Siège de Saint-Florent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Saint-Florent
Informations générales
Date Du 7 au 18 février 1794
Lieu Saint-Florent, Corse
Issue Victoire anglo-corse
Belligérants
Drapeau de la France République française Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Flag of Corsica.svg Royaume anglo-corse
Commandants
Drapeau de la France Antoine Gentili Flag of Great Britain (1707-1800).svg David Dundas
Flag of Great Britain (1707-1800).svg Samuel Hood
Flag of Great Britain (1707-1800).svg Horatio Nelson
Pertes
102 morts ou disparus
100 prisonniers
2 frégates[1]
52

Guerres de la Révolution française

Batailles



Guerres d'indépendance corse
Vescovato (1564) · Calenzana (1732) · Furiani (1763) · Traité de Versailles (1768) · Borgo (1768) · Ponte-Novo (1769) · Farinole (1793) · Saint-Florent (1794) · Bastia (1794) · Calvi (1794) · Traité de Bastia (1814)
Coordonnées 42° 40′ 55″ nord, 9° 18′ 07″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège de Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

(Voir situation sur carte : Haute-Corse)
Siège de Saint-Florent

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Siège de Saint-Florent

Le siège de Saint-Florent s'est déroulé en février 1794, durant la Révolution française, lorsque les forces armées britanniques, alliées aux partisans corses, décidèrent de prendre possession de la ville-garnison de Saint-Florent, en Corse.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Après un blocus des navires de la Royal Navy de Horatio Nelson, un débarquement a lieu : les troupes anglaises accostent et s'allient avec environ 1 200 Corses. La ville de Saint-Florent était dominée par deux tours défensives : l'une au nord près de Punta Mortella, commandée par Antoine Gentili, et l'autre à la redoute militaire nommée Convention. Une fois ces deux tours prises par l'assaillant, la ville de Saint-Florent accepte de capituler, et la flotte britannique de Samuel Hood peut alors naviguer dans la rade[2]. Un grand nombre des défenseurs de Saint-Florent, dont Antoine Gentili, ont pu s'enfuir à Bastia, où ils ont participé à la défense de la ville.

Saint-Florent était alors l'une des trois grandes garnisons françaises de Corse. Les forces anglo-corses ont ensuite capturé Bastia en mai qui capitule avec les honneurs de guerre[3] et Calvi en août 1794 pour se retirer finalement deux ans plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Desmond Gregory, The Ungovernable Rock : A History of the Anglo-Corsican Kingdom and its role in Britain's Mediterranean Strategy During the Revolutionary War (1793-1797), Associated University Presses,
  • (en) Desmond Gregory, Napoleon's Jailor: Lt. General Sir Hudson Lowe : A Life, Associated University Presses,
  • (en) John Sugden, Nelson: A Dream of Glory, Pilmico,