Économie de l'attention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’économie de l’attention est une nouvelle branche des sciences économiques et de gestion qui traite l'attention comme une ressource rare en prenant appui sur les théories économiques afin de problématiser "le fonctionnement de marchés dans lesquels l’offre est abondante (et donc économiquement dévalorisée) et la ressource rare devient le temps et l’attention des consommateurs"[1].

L'un des premiers chercheurs à formuler ce concept est Herbert Simon:

« Dans un monde riche en information, l'abondance d'information entraîne la pénurie d'une autre ressource : la rareté devient ce qui est consommé par l'information. Ce que l'information consomme est assez évident : c'est l'attention de ses receveurs. Donc une abondance d'information crée une rareté d'attention et le besoin de répartir efficacement cette attention parmi la surabondance des sources informations qui peuvent la consommer »

— Simon, H. A. "Designing Organizations for an Information-Rich World", [2]

Dans le grand public, l'avènement de l’économie de l’attention a également été popularisée à travers la polémique qui a suivi le discours de Patrick Le Lay qui, parlant du modèle d'affaire de TF1 affirma[3] "Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Musique et numérique : L’économie MySpace est-elle favorable à la création ? Daniel Kaplan, InternetActu 12/04/07
  2. Simon, H. A. (1971), "Designing Organizations for an Information-Rich World", in Martin Greenberger, Computers, Communication, and the Public Interest, Baltimore, MD: The Johns Hopkins Press, ISBN 0-8018-1135-X
  3. en juillet 2004

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]