Akka Technologies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AKKA Technologies)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Akka.

Akka

alt=Description de l'image Akka.jpg.
Création 1984
Fondateurs Maurice Ricci
Personnages clés Maurice Ricci, Alain Tisserand, Nicolas Valtille, Jean Franck Ricci, Nicolas Pacault
Forme juridique SA
Action AKA
Slogan Your Future is our business
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Activité Ingénierie et Conseil en Hautes Technologies
Effectif 11 000 (2013) [1][2]
Site web www.akka.eu
Chiffre d’affaires en augmentation 879 M (2013)[2]
Résultat net en diminution 30,0 M (2013) [2]

Akka Technologies est un groupe européen d'ingénierie et de conseil en technologies. Ces sociétés de service sont, comme beaucoup d'autres, positionnées sur l’ensemble des secteurs d’activités industriels et tertiaires, à savoir notamment aéronautique, ferroviaire, défense, spatial, automobile, Système d'information (SI), télécommunications. Les sociétés du groupe disposent de plus de cinquante implantations en France ainsi qu'en Allemagne, Belgique, Espagne, Inde, Italie, Maroc, Roumanie, Royaume-Uni, Chine, Amérique du Nord et Suisse.

Historique[modifier | modifier le code]

L'histoire des premières sociétés du groupe Akka Technologies remonte à 1984, mais le groupe est réellement constitué qu'en 1999, où il prend le nom d'Akka Technologies, par le regroupement de plusieurs sociétés spécialisées en conseil et ingénierie.

En 2000, Akka Technologies acquiert Assip. En 2003 et 2004, Akka Technologies acquiert BE System et la branche nucléaire Teuchos.

En mars 2005, Akka Technologies acquiert la société Infotechlog. Le 31 mars 2005, Akka Technologies est introduit en bourse sur l'eurolist d'Euronext Paris. Le 26 avril 2006, Akka Technologies acquiert Silogic. En décembre 2006, Akka Technologies acquiert SD&A, une entreprise belge. En novembre 2007, Akka Technologies acquiert Coframi. En décembre 2009, Akka Technologies acquiert Ekis. En juillet 2011, Akka Technologies acquiert la société Aeroconseil, employant 1 200 personnes.

En 2012, Akka Technologies acquiert 65 % de la société allemande MBtech, filiale d'ingénierie de Daimler-Benz. L'opération fait passer ses effectifs de 7 000 à près de 10 000 ingénieurs, principalement en Europe, et aussi en Amérique du Nord et en Chine. Le chiffre d'affaires devrait passer de 545 millions d'euros (à fin 2011) à 900 millions d'euros.

Sociétés de groupe Akka Technologies[modifier | modifier le code]

Le groupe Akka Technologies est propriétaire de plusieurs sociétés d'importance.

En France il est notamment propriétaire de Casciope, d'Akka I&S, d'Akka Informatique et Systèmes, d'Aeroconseil. En Allemagne, il est propriétaire de MB Tech. À l'étranger, il est notamment propriétaire d'Akka Canada, d'Akka middle Est, Akka Aeroconseil Espagne.

Le nombre d'employé cumulés dans l'ensemble de ces sociétés avoisine les 11 000[1].

Chiffres[modifier | modifier le code]

2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Nombre de salariés 1690 2322 3271 5205 5110 5630 6910 10 000 11 000
Chiffre d'affaires 119,5 M€ 160,1 M€ 353 M€ 381,5 M€ 332 M€ 400 M€ 474 M€ 827 M€ 879 M€
  • Part du chiffre d'affaires hors France = 51 % (2012)
  • Résultat Opérationnel d'activité : 63.0 M€ (2012)
  • Résultats net : 41.3 M€ (2012)
  • Perpective 2014 : +10 M€ (suite à un plan de sauvegarde le 1er mars 2014)

Actionnariat[modifier | modifier le code]

  • Répartition  :
    • Famille Ricci [3]: 61,6 %
    • Public : 23,9 %
    • Banque de Vizille : 7,52 %
  • Valeur nominale = euro
  • 16 755 489 actions le 17/05/14

Évolution des effectifs[modifier | modifier le code]

La société Akka Technologies, à l’instar des grandes Entreprises de Services du Numérique (ESN, ex SSII), lance régulièrement des plans de recrutement massifs[4]. Ceux-ci sont cependant accompagnés de plans de départs de même envergure.

En 2012, le turn-over est de 24,9 %[5] sur l'ensemble du groupe Akka Technologies, et de 23,1 %[5] sur les effectifs France. Ce chiffre est supérieur au turn-over moyen des ESN, de l'ordre des 15%[6].

Un fort taux de turn-over est souvent représentatif d’une grande mobilité du secteur favorisant l'opportunisme des salariés à trouver de meilleures conditions ou rémunérations ailleurs, mais aussi de mauvaises conditions de travail, ou de nombreux blocages (évolution de carrière, salaire, mobilité)[7].


Tableau de l’évolution des effectifs en 2012 et 2013 :

Groupe Akka au complet (Monde) dont France dont Allemagne
Année Effectif total Embauches Départs Effectif Embauches Départs Effectif
2012[8] 10 645 2 593 2 219 6 052 1 413 1 377 2 945
2013[2] 10 785 2 375 2 183 6 021 2 916

Tous types de contrats d’embauches confondus, et tous types de départs confondus.

Stratégie de recrutement[modifier | modifier le code]

Répartition des effectifs du groupe Akka Technologies par tranches d'âge, en 2013[2].

Le groupe Akka Technologies cherche à augmenter son attractivité auprès des étudiants au travers d’opérations de recrutement originales. À titre d’exemple, le groupe organise chaque année un évènement de recrutement aux sports d’hiver auquel des étudiants sont invités[9].

Le fort taux de turn-over, associé à la forme particulière de l’histogramme des âges, peut être représentatif d’un effet de Noria au sein de l'entreprise[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Données-clés, sur le site officiel Akka Technologies
  2. a, b, c, d et e [PDF] Rapport annuel 2013, sur le site akka.eu
  3. “Ricci Family” means Maurice Ricci and/or Jean-Franck Ricci and/or any of theirrespective heirs or descendants or any entities controlled by such persons within themeaning of Article L.233-3 of the French Code de commerce.
  4. Article « Les SSII continuent à recruter à tour de bras » du journal Le Monde Informatique
  5. a et b Chiffres calculés selon la formule de rotation de l’emploi et à partir des données d’effectif, nombre d’embauches, et nombre de départs publiés dans le Rapport annuel 2012
  6. Article « Turnover des cadres : record peu glorieux pour les SSII ! » de l’association Munci
  7. Issu de l’article Rotation de l'emploi de Wikipedia
  8. [PDF] Rapport annuel 2012, sur le site akka.eu
  9. Article « AKKA Technologies fait venir des jeunes ingénieurs au sommet » du journal Les Echos - Business
  10. Article « Comment l’informatique exige du sang neuf… et pas cher » du journal l’Humanité