Trekkie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Trekkies (documentaire).
Hommage de l'astronaute Samantha Cristoforetti à Leonard Nimoy à bord de la station spatiale internationale le lendemain de sa mort le .

Un « trekkie » est un fan de la série Star Trek. Ce mot a été utilisé à la fin des années 1960 par Gene Roddenberry lui-même, et se trouve dans le Oxford English Dictionary.

Parfois « trekkie » est remplacé par « trekker » qui a une connotation moins péjorative. « Trekkie » peut évoquer l'obsession, alors que « trekker » signifierait simplement un « amateur » de l'univers de Star Trek.

Leonard Nimoy tenta de mettre un terme au débat animé qui opposait les uns et les autres. Lors du show télévisé Star Trek: 25th Anniversary Special en 1991, il statua que « trekker » était le bon mot à utiliser.

Le film documentaire de 1997, Trekkies, reprend ce terme dans son titre.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1967, l'éditeur de science-fiction Arthur W. Saha a appliqué le terme «trekkies» quand il a vu quelques fans de la première saison de Star Trek: The Original Series portant des oreilles pointues à la 25e Convention Mondiale de Science Fiction, Roddenberry a montré une copie de l'épisode Amok Time à la convention. Saha a utilisé le terme dans une interview avec Pete Hamill que Hamill dirigeait pour TV Guide concernant le phénomène de la science-fiction.

Le premier fanzine Star Trek, Spockanalia, est apparu en Septembre 1967. Il comprenait la toute première fan-fiction publiée basée sur le show. Roddenberry, qui connaissait et encourageait de telles activitésr:1, estimait un an plus tard que 10 000 personnes avaient alors écrit ou lu des fanzines[1]. De nombreux premiers Trekkies étaient aussi des fans de Des agents très spéciaux (The Man From U.N.C.L.E.en v.O.) (1964-1968), une autre série télévisée avec des éléments de science-fiction et un public dévoué, «culte»[2].

Peut-être le premier grand rassemblement de fans a eu lieu en Avril 1967. Lorsque Leonard Nimoy apparu comme Spock comme grand maréchal de la Medford Pear Blossom Festival Parade dans l'Oregon, il espérait signer quelques centaines d'autographes, mais ce sont des milliers de personnes qui sont apparues; Après avoir été secouru par la police Je me suis assuré de ne jamais apparaître publiquement à nouveau sous la forme de Vulcain, a-t'il écrit[3],[4]. Un autre rassemblement d'importance eut lieu en janvier 1968, quand plus de 200 étudiants de Caltech se sont rendus au studio de NBC à Burbank, en Californie, pour soutenir le renouvellement d'une nouvelle saison de Star Trek[5].

La première convention de fan consacrée à la série eu lieu le 1 mars 1969 à la bibliothèque publique de Newark. Organisée par un bibliothécaire qui était aussi un des créateurs de Spockanalia, le "Star Trek Con" n'avait alors aucune célébrité d'invitée, mais a eu diaporamas d'aliens 'Trek', des sketchs et un panneau pour discuter 'Le phénomène Star Trek'r:280–281[6]. Certains fans étaient si dévoués à la série qu'ils se sont plaints à une station de télévision canadienne quand cette dernière a annulé un épisode en juillet 1969 pour couvrir d'Apollo 11[7].

Activités[modifier | modifier le code]

Moto de trekkie tunner en vaisseau

On trouve de nombreux fan clubs Star Trek de par le monde, parmi les plus larges se trouvant STARFLEET International et l'International Federation of Trekkers. Certains Trekkies participent régulièrement à des conventions Star Trek conventions. En 2003, STARFLEET International était le plus grand fan club Star Trek au monde;[8] A la dâte du 1er janvier 2011, le fanclub déclarait avoir 4,145 membres dans 228 chapitres dispersés dans le monde entier.[9] Dix-huit personnes ont servi en tant que président de l'association depuis 1975. Après élection, le président est promu au rang fictif d'Admiral de la Flotte. Depuis 2004, le président est élu pour trois ans. Wayne Killough est devenu le président de l'association le 1er janvier 2014. Le 17 april 2016 a marqué la première occasion durant laquelle un commandant est mort alors qu'il occupait ses fonctions. Wayne Killough a été succédé par Robin Woodell-Vitasek.

Il existe un stéréotype persistant selon lequel, parmi les Trekkies, se trouvent beaucoup de locuteurs de la langue Klingon. La réalité est moins claire, étant donné que la plupart de ses orateurs les plus fluents sont plus des aficionados des langues que des personnes obsédées par Star Trek. La plupart des Trekkies n'ont pas plus qu'un vocabulaire de base du Klingon, peut-être composé de quelques mots communs entendus d'innombrables fois au cours de la série, tout en n'ayant pas beaucoup de connaissances quant à la syntaxe ou la phonétique exacte du Klingon[10].

Une autre activité de fan est "filking", c'est-à-dire jouer, chanter ou écrire de la musique sur Star Trek.

Fans et Trekkies célèbres[modifier | modifier le code]

'

Auteurs de Science fiction[modifier | modifier le code]

  • Isaac Asimov - Un ami personnel proche de Gene Roddenberry. Il a assisté à la première projection publique de Where No Man Has Gone Before et participa à de nombreuses conventions au cours des années 1970[11].
  • Bjo Trimble - Qui a aidé à diriger la campagne de lettres qui a convaincu la NBC de continuer Star Trek pour une troisième saison.

Scientifiques, ingénieurs et inventeurs[modifier | modifier le code]

L'astrophysicien Stephen Hawking en 1974 dans les locaux de la NASA.
  • Bill Nye - Scientifique et animateur à la télévision de l'émission Bill Nye, The Science Guy, a félicité Star Trek en déclarant que "dans toutes les versions de Star Trek, l'avenir de l'humanité est optimiste, ils ont résolu tous les problèmes de nourriture, d'habillement et d'abri. Comment ils les ont résolus ... Par la science ... Non seulement cela, dans l'avenir de Star Trek, tout le monde s'entend... "[12]
  • Martin Cooper - qui inventa le premier téléphone portable, trouva son inspiration pour ce faire après avoir vu le capitaine Kirk utiliser son communicateur.
  • Michael Jones - Technologue en chef de Google Earth, a cité la capacité de cartographie du tricorder comme une source d'inspiration dans le développement de Keyhole / Google Earth.
  • Stephen Hawking - Scientifique, qui a joué son propre personnage (comme une reconstruction informatique) sur l'épisode de Star Trek: The Next Generation "Descente". Alors qu'il était sur le plateau, il a voulu voir la salle des machines (plus précisément la warp engine room, censée contenir la technologie permettant d'aller plus vite que la lumière) de l'Enterprise. Après l'avoir vu, il a commenté, "Je travaille sur cela."
  • Randy Pausch - Le professeur de l'Université Carnegie-Mellon aujourd'hui disparu auteur de The Last Lecture. Il a eu un cameo dans le film Star Trek de 2009.
  • Neil deGrasse Tyson - Astrophysicien, cosmologue, auteur et vulgarisateur scientifique. Il a mentionné dans un épisode de StarTalk Radio, en discutant avec Wil Wheaton, qu'il stylise ses favoris en pointe en hommage à Star Trek[13].

Astronautes et personnel de la NASA[modifier | modifier le code]

ISS-43 Samantha Cristoforetti buvant le premier expresso dans l'espace tot en portant son uniforme de Star Trek
  • Mae Jemison - An American physician and NASA astronaut. She became the first African American woman to travel in space when she went into orbit aboard the Space Shuttle Endeavour on September 12, 1992. "What was really great about Star Trek when I was growing up as a little girl is not only did they have Lt. Uhura played by Nichelle Nichols as a technical officer […] At the same time, they had this crew that was composed of people from all around the world and they were working together to learn more about the universe. So that helped to fuel my whole idea that I could be involved in space exploration as well as in the sciences."
  • Chris Hadfield - Dont les échanges sur différents médias (Facebook, Tumblr, YouTube et Google+) avec William Shatner et d'autres acteurs de Star Trek sont célèbres[14].
  • Ronald McNair - La deuxième personne noire dans l'espace et l'un des sept astronautes décédés le 28 Janvier 1986 dans l'explosion de la navette Challenger. Selon son frère, Carl McNair, Star Trek a eu un impact positif très fort sur son frère ; il a ainsi déclaré : "Maintenant, Star Trek a montré l'avenir où il y avait des gens noirs et d'autres blancs travaillant ensemble. Moi je regardais juste ça comme de la science-fiction, parce que ça n'allait pas arriver, pas vraiment, mais Ronald voyait cela comme une possibilité scientifique. Il est venu au monde à une époque où il y avait Neil Armstrong et tous ces types, alors comment est-ce qu'un garçon de couleur de la Caroline du Sud - avec des lunettes, qui n'avait jamais volé dans un avion - comment allait-il devenir un astronaute ? Mais Ron était quelqu'un qui n'acceptait pas les normes sociétales comme étant sa norme, vous savez, c'était pour d'autres personnes et il a été à bord de son propre Starship Enterprise."
  • Samantha Cristoforetti – Première femme astronaute italienne se considère comme une Trekkie.[15] Elle a notoirement bu le premier expresso dans l'espace tout en portant son Star Trek Uniforme.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Bill Gates - Fondateur de Microsoft. Le premier ordinateur personnel du monde, l'Altair 8800, a été nommé d'après une galaxie fictive mentionnée dan Star Trek par l'inventeur, un fan pur et dur. Bill Gates a écrit son premier logiciel sur cet ordinateur, ouvrant ainsi l'Âge de l'Informatique[16].
  • Sir Richard Branson - Le fondateur du groupe Virgin. Il a nommé le premier vaisseau spatial de Virgin Galactic, la compagnie de son groupe, VSS Enterprise et le deuxième VSS Voyager[17].
  • Tracey Emin - Une artiste britannique qui a créé une couverture cousue à la main intitulée «Star Trek Voyager» qui a été mis aux enchères pour 800 000 £ en 2007.[citation nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Page, Don, « 'Star Trek' Lives Despite Taboos », Toledo Blade,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Coppa, Francesca, Fan Fiction and Fan Communities in the Age of the Internet, McFarland, (ISBN 0-7864-2640-3), « A Brief History of Media Fandom », p. 41
  3. (en) Nimoy, Leonard, I Am Spock, Hyperion, , 79–80 p. (ISBN 0786861827)
  4. TheRealNimoy, « The only time I ever appeared in public as Spock. Medford, Oregon Pear Blossom Festival. 1967 ? LLAP http://twitpic.com/3yr7hk », sur Twitter, (consulté le 25 août 2015)
  5. (en) Harrison, Scott, « 'Star Trek' protest », Los Angeles Times, Tribune Company, (consulté le 26 avril 2011)
  6. (en) « Where Trekkies Were Born », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Canadian Press, « They Wanted Star Trek », The Calgary Herald,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  8. Guinness World Records 2004, Bantam Books, (ISBN 978-0-553-58712-8, lire en ligne), p. 167
  9. Starfleet Database, CompOps, Fleet Strength
  10. "There's No Klingon Word for 'Hello", Slate Magazine, May 7, 2009. Retrieved May 8, 2009
  11. (en) J.M. Dillard, Star Trek: "Where No Man Has Gone Before" — A History in Pictures, Pocket Books, , 22, 50 p. (ISBN 0-671-51149-1)
  12. http://www.startrek.com/article/bill-nye-a-bright-trek-future
  13.  (). WIL WHEATON & Science of Star Trek - StarTalk with Neil deGrasse Tyson.
  14. (en) « 'Star Trek' Actors Beams Hellos to Astronaut in Space », Space.com,
  15. Podcast: Raumzeit Issue 11, 3:45
  16. http://www.editinternational.com/photos.php?id=4810edf3a83f8
  17. (en) « Trekkie mania | News », Thisislondon.co.uk, (consulté le 23 décembre 2011)