Docteur de l'Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Docteur de l’Église)
Aller à : navigation, rechercher
Les Quatre Docteurs de L'Église latine de Pier Francesco Sacchi. On notera qu'ils sont représentés avec les attributs des quatre Évangélistes : l'homme, le lion, le bœuf et l'aigle

Dans l'Église catholique, un docteur de l'Église est un baptisé, homme ou femme, dont l'Église reconnaît l'autorité exceptionnelle dans le domaine de la théologie (eminens doctrina). La profondeur de leur foi, alliée à la sûreté de leur pensée et la sainteté de leur vie donnent à leurs écrits et leur enseignement un poids et une influence durable et remarquable dans le développement de la doctrine chrétienne[1].

Tous les docteurs de l'Église ont été soit formellement canonisés, soit officiellement considérés comme saints pour les plus anciens d'entre eux. Alors que jusqu'en 1970, le titre n'avait été conféré qu'à des hommes, depuis cette date, parmi les cinq docteurs de l'Église qui ont été proclamés, quatre sont des femmes[2].

Statut[modifier | modifier le code]

Même si deux papes ont historiquement reçu le titre de docteurs de l'Église, la thèse qui semble prévaloir, défendue notamment par le cardinal Umberto Betti, est de ne plus leur attribuer ce titre. En effet, selon la présentation du jésuite Giandomenico Mucci,

« Il paraît problématique d'attribuer le titre de docteur de l'Église universelle à un saint qui a été pontife romain. En effet les documents de son magistère font autorité non pas du fait de la eminens doctrina qu'il possède comme don de grâce personnel, mais en vertu de la charge qui a fait de lui le suprême pasteur et docteur de tous les fidèles »

En revanche les martyrs pourraient recevoir ce titre[2].

Les 35 docteurs sont répartis ainsi :

Causes de doctorat qui sont à l'étude[modifier | modifier le code]

Les dossiers concernant les nouveaux docteurs de l'Église sont examinés conjointement par la congrégation pour les causes des saints et celle pour la doctrine de la foi.

Le pape Benoît XVI annonce, lors d'une messe des journées mondiales de la jeunesse 2011 devant des séminaristes, qu'il proclamera prochainement Jean d'Avila (1500-1569, canonisé en 1970) et Hildegarde de Bingen docteurs de l'Église[3]. C'est chose faite le 7 octobre 2012[4].

La proclamation de Bernardin de Sienne comme docteur pourrait être très proche, puisqu'il ne manque que l'approbation finale du pape.

Parmi les autres causes de doctorat actuellement examinées, on compte cinq femmes : Véronique Giuliani, Gertrude de Helfta, Brigitte de Suède, Marguerite-Marie Alacoque et Julienne de Norwich, et dix hommes : Grégoire de Narek, Jean Bosco, Cyrille et Méthode, Laurent Justinien, Antonin de Florence, Thomas de Villeneuve, Ignace de Loyola, Vincent de Paul, et Louis-Marie Grignion de Montfort[2].

D'autres noms sont parfois proposés par des conférences épiscopales, c'est ainsi le cas de la sainte polonaise Faustine Kowalska le dimanche 2 octobre 2011 à l'occasion du deuxième congrès mondial de la divine miséricorde[5].

Liste chronologique[modifier | modifier le code]

L'Église catholique reconnaît 35 docteurs de l'Église. Ce titre ne doit pas être confondu avec celui de « Pères de l'Église » désignation traditionnelle, et non pas issue de l'autorité ecclésiastique, pour des personnalités des tout premiers siècles du Christianisme.

Certains des Pères de l'Église furent également déclarés « docteurs ». Le titre de docteur a d'ailleurs été créé officiellement en 1295 pour conférer une dignité particulière à quatre Pères de l'Église latine.

Avec Pie V la liste s'élargit pour comporter quatre Pères orientaux et Thomas d'Aquin. À partir du XVIIIe siècle le titre sera accordé de manière plus fréquente.

Les quatre docteurs latins de la tradition[modifier | modifier le code]

En 1295, pour la première fois, un pape, Boniface VIII confère officiellement le titre de « docteur de l'Église » à quatre pères latins. L'idée consistait à élever leur célébration et commémoration liturgique au rang de celles des apôtres et évangélistes. Ce sont :

Les docteurs proclamés par l'Église catholique du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Après le concile de Trente, en 1568, cette première liste est équilibrée par Pie V qui déclare quatre pères orientaux, également docteurs de l'Église. Ce sont :

Le même Pie V confère également, en 1568, le titre à

  • 9- Thomas d'Aquin (1225 - 1274), religieux dominicain, appelé « docteur commun », « docteur des docteurs » ou « docteur angélique ».

Peu après, en 1586, le titre est accordé par Sixte V à

Les docteurs proclamés par l'Église catholique du XVIIIe au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

À partir du XVIIIe siècle le titre sera accordé de manière plus fréquente.

Les docteurs proclamés par l'Église catholique au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les docteurs proclamés par l'Église catholique au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voici un site contenant de nombreuses informations sur tous les docteurs de l'Église, ainsi que certains de leurs écrits téléchargeables : www.jesusmarie.com