Viaduc de Port-Aubry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viaduc ferroviaire
de Port-Aubry
Le viaduc de Port-Aubry vu de la rive droite, côté Nièvre.
Le viaduc de Port-Aubry vu de la rive droite, côté Nièvre.
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire
Département Nièvre et Cher
Commune Cosne-Cours-sur-Loire / Bannay
Coordonnées géographiques 47° 23′ 22″ N, 2° 54′ 20″ E
Fonction
Franchit Loire
Fonction ferroviaire jusqu’en 2000 ; utilisé par des cyclo-draisines[1] depuis 2004
Caractéristiques techniques
Type pont-cage en treillis, piles en maçonnerie
Longueur 828 m
Largeur m
Matériau(x) pierre et acier (total : 4 300 t)
Construction
Construction [2] -
Mise en service [2]
Ingénieur(s) Armand Moisant
Gestion
Propriétaire RFF
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry

Le viaduc de Port-Aubry est un pont ferroviaire français qui franchit la Loire, et relie la commune de Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) à celle de Bannay (Cher). Cet ouvrage a été construit sur l'ancienne voie ferrée militaire « Bourges - Toul » par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, d’où le nom qui lui est donné localement de « pont du P.-O. ». D’une longueur totale de 828 m, il figure parmi les plus longs ponts en treillis ferroviaires de France, avec celui de Saint-André-de-Cubzac (2 178 m).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

L’entrée du viaduc, côté Nièvre. Des cyclo-draisines circulent l’été de cette « gare de départ » jusqu'à Saint-Satur via Bannay (aller-retour de 15 km maximum, durée 2 h).

Ce viaduc est situé au point kilométrique (PK) 295,7 de la ligne de Saint-Germain-du-Puy à Cosne-Cours-sur-Loire. Anciennement à double voie (situées à la partie inférieure de la structure métallique de type pont-cage), la ligne est mise à voie unique en 1950. L’année 2000 voit le dernier passage : un train de céréales venant des silos de Saint-Satur.

Par ailleurs, 11 km au sud du viaduc, la commune de Ménétréol-sous-Sancerre compte deux anciens viaducs ferroviaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Côté Nièvre (à l’est), le viaduc est situé à une soixantaine de mètres du lieu-dit Port-Aubry, et environ 3 km au sud de Cosne-Cours-sur-Loire[3].

L’ouvrage traverse la Loire, à 2,8 km (par la route touristique longeant le fleuve) en amont du pont suspendu routier de Cosne-Cours-sur-Loire.

Côté Cher (à l’ouest), la voie ferrée enjambe, au nord de Bannay, le canal latéral à la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 18 décembre 1893, il est traversé par un premier train à vapeur.

Le 17 juin 1940, le brigadier Yves Mathurin Rault du 231e régiment d'artillerie lourde divisionnaire, y est tué en tentant sans succès de mettre à feu une charge explosive pour le faire sauter[4]. Le capitaine de l'état-major du génie Buc y est mortellement blessé. Il mourra le lendemain à l'hôpital de Sancerre. Ce dernier avait réquisitionné quelques hommes pour faire sauter le pont.

Pour permettre à leurs véhicules de l’emprunter, le commandement allemand réquisitionne toutes les planches disponibles chez les fabricants de meubles et les menuisiers pour recouvrir une des deux voies ferrées,car c'est le seul point de passage de la Loire à Cosne-sur-Loire, le pont routier ayant été bombardé. Pour le retour d’exode à l’été 1940, les voitures des réfugiés seront autorisés à l'emprunter.

En juillet 1944, l’occupant allemand fait exploser la 3e travée.

Description[modifier | modifier le code]

Ce pont en treillis comporte 14 travées de 58 m, deux culées et une structure métallique comptant près d’un million de rivets. Les 13 piles sont en maçonnerie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérées par le « Cyclorail du Sancerrois » (entreprise privée).
  2. a et b Pont ferroviaire de Cosne, sur la base de données en ligne Structurae. Consulté le 30 juin 2012.
  3. Cette sous-préfecture portait le nom de « Cosne-sur-Loire » jusqu’en 1973.
  4. https://www.lejdc.fr/cosne-cours-sur-loire-58200/actualites/une-premiere-reconstitution-historique-en-souvenir-des-disparus-de-port-aubry_11530549/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]