World of Tanks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
World of Tanks
Image illustrative de l'article World of Tanks
Logo de World of Tanks

Éditeur Wargaming.net
Développeur Wargaming Minsk
Wargaming Chicago-Baltimore (consoles)
Musique Sergey Khmelevsky

Date de sortie
  • PC
  • Russie 30 octobre 2010
  • États-Unis Canada Europe 12 avril 2011

    Xbox 360
  • Sortie internationale 15 février 2014

    iOS
  • Sortie internationale 26 juin 2014

    Android
  • Sortie internationale 3 décembre 2014

    PS4
  • Sortie internationale 19 janvier 2016

    Xbox One
  • Sortie internationale 20 juillet 2015
Licence Freeware
Version 0.9.16 ()
Genre MMO, FPS
Mode de jeu Multijoueur
Plate-forme Windows, macOS et Linux
Xbox 360, Xbox One et PlayStation 4
iOS et Android
Média Téléchargement
Langue Multilingue
Contrôle Souris et clavier
Manette (consoles)

Évaluation ESRB : T ?
PEGI : 7 ?
USK : 12 ?
Moteur BigWorld[1]

Site web http://worldoftanks.eu/

World of Tanks est un jeu vidéo biélorusse développé par Wargaming.net. Il est publié pour Windows en en tant que freemium. Il s’agit d’un jeu de simulation de char de combat massivement multijoueur.

Tous les chars du jeu sont tirés de modèles réels de la première moitié du XXe siècle, visibles dans les musées du monde entier, mais aussi de projets qui n'ont jamais dépassé le stade du papier. Actuellement, le jeu rassemble des chars soviétiques, allemands, américains, français, anglais, chinois, japonais, tchécoslovaques, ainsi qu'un suédois.

Le jeu rencontrant un franc-succès, Wargaming décide de créer une adaptation pour mobile, nommée World of Tanks Blitz en . La même année, le jeu est porté sur Xbox 360, puis sur Xbox One et sur PS4, respectivement en et .

Le jeu a remporté plusieurs distinctions, dont celle du record du « plus grand nombre de joueurs simultanément connectés à un seul serveur », avec plus de 190 000 joueurs sur le serveur russe[2].

Fonctionnement du jeu[modifier | modifier le code]

Chars - Fonctionnement général[modifier | modifier le code]

Dans le jeu, les joueurs disposent de chars répartis en cinq catégories : chars légers, moyens et lourds ; chasseurs de chars et canons automoteurs (artillerie)[3], offrant au joueur différents gameplay : les chars légers sont essentiellement des chars pour effectuer de la reconnaissance, compte tenu de leur vitesse et de leur portée de vue ; les chars lourds sont plus lents mais disposent d'un blindage et d'un canon plus puissant afin de percer les lignes ennemies. Quand aux chars moyens, ils sont polyvalents, ce qui leur permet d'effectuer la reconnaissance, tout comme se positionner en soutien lorsqu'un char lourd attaque. Les chasseurs de chars servent à créer des embuscades afin de ralentir la progression de l'adversaire. Enfin, les canons automoteurs sont des chars permettant principalement un tir indirect et n'ont que très peu de blindage.

Ces chars sont séparés en dix rangs, également nommés « tier » sur la version anglophone, définis directement par les développeurs du jeu. Plus le rang d'un char est élevé, plus ses caractéristiques (blindage, puissance de feu, etc.) sont élevées. Le joueur peut débloquer les chars de plus haut rang et des améliorations pour ces derniers (notamment concernant le canon et la tourelle, les chenilles, le moteur, etc.) dans l'arbre de recherche, grâce à un système d'expérience.

Enfin, chaque char dispose de plusieurs membres d'équipages pouvant être formés pour améliorer les performances du char. Il est également possible d'ajouter divers équipements au char pour en modifier ses propriétés (camouflage, visée améliorée, ...).

Il est important de noter que, bien que tous les chars présents sur le jeu soient des chars ayant réellement existé (même si certains n'ont pas dépassé le stade de concept), les caractéristiques de ces derniers peuvent être différentes de la réalité afin de conserver un jeu équilibré.

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Image du jeu - Bataille aléatoire

World of Tanks dispose de plusieurs modes de jeu offrant des contenus différents[4] :

  • Bataille aléatoire (Solo ou Peloton) : le joueur (avec un maximum de deux amis) participe à une bataille de 15 contre 15 joueurs (ou 7 contre 7 dans de rares cas où peu de joueurs sont connectés à un rang voulu, souvent aux rangs 2 et 3), choisis aléatoirement. Selon la carte, les objectifs peuvent être soit de capturer la base adverse, soit de prendre le contrôle de la base neutre.
  • Bataille en équipe : jusqu'à 7 joueurs jouent ensemble contre une autre équipe.
  • Bataille de bastion (Clans) : les joueurs d'un clan se battent pour défendre leur bastion des attaques provenant d'autres clans et cherchent à attaquer les bastions ennemis pour récupérer des récompenses.
  • Carte Globale (Clans) : l'ensemble des clans du serveur se battent pour la suprématie de leur clan sur cette très vaste carte. Cette carte est divisée en pays, eux-mêmes divisés en provinces (ou régions).

Le jeu considère qu'une équipe a gagné la partie lorsque l'objectif fixé est accompli (par exemple, capturer la base), ou que l'ensemble des véhicules ennemis ont été détruits. Si, à la fin du temps réglementaire (15 minutes), aucune des deux équipes n'a pu prendre l'ascendant sur l'autre, la partie est déclarée « nulle ». Lors d'une variante de partie (appelée Assaut), une équipe doit protéger une base et l'autre doit l'attaquer. Ce mode ne dure que 10 minutes et si, à la fin du temps réglementaire, des chars des deux équipes ne sont pas encore détruits, c'est l'équipe qui est en défense qui gagne la partie.

Équilibrage automatique[modifier | modifier le code]

Écran de composition des équipes avant la bataille

Pour les sélections aléatoires des joueurs, le jeu utilise un système de matchmaking qui tente de créer deux équipes équilibrées en se basant sur les rangs des chars. Par définition, le char le plus faible de la partie ne peut pas avoir plus de deux rangs de différence avec le char le plus haut rang de la partie, sauf cas particuliers (peu de joueurs connecté, peloton ayant des joueurs de niveaux disparates et les chars légers).

Le système de matchmaking prends d'autres paramètres du char en compte, tels que sa catégorie et son poids. Les chars lourds voient leur poids augmenté de 45 % et les canons automoteurs de 20 %. Ainsi lors de la répartition en deux équipes, un char moyen de rang 8 vaudra 40, alors qu'un char lourd de rang 7 vaudra 39,15. Ils sont dès lors considérés comme presque équivalents par le système lors de la création de l'équipe[5].

Ce système, réalisé en , est la principale source des plaintes des utilisateurs du jeu, considérant que les joueurs ayant les chars les plus faibles n'ont aucune chance face aux plus puissants.

Progression du joueur[modifier | modifier le code]

Écran de fin de partie, avec crédits et expérience gagnée

Pour chaque partie engagée, le joueur touche des points d'expérience et des « crédits » (monnaie virtuelle du jeu) ; leur montant dépend du résultat de l'équipe (gagnante ou perdante) et de l'incidence qu'a eu le joueur sur le déroulement de la partie (détection d'ennemis, coups au but, ...).

Les points d'expérience sont d'une part affectés à chaque membre d'équipage, ce qui lui permet d'être de plus en plus compétent dans son rôle principal (pilote, tireur, ...) et d'acquérir des aptitudes annexes (réparation, camouflage, ...), d'autre part affectés au char même, ce qui permet de « développer » pour ce dernier des améliorations (chenilles, moteurs, char de rang immédiatement supérieur dans l'arbre considéré, ...) et donc de les rendre disponibles à l'achat. En prime, une fraction de l'expérience acquise est cumulée en « expérience libre », ce qui permet d'anticiper les améliorations ci-avant pour n'importe quel char ou équipage possédé.

