Saint-Satur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Cher
Cet article est une ébauche concernant une commune du Cher.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Satur
Vue panoramique de Saint-Satur.
Vue panoramique de Saint-Satur.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Sancerre
Intercommunalité Communauté de communes Pays Fort Sancerrois Val de Loire
Maire
Mandat
Patrick Timmermann
2014-2020
Code postal 18300
Code commune 18233
Démographie
Gentilé Gordoniens[1]
Population
municipale
1 487 hab. (2014)
Densité 189 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 31″ nord, 2° 51′ 15″ est
Altitude Min. 144 m – Max. 273 m
Superficie 7,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Satur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Satur

Saint-Satur est une commune française, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Satur est située entre deux faubourgs : Saint-Thibault-sur-Loire et Fontenay (village vigneron).

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sury-en-Vaux Bannay Rose des vents
Verdigny N Tracy-sur-Loire
O    Saint-Satur    E
S
Sancerre Ménétréol-sous-Sancerre

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces de deux ponts gallo-romains ont été retrouvées à proximité ; un pont est en bois, datant du IIe siècle de notre ère et l'autre, en bois et pierre, plus tardif[2].

En 846, l archevêque de Bourges, Raoul, aurait aussi transféré les reliques de Saint Satur, compagnon de Felicité et de Perpétue[3], martyrisés à Carthage en 203, à Château Gordon, qui prit le nom de Saint Satur (Cher).

Un village s'est formé autour de l'abbaye Saint-Satur, dont l'histoire a été mouvementée en particulier lors de la guerre de Cent Ans, du fait de la destruction de l'église abbatiale Saint Guinefort en 1341 puis en 1420 par les Anglais qui occupaient Cosne-sur-Loire. La construction, à proximité, du château de Sancerre, entraîne un dédoublement de l'habitat[4].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Thibault-la-Fontaine[5].

Au XIXe siècle, Saint-Satur et Saint-Thibault (localité située en bord de Loire) voient la construction par les ingénieurs Levaillant et Quauvelin, d'un pont suspendu à chaîne sur la Loire, ouvert au public le , du canal latéral à la Loire en 1838 et de la ligne de chemin de fer de Bourges-Sancerre en 1885.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juin 2011 Guy Poubeau UMP Conseiller général
juin 2011 mars 2014 Claude Cineau    
mars 2014 en cours Patrick Timmermann DVD Fonctionnaire

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 487 habitants, en diminution de -8,6 % par rapport à 2009 (Cher : -0,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 434 1 389 1 209 1 662 1 808 1 970 1 996 2 210 1 964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 226 2 202 2 179 2 088 1 998 1 972 1 985 2 804 2 000
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 974 1 906 1 639 1 645 1 553 1 554 1 709 1 745 1 518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 661 1 759 1 774 1 961 1 805 1 731 1 712 1 579 1 487
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Satur (Cher).svg

Les armoiries de Saint-Satur se blasonnent ainsi :

D'argent à la croix de sable chargée à chacune de ses extrémités d'une étoile du champ et en abîme d'un globe cintré et cerclé de gueules, croiseté d'or.

La devise est "Lumen vallis" (la lumière de la vallée). Adoptées le 24 novembre 1995. Ce sont les armoiries de l'ancienne abbaye de Saint-Satur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi la liste des noms de Sancerre.
  2. A. Dumont, Deux ponts gallo-romains à Saint-Satur in La Loire, dessus-dessous, éd. Faton, p. 101-105
  3. Nominis : Saintes Perpétue et Félicité
  4. Archives départementales de l'Indre, Berry médiéval : à la découverte de l'Indre au Moyen Âge, catalogue d'exposition, Châteauroux, Archives départementales de l'Indre, 2009, p. 53
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Satur », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 8 décembre 2012) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Cassini » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  6. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Abbaye Saint-Satur », notice no PA18000022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Èglise Saint-Pierre », notice no PA00096896, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :