Antoine Veil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veil.
Antoine Veil
Description de l'image Antoine Veil (cropped).jpg.
Naissance
Blâmont (Meurthe-et-Moselle)
Décès (à 86 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession
Formation
Conjoint
Descendants
Jean Veil (fils)

Antoine Veil, né le à Blâmont (Meurthe-et-Moselle), et mort le 12 avril 2013 à Paris[1],[2],[3], est un homme politique et haut fonctionnaire de l’État français.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Veil était le mari de Simone Veil depuis 1946. Ils ont eu trois fils : Jean Veil, avocat d'affaires (né en 1947), Claude-Nicolas (1948-2002), Pierre-François, avocat (né en 1954).

Diplômé de sciences politiques à l'IEP de Paris, il entre en 1947 au cabinet de Pierre-Henri Teitgen et, en 1948, au cabinet d'Alain Poher. Après l'ENA, en 1955, il rejoint le corps des inspecteurs des Finances et poursuit sa carrière dans divers cabinets ministériels : il devient notamment directeur de cabinet de Joseph Fontanet, secrétaire d'État à l'Industrie et au Commerce, puis ministre de la Santé publique. De 1964 à 1968, il est Délégué général du Comité central des armateurs français, aujourd’hui Armateurs de France. En 1969, il est nommé directeur général adjoint de la compagnie des chargeurs réunis[4].

De 1971 à 1980, il occupe les fonctions d'administrateur, puis de directeur général de l'UTA (Union de transports aériens), de président-directeur général de la Compagnie aéromaritime d'affrètement et d'administrateur d'Air Inter. Il était membre du comité stratégique du Groupe Bolloré[5].

Il est élu conseiller de Paris en 1971, réélu en 1983[6].

Lorsque sa femme porte la loi Veil sur l'avortement (1975), il participe en privé à son élaboration et met à la disposition de sa femme son réseau d'élus centristes (il a été trésorier du CDS) pour la faire passer au Parlement[7].

Aux obsèques d'Antoine Veil au cimetière du Montparnasse, parmi la foule, on note la présence d'Édouard Balladur, Jacques et Bernadette Chirac, Bertrand Delanoë, François Fillon, Pierre Moscovici, Nicolas Sarkozy, Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn[8].

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Veil, La mémoire longue, Paris, Éditions Plon, , 221 p. (ISBN 978-2-259-02372-6)
  • Antoine Veil, Les années de sable, Paris, Éditions Flammarion, , 169 p. (ISBN 978-2-08-066754-0)
  • Antoine Veil, Comédie française, Paris, Éditions Plon, , 162 p. (ISBN 978-2-259-18746-6)
  • Antoine Veil et Emmanuel Galiero, Salut, Monaco, Alphée Éditions, , 140 p. (ISBN 978-2753806382)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Antoine Veil est décédé cette nuit », lefigaro.fr, 13 avril 2013.
  2. Mort d'Antoine Veil, mari de Simone Veil, Le Monde, 12 avril 2013.
  3. Voir, Antoine Veil, haut fonctionnaire, homme politique, chef d'entreprise et mari de... Le Monde, 13 avril 2013.
  4. Antoine Veil, haut-fonctionnaire, homme politique, chef d'entreprise et mari de..., Le Monde, 13 avril 2013.
  5. Laurent Mauduit, Petits conseils, éditions Stock, 2007, page 277
  6. Kahina Sekkai, « Antoine Veil s'est éteint », in parismatch.com, 12 avril 2013.
  7. Bérangère Bonte, Hommes de…, éditions du Moment, 2015, pages 90-92.
  8. « L'émouvant dernier adieu à Antoine Veil », Paris-Match, 15 avril 2013.
  9. Décret