Les crédits servent d'une part à remettre son char en condition (réparation des dégâts de la bataille et rachat des munitions consommées), d'autre part à acheter des améliorations (pour n'importe quel char possédé) et de nouveaux chars à condition qu'ils aient été « développés » auparavant.

Si le joueur a de surcroît réalisé un fait d'armes hors du commun, il obtient une médaille honorifique (par exemple la médaille « Guerrier », attribuée à qui détruit six véhicules ennemis en une bataille) qui sera visible sur son profil.

Lors de certaines batailles, le joueur pourra également accomplir des missions spécifiques qui lui offriront des bonus conséquents (boosters d'expérience, crédits, chars rares, etc.).

Cette phase pouvant être considérée comme du farming (c'est-à-dire une action devant être répétée plusieurs fois afin de pouvoir avancer) par certains joueurs, Wargaming.net propose de supprimer en grande partie cet aspect du jeu en échange de « gold », monnaie payante du jeu. Le joueur peut alors convertir cette monnaie spéciale en monnaie classique, convertir de l'expérience de char en expérience libre ou bien acheter directement des chars premium[6].

Véhicules représentés dans le jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu comprend 448 véhicules blindés (au , dont 110 rares ou premium (payants). Les chars rares s'obtiennent en les gagnant à des concours ou en les achetant via la Boutique Premium[3].

Répartition des véhicules par nationalité et par type
Nationalité Chars légers Chars moyens Chars lourds Chasseurs de chars Canons automoteurs Total
Drapeau de l'URSS URSS 21 24 22 19 10 96
Drapeau des États-Unis États-Unis 14 23 10 18 11 76
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 9 9 6 0 0 24
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 10 18 9 17 10 64
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 3 8 0 0 0 11
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 20 29 15 25 11 100
Drapeau de la France France 12 10 8 10 10 50
Drapeau du Japon Japon 5 12 9 0 0 26
Drapeau de la Suède Suède 0 1 0 0 0 1
Total 94 134 79 89 52 448

Certaines nations, comme l'Allemagne, l'URSS et les États-Unis, sont très représentées dans le jeu par rapport aux autres pays.

Communauté du jeu[modifier | modifier le code]

La communauté de World of Tanks, en raison de sa présence mondiale, est très grande. Elle est décomposée en plusieurs parties, les comptes étant séparés sur plusieurs serveurs pour supporter l'afflux de joueurs : Amérique du Nord, Europe, Asie, Russie, Corée, Chine, la plus grande étant la communauté russe[7].

Afin de développer l'aspect communautaire, World of Tanks propose plusieurs options :

  • Captures d'écran : il est possible d'enregistrer des images du jeu directement, sans passer par des logiciels tiers.
  • Replays : cette option permet d'enregistrer la bataille dans son intégralité, ce qui peut notamment servir à prouver l'innocence d'un joueur en cas de litige, être conservé ou bien partagé comme sur le site amateur (en) « WoTReplays ».
  • Mods : il existe des mods permettant de modifier les graphismes ou l'interface du jeu. Il faut bien sûr tenir compte du fait que certains mods sont illégaux comme ceux qui indiquent la position de l'artillerie ennemie grâce aux traînées de tirs ou encore l'aimbot, mod qui permet à la visée automatique de tirer en avant d'un char pour mieux le toucher.
  • Événements : Wargaming propose de temps à autre des modes de jeux temporaires et originaux, comme le mode de jeu "8-bits" où l'ensemble de l'interface et des combats étaient pixelisés, ou plus récemment, le tournoi de « Tank Foot », où le joueur jouait, en 3 contre 3, au football avec son tank[8],[9] ou encore le mode « Convoi » créé pour commémorer les 100 ans du premier tank, le Mark I[10].

Développement du jeu[modifier | modifier le code]

Selon le récit des développeurs, le concept du jeu est venu à leur esprit le 29 ou le . Le jeu est officiellement annoncé par Wargaming.net le .

