Sophie Berthelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthelot.
Sophie Berthelot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Conjoint

Sophie Berthelot, née Sophie Caroline Niaudet le 16 février 1837[1] à Paris et morte le à Paris, est la première femme inhumée au Panthéon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie Berthelot, nièce de Louis Breguet, épouse en 1861 le chimiste et homme politique Marcellin Berthelot. Elle reçoit une éducation extrêmement stricte, dans la tradition calviniste propre aux Breguet, par sa mère. Elle transmettra ses règles particulièrement strictes à ses enfants et ses petits enfants[2]. De son union avec Berthelot sont issus six enfants[3], dont l'homme politique et historien André Berthelot (1862-1938), le savant Daniel Berthelot (1865-1927), le diplomate Philippe Berthelot (1866-1934) et le philosophe René Berthelot (1872-1960)[3].

Elle meurt le , quelques heures avant son mari.

Panthéonisation[modifier | modifier le code]

En 1907, l'État français décide d'inhumer au Panthéon non seulement le chimiste Marcellin Berthelot mais aussi sa femme[4] car « les deux époux, qui s'étaient tendrement aimés, avaient demandé à ne pas être séparés dans la mort plus qu'ils ne l'avaient été dans la vie[3] ». Sophie Berthelot devient ainsi la première femme à être honorée par la « Patrie reconnaissante ». Cette distinction lui a été attribuée « en hommage à sa vertu conjugale[5] », étant morte quelques heures avant son mari. Son éloge est prononcé par Aristide Briand, ministre de l'Instruction publique. Dans son discours, il rend hommage à Sophie Berthelot :

« Mme Berthelot avait toutes les qualités rares qui permettent à une femme belle, gracieuse, douce, aimable et cultivée d'être associée aux préoccupations, aux rêves et aux travaux d'un homme de génie. Elle vécut avec Berthelot dans une communauté de sentiments et de pensées qui les groupa en un couple parfait où n'auraient tressailli qu'un même cœur et brillé qu'un seul esprit [...] »

Postérité[modifier | modifier le code]

Un lycée de Calais porte le nom de Sophie Berthelot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de mariage du 10 mai 1861, Paris 1er arrondissement. « Généalogie détaillée », sur Généa-Banque de France.
  2. Daniel Langlois-Berthelot, Marcellin Berthelot un savant engagé, Paris, J.-C. Lattés, .
  3. a, b et c François Laplanche, Les Sciences religieuses : Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Éditions Beauchesne, , 678 p. (ISBN 2-7010-1341-0, lire en ligne), p. 57.
  4. Jacqueline Lalouette, « Amour et chimie au Panthéon », sur L'Histoire, (consulté le 29 mai 2015).
  5. Danielle Bousquet, « Un pas attendu vers la mixité au Panthéon, la reconnaissance du rôle des femmes dans l’histoire », sur HCEFH, (consulté le 29 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]