Économie du bien-être

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’économie du bien-être est une branche de l'économie qui s'intéresse à la définition et à la mesure du bien-être social, ainsi qu'au cadre d'étude à partir duquel sont conçues les politiques publiques[1]. Elle cherche principalement à répondre à la question :« Entre plusieurs situations économiques possibles - chaque situation étant caractérisée par la façon dont sont réparties les ressources et les revenus, laquelle est la meilleure ? »[2]. « La mort de l'économie du bien-être a souvent été proclamée[3], non parce que les questions qu'elle traite seraient inutiles ou superflues, mais parce que les outils qu'elle propose peinent à répondre aux questions soulevées. Mais les pistes ouvertes par ses développements récents semblent pouvoir repousser les limites auxquelles se heurtaient les travaux fondateurs »[4].

L'approche fondatrice[modifier | modifier le code]

L'héritage utilitariste[modifier | modifier le code]

Elle découle des travaux et analyses utilitaristes de Jeremy Bentham, de John Stuart Mill ou encore de William Stanley Jevons[5], qui se fondent sur les hypothèses suivantes :

  • une situation économique se caractérise par la façon dont les ressources et les revenus sont répartis ;
  • les individus sont les mieux placés pour juger leur propre bien-être (rationalité) ;
  • les individus cherchent à améliorer leur bien-être en fonction de critères d'utilité ;
  • l'utilité est mesurable directement en termes monétaires (utilité cardinale) ;
  • le bien-être de la société est la somme des bien-être particuliers.

Le bien-être social optimum selon W. Pareto[modifier | modifier le code]

Une situation est considérée comme étant optimale d'après l'optimum de pareto, si aucun individu ne peut améliorer son bien-être sans détériorer le bien-être d'un autre. L'optimum - dans cette vision- ne peut être défini de manière absolue mais seulement relative, dans le cadre d'une répartition donnée des revenus. Le critère de Pareto implique l'usage de comparaisons interpersonnelles d'utilité.

Quatre critères sont nécessaires pour qu'une telle situation se réalise:

  1. Le taux marginal de substitution est égal pour tous les consommateurs. Aucun consommateur ne peut améliorer sa condition sans détériorer celle d'un autre.
  2. Le taux marginal de transformation est égal pour tous les producteurs. Aucun producteur ne peut améliorer sa condition sans détériorer celle d'un autre.
  3. Le coût marginal d'une ressource est égal au revenu marginal du produit. Le produit physique marginal d'un facteur est le même pour toutes les entreprises.
  4. Les taux marginaux de substitution sont égaux aux taux marginaux de transformation. La production satisfait la demande.

La formalisation d'Arthur Pigou[modifier | modifier le code]

En 1920,parait l'Ouvrage " The Economics of Welfare " de l'économiste britannique Arthur Pigou. La Thèse de Pigou repose sur des hypothèses de nature individualiste :

  • l'individu est le seul juge de son bien-être
  • le bien-être de la société est exclusivement défini à partir du bien-être de chacun des individus.

Elle fait souvent référence au théorème fondamental selon lequel, sous certaines conditions, l'équilibre de marché est un équilibre de Pareto. Elle précise l'analyse sur les points suivants :

  • pour la définition du bien-Être : Pour un individu, à travail fourni égal, l'augmentation de la consommation, ou la hausse du temps de loisir accroit le bien-être.
  • pour le traitement de l'efficacité : usage du critère de Pareto, ou du critère de compensation de Hicks et Kaldor.
  • pour la répartition : recours à fonction de bien-être social,
  • pour le classement des préférences : mesure selon l'utilité ordinale.

À la fin des années 1930, alors que ces idées conduisent à réinterpreter l'utilité comme la seule représentation numérique des choix dans une théorie modernisée de la demande (à partir de comparaison interpersonnelles d'utilité), la validité de cette approche est à son tour mise en cause.

La « Nouvelle économie du Bien-être »[modifier | modifier le code]

En 1947, Paul A. Samuelson entend distinguer l'« ancienne » de la « nouvelle économie du Bien-être »[5]. en réfutant notamment le recours aux comparaisons interpersonnelles d'utilité. Cette contestation est formulée par un double courant.

L'école anglaise[modifier | modifier le code]

L'école américaine[modifier | modifier le code]

Les tendances contemporaines de l'économie de Bien-être[modifier | modifier le code]

Selon A Baujard « L'économie du bien-être est morte… Vive l'économie du Bien-être »[6].

La mesure du Bonheur[modifier | modifier le code]

Selon R.A. Esterlin (1974)[7] Layard L. (2005)[8] Clark A. et Senik C. (2008)[9], Davoine (2009)[10].

Le retour de l'analyse comparative[modifier | modifier le code]

Selon A.K. Sen (1985) et (1992)[11],[12] ; Robeyns I. (2005) et (2006)[13],[14].

La théorie de l'équité[modifier | modifier le code]

Selon M. Fleurbay et P. Mongin (2005)[15]. M. Fleurbay, (2008)[16] M Fleurbay et F.Maniquet (2011)[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. De l'économie du Bien-être à la Théorie de l'Equité ; La pensée économique contemporaine ; Cahiers français n°363, Documentation Française
  2. Dictionnaire d'économie et de sciences sociales, sous la Direction de CD Echaudemaison, Nathan Paris 1993
  3. M. Fleurbay et P. Mongin , « The news of the death of welfare economics is greatly exaggerated » (2005) , Social choice and Welfare, 25
  4. Cahiers Français n° 363, op. cit.
  5. a et b Cahiers français n°363, op. cit.
  6. WP CREM 2011- 2012.
  7. « Does Economic growth improve the human lot ? » in « Nations and Households in economic growth », New York, Eds academic Press, Inc.
  8. «Happiness. Lessons from a new science », London, Penguin Books
  9. « la croissance rend-t-elle heureux » in « Questions d'économie contemporaine » Paris, Albin Michel, coll économiques
  10. « L'économie du Bonheur », revue économique, 60
  11. « Commodities and capabilities », Oxford University Press
  12. « Repenser l'inégalité », Seuil Paris 2000, coll Histoire immédiate
  13. « The capability approach : a theoretical survey » Journal of Human Development, 6
  14. « The capability, approach in practice », Journal of Human Development, 14
  15. « The news of the death of welfare economics is greatly exaggerated », Social choice and Welfare, 25
  16. M. Fleurbay, « Responsibility and Welfare » Oxford University Press
  17. « A theory of Fairness and social Welfare », Cambridge University Press

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ankerl, G. Concept de l'investissement humain comme aspect de la politique de répartition. Collection internationale des sciences sociales et politiques Vol. V. Sirey-Westdeutscher vlg., Paris-Köln, 1965
  • Marc Fleurbaey, Welfare economic Plato Stanford [1]