Saint-Sylvestre-Pragoulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sylvestre.
Saint-Sylvestre-Pragoulin
Mairie de Saint-Sylvestre-Pragoulin.
Mairie de Saint-Sylvestre-Pragoulin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Maringues
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux de Randan
Maire
Mandat
Colette Jourdan
2014-2020
Code postal 63310
Code commune 63400
Démographie
Gentilé Pragoulinois[1]
Population
municipale
1 085 hab. (2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 17″ N 3° 23′ 40″ E / 46.0547222222, 3.3944444444446° 03′ 17″ Nord 3° 23′ 40″ Est / 46.0547222222, 3.39444444444
Altitude Min. 256 m – Max. 397 m
Superficie 23,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre-Pragoulin

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre-Pragoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre-Pragoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sylvestre-Pragoulin
Liens
Site web st-sylvestre-pragoulin.com

Saint-Sylvestre-Pragoulin est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aux limites de la grande Limagne et du Bourbonnais, Saint-Sylvestre-Pragoulin est située au nord-est du département du Puy-de-Dôme[2], à 360 mètres environ d'altitude.

Elle est pourtant tournée vers Vichy (8,9 km au nord[3]), du fait de son intégration dans ladite aire urbaine. Elle est intégrée dans le bassin de vie de Vichy, mais ne dépend d'aucune unité urbaine. Cependant, la zone d'emploi est tournée vers Thiers[4].

Jusqu'en mars 2015, la commune dépendait du canton de Randan, dont son chef-lieu est situé à 5,1 km au sud-ouest[5]. Le redécoupage des cantons l'ayant placé dans le canton de Maringues, ce bureau centralisateur est bien plus éloigné, à 15,7 km au sud-sud-ouest[6].

Le chef-lieu d'arrondissement, Riom, se situe à 28,3 km au sud-ouest[7] et la préfecture Clermont-Ferrand à 38,8 km au sud-ouest[8].

Sept communes sont limitrophes de Saint-Sylvestre-Pragoulin, dont trois dans le département limitrophe de l'Allier :

Communes limitrophes de Saint-Sylvestre-Pragoulin
Brugheas
(Allier)
Hauterive
(Allier)
Bas-et-Lezat Saint-Sylvestre-Pragoulin Saint-Yorre
(Allier)
Villeneuve-les-Cerfs Randan Saint-Priest-Bramefant

Elle est composée des lieux-dits, dont la liste n'est pas exhaustive : les Caires, les Graves, la Poivrière, les Sources, les Gays, la Croix du Triève, Beauvezet, Vieux Saint-Sylvestre, Champlong, l'Héritage, les Rondeaux.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le terrain de la commune repose sur des roches sédimentaires[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Saint-Sylvestre-Pragoulin est desservie par plusieurs routes départementales, dont la RD 1093, principal axe de circulation entre Vichy et Pont-du-Château par Randan (historiquement la route nationale 493) qui passe à l'ouest[10].

Le centre du village est traversé par la route départementale 93. À l'est, elle constitue le prolongement, côté Allier, de la RD 275 en direction d'Hauterive, puis continue vers le sud-ouest en direction du lieu-dit de la Croix du Triève et de Randan. Elle possède une antenne, la RD 93a raccordant Pragoulin et la RD 434 à la Poivrière[10].

La RD 434 relie d'ouest en est la commune. Partant de Bas-et-Lezat, elle traverse successivement les lieux-dits des Charmes, de Beauvezet où elle croise les RD 1093, 93 et 93a au contournement du bourg, Champlong, les Gays, les Bernards, la Poivrière où elle croise la RD 55, la RD 433 puis le contournement sud-ouest au droit d'un carrefour giratoire, les Graviers, puis continue vers Saint-Yorre où elle devient, au franchissement de la rivière Allier, la RD 121. Aux Graviers, un embranchement (la RD 434a) assure la liaison entre Saint-Yorre et les communes de l'agglomération de Vichy en rive gauche. Elle devient la RD 131 dans l'Allier. À la Poivrière, la RD 55 partant de Saint-Priest-Bramefant dessert le lieu-dit des Caires ; elle devient la RD 131e dans l'Allier[10].

