District de Kontorhaus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Speicherstadt et le district de Kontorhaus avec la Chilehaus *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue aérienne du district de Kontorhaus
Vue aérienne du district de Kontorhaus
Coordonnées 53° 32′ 56″ nord, 10° 00′ 06″ est
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Subdivision Hambourg
Type Culturel
Critères (iv)
Superficie 26 ha
Zone tampon 56 ha
Numéro
d’identification
1467
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2015 (39e session)

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
La Speicherstadt et le district de Kontorhaus avec la Chilehaus

Géolocalisation sur la carte : Hambourg

(Voir situation sur carte : Hambourg)
La Speicherstadt et le district de Kontorhaus avec la Chilehaus
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le district de Kontorhaus (Kontorhausviertel en allemand) est le quartier sud-est de la vieille-ville de Hambourg, situé entre la Steinstraße, le Meßberg, le Klosterwall et la Brandstwiete. Il est caractérisé par ses grands immeubles de bureaux (Kontorhäuser) dans le style expressionnisme de brique du début du XXe siècle. Sa place centrale est la Burchardplatz.

Le , la Speicherstadt et le district de Kontorhaus avec le Chilehaus ont été inscrits ensemble au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco[1].

Naissance du quartier[modifier | modifier le code]

Vue du district de Kontorhaus un Ballon.
Vue aérienne avec le Zollkanal
District de Kontorhaus avec la Chilehaus (enrouge), le Sprinkenhof (en vert) et le Meßberghof (en bleu)
La Miramarhaus a été en 1921 le premier édifice du nouveau district de Kontorhaus

Cet emplacement était occupé depuis le XVIIe siècle par une bande de logements similaire au district Gänge, avec de nombreuses ruelles étroites. L'incendie de Hambourg de provoqua une pénurie de logements qui favorisa une densification des construction.

L'épidémie de choléra de contraint l'assainissement durable de la région. Bien que la cause de cette catastrophe soit la qualité de l'eau de l'Elbe, les mauvaises conditions d'hygiène de ces quartiers populaires eurent un effet amplificateur.

En premier lieu, les zones du sud à proximité immédiate de l'Elbe furent assainies, afin aussi de libérer de l'espace pour le port libre demandé par le gouvernement allemand. Comme Hambourg avait commencé à réorganiser depuis ses lignes de chemin de fer, la ville avait -aussi grâce à la construction de la Speicherstadt- une bonne expériences dans le relogement de populations importantes. La percée de la Mönckebergstraße, nécessaire pour les travaux de métro, fut achevée en . Après les relevés géométriques de , et à la suite du concours d'urbanisme de , la zone située entre la Mönckebergstraße et le Zollkanal fut planifiée pour accueillir des bâtiments d'habitation.

Fritz Schumacher, le chef des travaux depuis et directeur des travaux a sa propre idée de centre ville à bâtir, incluant aussi des immeubles de bureaux (Kontorhäusern), et des grands ensembles tels le Sprinkenhof, initialement prévu pour accueillir partiellement des logements.

Les révisions de Fritz Schumachers incluaient donc de grands édifices, prenant en compte l'essor des grands magasins et la proximité du port. Ses instructions étaient aussi que chaque bâtiment ait son propre caractère individuel.

Les habitants du quartier avaient déjà fondés une coopérative de construction d'habitations pour la vieille-ville en . Ils durent se rabattre sur les nouveaux quartiers résidentiels de Jarrestadt et de Veddel.

Des bâtiments uniques[modifier | modifier le code]

Le quartier est caractérisé par un usage systématique de structures en béton armé avec un parement de façade en briques.

Afin de ne pas briser le style de la ville, certaines directives architecturales furent données pour tous les bâtiments. On a décider d'avoir des toits en cuivre afin de garder la continuité avec la ville. Les bâtiments ont toujours le dernier étage en retrait, afin d'ouvrir la rue sur le ciel. Les éléments graphiques verticaux sont exécutés en brique, comme la Chiliehaus, afin ne pas trop trancher avec les parement de façade des bâtiments. Un assouplissement visuel est obtenu via des inserts de détails en céramique symbolisant le commerce et l'industrie.

L'essentiel du bâti fut protégé par décret en tant que monument historique en .

Miramarhaus[modifier | modifier le code]

La Miramarhaus fut le premier bâtiment construit, entre et , c'est aussi le premier bâtiment de bureaux. Il a un angle arrondi, initiateur de cet élément typique qui définira ensuite les „nouveaux bâtiments“. Les céramiques de l'entrée sont l’œuvre de Richard Kuöhl.

Chilehaus[modifier | modifier le code]

La Chilehaus à Hamburg

La Chilehaus fut construite par Johann Friedrich Höger entre et et reste connu son chef-d’œuvre. Le commanditaire n'était autre que Henry B. Sloman, qui avait fait fortune dans le commerce du salpêtre chilien. Le bâtiment fut rénové durant les années 1990.

Meßberghof[modifier | modifier le code]

Sculptures sur le Meßberghof.

