Église Santa Maria delle Grazie de Milan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santa Maria delle Grazie.
L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Santa Maria delle Grazie, Milano, Italy.jpg
Coordonnées 45° 27′ 57.2″ N 9° 10′ 13.8″ E / 45.465889, 9.1705 ()45° 27′ 57.2″ Nord 9° 10′ 13.8″ Est / 45.465889, 9.1705 ()  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Province de Milan, Lombardie
Type Culturel
Critères (i) (ii)
Superficie 1,5 ha
Numéro
d’identification
93
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1980 (4e session)

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci

Géolocalisation sur la carte : Milan

(Voir situation sur carte : Milan)
L'église et le couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie avec « La Cène » de Léonard de Vinci
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Santa Maria delle Grazie est la dédicace d'une église de Milan.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église et le monastère ont été fondés vers 1463 par des Dominicains sur un terrain offert par Gasparo Vimercati. Sur ce terrain existait déjà un oratoire dédié à une image miraculeuse de la Vierge des Miséricordes ( Vergine delle Grazie ). Cet oratoire fut conservé et intégré à la nouvelle construction et l'église consacrée à Santa Maria delle Grazie[1]. L'église est achevée entre 1472 et 1482.

Le premier architecte en est Guiniforte Solari. L'intérieur est constitué de trois nefs, séparées par une série de colonnes en granit, avec des chapiteaux corinthiens, d'où s'élancent des voûtes d'arêtes « à la forme ogivale peu accentuée [2]».

En 1492, sur ordre de Ludovic Sforza, l'abside de l'église (y compris le chœur et le transept) sont démolis. La nouvelle abside est réalisée par Bramante. La coupole a un diamètre de 20 m et une hauteur de 40 m.

Entre 1886 et 1895, une campagne de restauration est menée sous la direction de Luca Beltrami (à qui l'on doit aussi la restauration du Castello Sforzesco).

Dans l'ancien oratoire, la chapelle du Rosaire (Capella del Rosario), on trouve toujours sur l'autel l'image qui était jugée miraculeuse par les Milanais. À l'entrée de la chapelle Giovanni Battista Crespi, dit le Cerano, a peint avec son atelier un tableau représentant la Vergine delle Grazie.

La quatrième chapelle de droite avait été mise à disposition de la Congrégation de la Sainte-Couronne par les Dominicains. La congrégation avait commandé au Titien le Couronnement d'épines aujourd'hui au Louvre[3]. La chapelle a été décorée par Gaudenzio Ferrari. Le thème en est la passion du Christ, avec d'un côté une Crucifixion, et de l'autre un Ecce Homo et une Flagellation.

On trouve dans le réfectoire La Cène de Léonard de Vinci (ainsi que la Crucifixion de Giovanni Donato Montorfano). L'ensemble est inscrit à la liste du patrimoine mondial de l'humanité établie par l'UNESCO.

La Cène (1495-1498) de Léonard de Vinci

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Cène de Léonard et Ste Marie des Grâces, Franco Mazzini, 1966
  2. Franco Mazzini.
  3. Site officiel du musée du Louvre