Il existe également une route départementale 449, reliant Beauvezet, sur la RD 1093, aux lieux-dits de la Courie et des Maussangs, à Brugheas[10].

Le contournement sud-ouest de Vichy passe par la commune ; numérotée RD 906 et inaugurée le 28 janvier[11], elle est ouverte depuis le 2 février 2016[12].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Vichy à Riom en direction de Riom
La ligne vers Riom.

La ligne de Vichy à Riom passe par cette commune ; il a existé une gare au PK 375[13]. Celle ouverte la plus proche est à Vichy, desservie par les trains express régionaux d'Auvergne reliant Clermont-Ferrand (voire au-delà) à Moulins ou Lyon.

Le passage à niveau no 4 est le seul existant et encore en service entre les tunnels d'Abrest et de Randan : à fonctionnement automatique et coupant un chemin communal, la panne d'un véhicule au droit du passage à niveau engendre logiquement des perturbations. La ligne a été confrontée à des glissements de terrain[14].

Transports interurbains[modifier | modifier le code]

Deux lignes du réseau interurbain du Puy-de-Dôme (Transdôme) circulent sur le territoire communal :

  • la ligne 28 du réseau Transdôme (arrêt à Beauvezet), circulation en semaine[15] ;
  • la ligne 69 (arrêt au bourg et aux Gays), le mercredi matin uniquement[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 546 logements, contre 519 en 2007. Parmi ces logements, 85,1 % étaient des résidences principales, 8,7 % des résidences secondaires et 6,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,2 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 88,3 %, en hausse sensible par rapport à 2007 (86,3 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,9 % (part inchangée)[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques :

  • risque sismique : zone de sismicité de niveau 1a selon la classification déterministe de 1991[14] et de niveau 3 selon la classification probabiliste de 2011[17] ;
  • feu de forêt[17] : il peut être provoqué par l'incendie de bogies de trains par blocage de freins[14] ;
  • inondation[17] : le PSS de la rivière Allier, la rivière la plus proche, a été approuvé par arrêté préfectoral du 17 octobre 1969[9]. La dernière crue remarquable date de décembre 2003 ;
  • mouvement de terrain[17] : à la suite d'un retrait-gonflement des sols argileux (à aléa faible à fort) connu en 2003, un arrêté de catastrophe naturelle a été établi le 30 mars 2006 (JO du 2 avril)[9] ;
  • phénomène lié à l'atmosphère[17] ;
  • phénomènes météorologiques[17] : les vents des tempêtes de 1999 ont atteint 150 km/h[14] ;
  • rupture de barrage[17] : la rupture du barrage de Naussac engendre une crue de la rivière Allier ;
  • transport de marchandises dangereuses[17] : la ligne de Vichy à Riom est empruntée par des convois de marchandises transportant des produits dangereux à destination du triage des Gravanches, près de Clermont-Ferrand[14].

Des plans de prévention des risques inondation ont été prescrits en 2010 et approuvés en 2013. Le DICRIM a été rédigé en collaboration avec la commune voisine de Saint-Priest-Bramefant[17],[14].

Le dernier séisme connu remonte au . L'épicentre était localisé à Randan[14].

La zone orientale de la commune, à proximité de Saint-Yorre, est la plus exposée au risque inondation[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est née de la réunion des villages de Saint-Sylvestre (du nom d'un pape du IVe siècle, Sylvestre Ier) et de Pragoulin, évêque d'Évreux au VIIe siècle[18].

La commune s'appelait Saint Silvestres sous l'an II puis Saint-Silvestre selon le Bulletin des lois. Sa dénomination actuelle date de 1919[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2012, dans la deuxième circonscription, Christine Pirès-Beaune, élue, a recueilli 62,35 % des suffrages exprimés. 60,38 % des électeurs ont voté[20].