Le Meßberghof fut érigé en même temps que la Chilehaus par Hans et Oskar Gerson. Le bâtiment porta d'abord le nom d'Albert Ballin, puis fut rebaptisé en au nom de la rue adjacente, „Meßberghof“. En effet, Ballin avait des origines juives et aucun lieu ne pouvait donc porter son nom. Le Meßberghof est inscrit aux monuments historiques depuis .

Sprinkenhof[modifier | modifier le code]

Détail de la façade du Sprinkenhof

Le Sprinkenhof fut construit en trois phases entre et par Hans et Oskar Gerson et Johann Friedrich Höger. Il a été pendant longtemps le plus important complexe de bureaux de Hambourg, avec ses trois cours intérieures Il fut entièrement rénové entre et .

Montanhof[modifier | modifier le code]

La construction du toit du Montanhof

Le Montanhof est également un imposant édifice, il est connu pour ses éléments décoratifs art déco. Il a été construit entre et sur les plans de Hermann Distel et August Grubitz (de l'agence Distel und Grubitz) pour l'entreprise Dobbertin & Co. et la compagnie maritime Komrowski, qui l'occupe toujours aujourd'hui.

Hubertushaus[modifier | modifier le code]

La Hubertushaus fut construite en par Max Bach et Fritz Wischer pour accueillir des commerces. Elle a des motifs horizontaux en béton et un toit en terrasse[2]

Bartholomayhaus[modifier | modifier le code]

La Bartholomayhaus

La Bartholomayhaus fut construite entre et par l'architecte Rudolf Klophaus pour Rudolf Bartholomay et constitue le dernier bâtiment de bureaux construit dans le quartier. L'architecture aux multiples pignons reprend l'ancien style hanséatique.

Le bâtiment accueille aujourd'hui l'assurance professionnelle de Mobil Oil.

Mohlenhof[modifier | modifier le code]

Mohlenhof, sculpture de Hermès par Richard Kuöhl

Le bâtiment de bureaux de Mohlenhof fut construit entre et par les architectes Klophaus, Schoch, et zu Putlitz. Ses formes simples sont typiques de l'architecture des années 1920. Le Mohlenhof es l'un des seuls bâtiment sorti indemne de la seconde guerre mondiale et des bombardements de Hambourg.

Altstädter Hof[modifier | modifier le code]

La sculpture de Richard Kuöhl sur l'Altstädter Hof avise l'année de construction 1936.

Le Altstädter Hof fut construit entre et . Il accueille des commerces au rez-de-chaussée et 220 logements dans les étages. Il fut dessiné par Rudolf Klophaus, et comporte de nombreuses sculptures de Richard Kuöhl figurant les métiers typiques de Hambourg à l'époque. Ces statues sont aujourd'hui abimées et certaines n'ont plus de tête.

Helmut-Schmidt-Haus[modifier | modifier le code]

La Helmut-Schmidt-Haus

La Helmut-Schmidt-Haus, appelée aussi Pressehaus jusqu'au 7 janvier 2016[3], à accueilli plusieurs maisons d'édition au cours de son histoire, et le quotidien allemand Die Zeit y a toujours son siège. Elle fut construite en sur les plans de Rudolf Klophaus pour le journal national-socialiste Hamburger Tageblatt. Son emblème, une cogue hanséatique sculptée par Richard Kuöhl, se trouve toujours sur la Curienstraße - mais sans la croix gammée d'origine qui a été grattée.

Après la fondation de la république fédérale, le Spiegel l'a notamment occupé de à , ainsi que la rédaction de Stern.

Bâtiments plus anciens[modifier | modifier le code]

Certains bâtiments présents avant le plan de furent conservés et existent toujours.

Schopenstehl 32[modifier | modifier le code]

Cette habitation fut rénovée entre et par Arthur Viol, sur une base plus ancienne.

Le poste de police de Klingberg[modifier | modifier le code]

Le commissariat de police n°14, et la Chilehaus

Le poste de police fut construit entre et par Albert Erbe.

Le bâtiment était initialement utilisé par la police et l'administration du Landherrenschaft. L'architecture correspond à l'ancien style baroque Hambourgeois.

Bâtiments nouveaux[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, de nouveaux bâtiments furent construits, mais en gardant le style de l'ensemble. Des exemples sont le Danske Hus et le Neue Dovenhof.

Patrimoine mondial de l'humanité[modifier | modifier le code]

Carte de la zone labellisée (en rose) et de la zone tampon (en jaune).

Le , la Speicherstadt et le Kontorhausviertel furent ajoutés à la liste du patrimoine mondial de l'humanité à l'occasion de la 39e session du comité de l'UNESCO à Bonn[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Kamphausen: Der Baumeister Fritz Höger. Verlag K. Wachholtz, Neumünster 1972
  • Heike Werner, Mathias Wallner: Architektur und Geschichte in Deutschland. Werner, Munich 2006, (ISBN 3-9809471-1-4)
  • Hermann Hipp, Hans Meyer-Veden: Hamburger Kontorhäuser. Ernst, Berlin 1988, (ISBN 3-433-02043-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]