour l'infanterie.

Génération 1[modifier | modifier le code]

Cette génération d'appareils sont passifs, ils se contentent de la faible lumière ambiante si la lune est au rendez-vous. Ils sont introduits durant la guerre du Vietnam et permettent une amplification de luminosité d'environ 1000x.

Génération 2[modifier | modifier le code]

L'amélioration de cette génération porte sur le tube d'amplification utilisant une galette de microcanaux avec une nouvelle photocathode, cela permet d'avoir une meilleure luminosité, particulièrement au bord de la lentille. Ce type d'appareils peuvent s'utiliser les nuits sans lune, le taux d'amplification étant d'environ 20 000x.

Génération 3[modifier | modifier le code]

Cette génération garde la galette de microcanaux mais utilise une photocathode fabriquée à partir d'arséniure de gallium pour une meilleure résolution d'image. Un filtre d'ions est inséré pour préserver le tube amplificateur qui obtient un taux d'amplification de 30 000x à 50 000x.

Omni-VII[modifier | modifier le code]

L'armée américaine dispose de l'« US Army Night Vision and Electronic Sensors Directorate », entité émanant du gouvernement et faisant autorité sur les versions des appareils de vision nocturne. Bien que de nouvelles performances soient apparues avec les jumelles Omni-VII, on ne peut pas encore parler de génération 4[1].

Ces appareils ont deux innovations:

  • une gestion de l'alimentation de la photocathode, pour s'adapter rapidement aux changements de luminosité ;
  • un filtre d'ions allégé ou retiré, pour une meilleure sensibilité au prix d'une durée de vie moindre en passant de 20 000 heures théoriques à 15 000 heures.


Inconvénients risques et limites d'utilisation[modifier | modifier le code]

à compléter

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Night Vision & Electronic Sensors Directorate - Fort Belvoir, VA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • ENVG, acronyme de Enhanced Night Vision Goggle, Northrop Grumman Fused Multispectral Weapon Sight, combinant les technologies d'amplification lumineuse et thermique.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]