Aux élections municipales de 2014, Colette Jourdan, tenante d'une liste divers gauche, maire sortante, a obtenu 68,86 % des voix et acquiert 13 sièges au conseil municipal dont 4 au conseil communautaire. Elle était opposée au candidat divers droite Hugues Nagy qui obtient les deux sièges restants. 79,51 % des électeurs ont voté[21].

Aux élections départementales de 2015, dans le canton de Maringues, le binôme composé de Caroline Dalet et d'Éric Gold, élu au premier tour, a recueilli 61,80 % des voix. 58,97 % des électeurs ont voté[22].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Saint-Sylvestre-Pragoulin comptait 1 083 habitants[23]. Ce nombre étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal s'élève à quinze.

Le conseil municipal a désigné quatre adjoints[18].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2008 Marcel Pironin PS Conseiller général du canton de Randan de 1998 à 2004
Président de la communauté de communes des Coteaux de Randan (2000-2001)[24]
2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Mme Colette Jourdan[25] SE Enseignante
Conseillère communautaire[26]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sylvestre-Pragoulin appartenait au district de Riom pendant la Révolution française : celui-ci devient l'arrondissement de Riom en 1801. Elle faisait aussi partie du canton de Randan[19]. Un décret de 2014, modifiant le découpage des cantons du département, supprime ce canton et ses communes sont rattachées au canton de Maringues[27].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Pragoulinois et les Pragoulinoises[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 085 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
957 926 674 1 083 1 080 1 173 1 077 1 109 1 127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 804 1 079 1 062 1 034 1 060 998 1 001 985 951
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
876 848 847 730 882 856 786 747 791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
906 826 893 982 1 102 1 079 1 080 1 080 1 082
2013 - - - - - - - -
1 085 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,5 %)[a 3] est en effet inférieur au taux national (23,6 %) et au taux départemental (25,8 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est inférieure à la population masculine. Le taux (49,2 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Répartition de la population de la commune par tranches d'âge en 2012
Tranche d'âge 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 ans et plus
50,8 % d'hommes 16,4 % 13,8 % 18,9 % 29,9 % 21 %
49,2 % de femmes 16,3 % 12 % 21 % 26,5 % 24,3 %
Pyramide des âges de Saint-Sylvestre-Pragoulin en 2012 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,8 
7,3 
75 à 89 ans
10,7 
13,3 
60 à 74 ans
12,8 
29,9 
45 à 59 ans
26,5 
18,9 
30 à 44 ans
21 
13,8 
15 à 29 ans
12 
16,4 
0 à 14 ans
16,3 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2012 en pourcentage[29]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,7 
60 à 74 ans
16,2 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
17 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Sylvestre-Pragoulin dépend de l'académie de Clermont-Ferrand et gère une école élémentaire publique[30].

Les collégiens se rendent à Maringues, au collège Louise-Michel, conformément à la carte scolaire en vigueur en 2015 dans le département[31], ou encore à Saint-Yorre[32].

Les lycéens sont scolarisés à Thiers, au lycée Montdory, pour les filières générales et STMG, ou au lycée Jean-Zay pour la filière STI2D[33]. Toutefois, la commune bénéficiant d'une double sectorisation, les lycéens peuvent être scolarisés à Cusset, au lycée Albert-Londres, anciennement Presles[34].

Sports[modifier | modifier le code]

Entrée du stade municipal
Entrée du stade municipal.

Saint-Sylvestre-Pragoulin possède un terrain de football près du quartier de la Poivrière.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 723 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,8 % d'actifs dont 70,7 % ayant un emploi et 6,1 % de chômeurs[a 5].

On comptait 127 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 513, l'indicateur de concentration d'emploi est de 24,7 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Sylvestre-Pragoulin comptait 33 entreprises : trois dans l'industrie, treize dans la construction, seize dans le commerce, les transports et les services divers et une dans le secteur administratif[a 7] ; et autant d'établissements dans les quatre secteurs d'activité[a 8].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2014 recense un magasin d'électroménager et de produits audio-vidéo ainsi qu'un magasin de meubles[35].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Aucun hôtel[a 9] ou camping[a 10] n'existe dans la commune, si ce n'est l'existence d'un village vacances ou une maison familiale de soixante places lit[a 11] au .

