Chavignol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chavignol
Chavignol
Le village vu depuis le Cul de Beaujeu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Sancerre
Intercommunalité CC Pays Fort Sancerrois Val de Loire
Commune Sancerre
Statut hameau
Code postal 18300
Démographie
Gentilé Chavignolais
Population 130 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 15″ nord, 2° 47′ 54″ est
Historique
Date de fusion 1794
Commune(s) d’intégration Sancerre
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chavignol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chavignol

Chavignol est une ancienne commune française située dans le département du Cher, la région Centre-Val de Loire et la région naturelle du Sancerrois.

Le village est rattaché à la commune de Sancerre depuis 1794, il tient sa notoriété du crottin de Chavignol, fromage de chèvre qui porte son nom[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chavignol vient de Chaveneium mentionné en 1129 dans les archives de l'abbaye Saint-Satur[2].

Dans son ouvrage daté de 1574, Histoire mémorable du siège de Sancerre, l'écrivain français Jean de Léry parle du village de Cheueniol[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la route départementale 183, à 3,5 km à l'Ouest de Sancerre, 5 km à l'Ouest de la Loire, 49 km au Nord-Est de Bourges et 192 km au Sud-Est de Paris[4]. Le sentier de grande randonnée 31 traverse son territoire[5].

Le bourg est situé dans la vallée du ruisseau de la Colette qui rejoint la vallée de la Loire à l'Est du village[5],[6].

Au fond de la vallée, on trouve un lieu-dit appelé Chavignolet[5].

Chavignol est situé à 220 m d'altitude tandis que les reliefs le surplombant culminent à environ 300 m ; il s'agit du Cul de Beaujeu à l'ouest, de la côte de Montdamné au nord et des Longues fins au sud[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIVe siècle, le village est une seigneurie dépendant du chapitre de Bourges et appartenant à la famille de Buysars[2].

Durant la quatrième guerre de religion, en 1572, les protestants tenant la ville de Sancerre enregistrèrent une victoire contre les troupes catholiques repliées à Chavignol[3],[7].

Du fait de l'accroissement démographique du village, Chavignol tente d'organiser une administration indépendante de Sancerre entre 1789 et 1794. Durant cette période, il est rattaché au canton de Saint-Satur et comprend l'écart d'Amigny[8] situé au sud de son territoire, derrière la côte du même nom[2].

En 1794, Chavignol est réintégré à Sancerre[2],[9].

Sur le cadastre napoléonien de 1823, on compte plus de 85 maisons dans le village[2]. En 1849, une épidémie de choléra provoque la mort de 63 personnes[2]. Le village devient une paroisse en 1859[2]. En 1860, un cimetière proche du bourg est mis en place ; on dénombre alors 132 maisons dans le village[2]. Plusieurs bâtiment sont construits à la fin du XIXe siècle, notamment une église en 1874 et une école primaire dans les années 1890[2].

Moïse Boulay crée la fromagerie du même nom en 1896. L'établissement prend le nom de Dubois-Boulay en 1922[10].

Une deuxième fromagerie familiale (Laporte-Denizot) apparaît au début du XXe siècle. Elle contribue également à l'essor du crottin de Chavignol.

Le village reçoit l'électricité en 1925 et l'eau courante en 1935[2]. La plupart des habitations sont remaniées ou reconstruites à partir des années 1970[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village a compté jusqu'à 500 habitants à la fin du XIXe siècle[2].

Évolution démographique
1778 1823 1846 1861 1891 1911 2009
300400494[11]195499400130
(Source : Base Mérimée[2])

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Autre vue du village de Chavignol
L'église Saint-André

L'église Saint-André est construite à partir de 1859 sur la base d'une grange existante. Deux chapelles et une sacristie sont accolées en 1866, puis un clocher dessiné par Charles Guillard en 1874 afin de parachever l'édifice. Le bâtiment est rénové en 1978[12]. Il contient notamment un ensemble de dix verrières hagiographiques réalisé entre 1867 et 1887 et représentant saint André, saint Jean l'Évangéliste, saint Stéphane, l'Immaculée conception, le Sacré-Cœur, saint Joseph, saint Vincent, saint Pierre, sainte Solange et saint Louis[13] ainsi qu'une fresque réalisée par Roscheski en 1878 et représentant la Sainte Famille[14].

Plusieurs bâtiments repérés sur le cadastre de 1823 :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du village s'appuie essentiellement sur l'exploitation viticole et dans une moindre mesure, sur l'affinage des fromages au travers notamment des établissements Dubois-Boulay.

On peut également citer l'hôtel-restaurant trois étoiles La côte des Monts Damnés installé dans le centre de Chavignol[17].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le village a donné son nom à un célèbre fromage au lait de chèvre, le crottin de Chavignol[1], et se situe dans le périmètre de l'appellation d'origine contrôlée des vins de Sancerre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chavignol », sur inao.gouv.fr, ministère de l'Agriculture. Institut national de l'origine et de la qualité, (consulté le 11 mai 2011)
  2. a b c d e f g h i j k l et m « L'écart de Chavignol », notice no IA18003044, base Mérimée, ministère français de la Culture. Inventaire du Patrimoine par Nathalie de Buhren pour le conseil général du Cher, 2009. Consulté le 11 mai 2011
  3. a et b Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre : contenant les entreprises, siège, approches, batteries, affuts et autres efforts des assiégeants, les résistances, faits magnanimes, la famine extrême et délivrance notable des assiégés, , 253 p., p. 15-18
  4. « ViaMichelin. Itinéraires, cartes, trafic, météo, restaurants et réservation d'hôtels en France et en Europe », sur viamichelin.fr, Michelin (consulté le 11 mai 2011)
  5. a b c et d « Géoportail. Le portail des territoires et des citoyens », sur geoportail.fr, Institut géographique national (consulté le 11 mai 2011)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Colette (K4084000) » (consulté le 13 mai 2012)
  7. Émile Haag, La France protestante : vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu'à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l'Assemblée nationale ; ouvrage précède d'une notice historique sur le protestantisme en France, suivi de pièces justificatives, et rédigé sur des documents en grande partie inédits, vol. 6, J. Cherbuliez, , 571 p. (lire en ligne), p. 70
  8. « L'écart d'Amigny », notice no IA18002580, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui. Chavignol », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 11 mai 2011)
  10. « L'historique de la fromagerie Dubois-Boulay », sur dubois-boulay.fr (consulté le 11 mai 2011)
  11. Alain Pauquet, La société et les relations sociales en Berry au milieu du XIXe siècle, Paris, L'Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire », , 526 p. (ISBN 978-2-7384-6293-0, LCCN 98160172, lire en ligne), p. 350
  12. « L'église Saint-André », notice no IA18002518, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Les verrières hagiographiques », notice no IM18001368, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Le mobilier », notice no IM18000893, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Maison », notice no IA18000361, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Première église », notice no IA18002660, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « La côte des Monts Damnées. Hôtel, restaurant, bistro à Chavignol Sancerre », sur montsdamnes.com (consulté le 11 mai 2011)