Une mise à jour du matchmaking, réalisée le pour l'anniversaire de la bataille d'El-Alamein, soulève depuis sa sortie des protestations de la part de certains joueurs car elle s'avère génératrice de déséquilibres encore plus flagrants que la version précédente : inégalité entre les catégories de chars dans chaque camp, chars de catégorie ou de rang inégaux appariés et d'autres, (pour exemple des chars moyens de rang 5 peuvent se retrouver contre des chars lourds de rang 7 qu'ils ne peuvent pénétrer, et ce même de flanc). Jusqu'ici les développeurs du jeu n'ont pas répondu aux remarques formulées sur ce point, bien que des mises au point aient eu lieu depuis[11].

La version 8.0, datant du , apporte un nouveau moteur graphique ainsi que d'autres améliorations importantes du jeu.

La version 9.14, en date de est une des plus importantes mises à jour de World of Tanks. Elle apporte un tout nouveau système sonore. La physique a elle aussi subi d'importants changements. On peut, depuis la mise à jour 9.14, faire déraper les chars ainsi que les retourner.

La version 9.15, en date du améliore encore les sons et la physique du jeu. L'implémentation d'un nouveau moteur de physique CoreEngine 3.0 améliore la physique et optimise le nombre d'images par seconde, ainsi qu'une compatibilité DirectX 11 pour les ordinateurs les plus récents. L'interface a aussi subi de nombreux changements : simplification des caractéristiques dans le garage, amélioration de la barre de capture de base etc. Les pelotons recevront dorénavant des bonus ou malus en fonction de la différence entre les rangs des chars des joueurs, cela dans le but de rendre le matchmaking plus équitable[12],[13].

La version 9.16, en date du apporte de nombreuses nouveautés, comme l'ajout d'un premier char suédois, d'une nouvelle carte (Paris) et d'un un design pour les mini-cartes. Il ne sera dorénavant plus possible de discuter avec l'équipe ennemie (afin d'éviter toute tricherie du type désigner la position d'un allié en fin de partie). Un système de comparaison des véhicules a été ajouté dans le garage du joueur. L'interface en combat a aussi été retravaillée[14].

Jeux et produits dérivés[modifier | modifier le code]

World of Tanks Blitz[modifier | modifier le code]

World of Tanks Blitz est une version adaptée du jeu pour les dispositifs mobiles. Le jeu est sorti en sur iOS, et en sur Android[15].

Il comporte cependant plusieurs différences : Les combats se jouent en 7 contre 7 et il n'y a que cinq nations présentes (Russie, États-Unis, Allemagne, Angleterre et Japon). Par ailleurs, il n'existe pas de canon automoteur sur cette version du jeu. Le jeu a également été porté en version Windows Phone / Windows 10.

Les cartes de jeu sont également plus petites ; les caractéristiques techniques de certains chars ont été revues, comme les points de structure, ou encore la puissance du canon.

World of Tanks Generals[modifier | modifier le code]

Annoncé et publié en exclusivement sur iOS, World of Tanks Generals est un jeu free-to-play de cartes à collecter autour de l'univers de World of Tanks. Les joueurs pouvaient ensuite se défier et combattre grâce aux cartes. Son développement a été arrêté le  ; les serveurs et l'application restent disponibles[16].

World of Tanks : Roll Out[modifier | modifier le code]

En , Wargaming.net à annoncé une série de cinq bandes dessinées basées sur l'univers de World of Tanks, sous le nom de World of Tanks : Roll Out. La série, écrite par Garth Ennis et Carlos Ezquerra, devrait être publiée par Dark Horse Comics[17]. Wargaming a lancé trois des chars apparaissant dans les bandes dessinées de Dark Horses, il s'agis du Cromwell Snakebite[1], Kraft's Panther[2] et le Sherman Firefly Boilermaker[3], chacun ayant un camouflage typique de World of Tanks: Roll Out.

Avis de la presse et récompenses[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média PC iOS Android
Jeuxvideo.com (FR) 15[18] 15[19] Non évalué
Agrégateurs de notes
Média PC iOS Android
Metacritic 80 %[20] 83 %[21] Non évalué

Le jeu a été globalement bien accueilli eu Europe et a rencontré un grand succès en Russie, pays d'origine de Wargaming.net, à tel point que le jeu a battu le record du nombre de joueurs simultanément connectés à un serveur.

Aperçu des notes reçues
Agrégateurs de notes
Média PS4 Xbox 360 Xbox One
Metacritic 80 %[22] Non évalué 76 %[23]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix du Best Online Client Game lors du KRI 2010[24].
  • Prix du Best New Concept lors de l'E3 2010[25].
  • Guinness World Records : « Most Players Online Simultaneously on One MMO Server »[2]
  • Prix du Best Game lors du KRI 2011
  • Prix de l'Audience Award lors du KRI 2011
  • Prix Golden Joystick du meilleur jeu en ligne de 2013[26]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Games powered by BigWorld Technology », sur http://bigworldtech.com/ (consulté le 22 juin 2016)
  2. a et b (en) « Most players online simultaneously on one MOG server | Guinness World Record », sur www.guinnessworldrecords.com,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  3. a et b « Tankopédia », sur worldoftanks.eu,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  4. (en) « Game Modes - Wargaming », sur wiki.wargaming.net,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  5. « Matchmaking in World of Tanks », sur wiki.wargaming.net,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  6. « WoT Economics », sur eu.wot-economics.com (consulté le 10 septembre 2016)
  7. « Serveurs de Jeu », sur wiki.wargaming.net,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  8. (en) « Winter Showdown », sur worldoftanks.com (consulté le 10 septembre 2016)
  9. « Football blindé 2016 », sur worldoftanks.eu (consulté le 10 septembre 2016)
  10. « Convoi : guide de ce mode de jeu incroyable », sur worldoftanks.eu (consulté le 22 septembre 2016)
  11. (en) « 8.11 Matchmaker - Updates and Patch Notes - World of Tanks official Asia Forums », sur forum.worldoftanks.asia,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  12. « Version 9.15 : les physiques et les sons », sur worldoftanks.eu (consulté le 10 septembre 2016)
  13. « Notes de version 9.15 | World of Tanks », sur worldoftanks.eu (consulté le 10 septembre 2016)
  14. « Mise à jour 9.16 : sortie le 5 octobre », sur worldoftanks.eu,‎ (consulté le 20 octobre 2016)
  15. « World of Tanks Blitz », sur wotblitz.eu (consulté le 10 septembre 2016)
  16. « Arrêt du développement de World of Tanks Generals | World of Tanks Generals », sur wotgenerals.eu (consulté le 10 septembre 2016)
  17. (en) « Garth Ennis and Carlos Ezquerra Unite for "World of Tanks: Roll Out" », sur worldoftanks.com (consulté le 10 septembre 2016)
  18. « Jeuxvideo.com (PC) », sur jeuxvideo.com,‎ (consulté le 21 juin 2016)
  19. « Jeuxvideo.com (iOS) », sur jeuxvidéo.com,‎ (consulté le 21 juin 2016)
  20. (en) « Metacritic (PC) », sur Metacritic (consulté le 7 juin 2016)
  21. (en) « Metacritic (iOS) », sur Metacritic (consulté le 9 juin 2016)
  22. (en) « Metacritic (PS4) », sur Metacritic (consulté le 7 juin 2016)
  23. (en) « Metacritic (Xbox One) », sur Metacritic (consulté le 7 juin 2016)
  24. (en) I. G. N. Staff, « Wargaming.net Wins Best KRI 2010 Game Developer Award from Critics in Russia », sur IGN,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  25. (en) « Gaming articles on Engadget », sur Engadget (consulté le 10 septembre 2016)
  26. « Golden Joystick 2013 : on a gagné ! », sur worldoftanks.eu (consulté le 10 septembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]