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de La Poivrière, des XIIIe et XIVe siècles, classé I.S.M.H.[36]. Bâti sur une ancienne motte féodale, le château a été construit pour l'essentiel par Jehan Le Groing autour de 1400. La famille Le Groing, famille de l'ouest du Bourbonnais, en est restée propriétaire jusqu'au XVIIe siècle. Il est ensuite passé entre de nombreuses mains.
  • Les bâtiments appartenant à la commune sont : l'église, la mairie, la maison du Peuple, la salle des sports, la cantine, l'école élémentaire, et l'école maternelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier local sur le site de l'Insee :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2012.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  10. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  11. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Noms des habitants de Saint-Sylvestre-Pragoulin, sur le site Habitants.fr.
  2. « Saint-Sylvestre-Pragoulin », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  3. « Orthodromie entre Saint-Sylvestre-Pragoulin et Vichy », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  4. « Commune de Saint-Sylvestre-Pragoulin (63400) », Moteur de recherche sur les zonages, sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2015).
  5. « Orthodromie entre Saint-Sylvestre-Pragoulin et Randan », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  6. « Orthodromie entre Saint-Sylvestre-Pragoulin et Maringues », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  7. « Orthodromie entre Saint-Sylvestre-Pragoulin et Riom », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  8. « Orthodromie entre Saint-Sylvestre-Pragoulin et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 25 juillet 2015).
  9. a, b, c et d « Dossier départemental sur les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  10. a, b, c et d Carte de Saint-Sylvestre-Pragoulin sur le site Géoportail de l'IGN.
  11. « Quoi de neuf sur les routes en 2016 ? », sur La Montagne,‎ (consulté le 9 janvier 2016).
  12. « La date d'ouverture du contournement sud-ouest connue », sur La Montagne,‎ (consulté le 28 janvier 2016).
  13. Gare de Saint-Sylvestre-Pragoulin sur massifcentralferroviaire.com.
  14. a, b, c, d, e, f et g Mairies de Saint-Priest-Bramefant et de Saint-Sylvestre-Pragoulin, « Dossier d'information communal sur les risques majeurs - Plan communal de sauvegarde » [PDF], sur prim.net (consulté le 8 janvier 2015).
  15. Horaires de la ligne 28 [PDF], sur le site du département du Puy-de-Dôme.
  16. Horaires de la ligne 69 [PDF], sur le site du département du Puy-de-Dôme.
  17. a, b, c, d, e, f, g, h et i Risques dans la commune sur prim.net.
  18. a et b Site Internet de la communauté de communes.
  19. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. « Résultats des élections législatives 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 25 juillet 2015).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 25 juillet 2015).
  22. « Résultats des élections départementales 2015 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 25 juillet 2015).
  23. « Populations légales 2011 de la commune de Saint-Sylvestre-Pragoulin », sur le site de l'Insee (consulté le 17 décembre 2015).
  24. « Qu'est-ce qu'une communauté de communes ? », sur le site de la communauté de communes (consulté le 17 décembre 2015).
  25. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 2 juin 2014).
  26. « Les élus et les services », sur le site de la communauté de communes (consulté le 17 décembre 2015).
  27. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  29. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2015).
  30. « Puy-de-Dôme (63), Saint-Sylvestre-Pragoulin, école », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 25 juillet 2015).
  31. « Sectorisation du département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 25 septembre 2015).
  32. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier,‎ (consulté le 25 septembre 2015).
  33. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 10 février 2016).
  34. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme. Communes limitrophes de l'Allier bénéficiant d'une double sectorisation pour le lycée » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 25 septembre 2015).
  35. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], sur le site de l'Insee,‎ .
  36. Château de La Poivrière.