Viaduc de Port-Aubry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viaduc ferroviaire
de Port-Aubry
Le viaduc de Port-Aubry vu de la rive droite, côté Nièvre.
Le viaduc de Port-Aubry vu de la rive droite, côté Nièvre.
Géographie
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire
Département Nièvre et Cher
Commune Cosne-Cours-sur-Loire / Bannay
Coordonnées géographiques 47° 23′ 22″ N, 2° 54′ 20″ E
Fonction
Franchit Loire
Fonction ferroviaire jusqu’en 2000 ; utilisé par des cyclo-draisines[1] depuis 2004
Caractéristiques techniques
Type pont-cage en treillis, piles en maçonnerie
Longueur 828 m
Largeur m
Matériau(x) pierre et acier (total : 4 300 t)
Construction
Construction [2] -
Mise en service [2]
Ingénieur(s) Armand Moisant
Gestion
Propriétaire RFF

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Viaduc ferroviaire de Port-Aubry

Le viaduc de Port-Aubry est un pont ferroviaire français qui franchit la Loire, et relie la commune de Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) à celle de Bannay (Cher). Cet ouvrage a été construit sur l'ancienne voie ferrée militaire « Bourges - Toul » par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, d’où le nom qui lui est donné localement de « pont du P.-O. ». D’une longueur totale de 828 m, il figure parmi les plus longs ponts en treillis ferroviaires de France, avec celui de Saint-André-de-Cubzac (2 178 m).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

L’entrée du viaduc, côté Nièvre[3].

Ce viaduc est situé au point kilométrique (PK) 295,7 de la ligne de Saint-Germain-du-Puy à Cosne-Cours-sur-Loire. Anciennement à double voie (situées à la partie inférieure de la structure métallique de type pont-cage), la ligne est mise à voie unique en 1950. L’année 2000 voit le dernier passage : un train de céréales venant des silos de Saint-Satur.

Par ailleurs, 11 km au sud du viaduc, la commune de Ménétréol-sous-Sancerre compte deux anciens viaducs ferroviaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Côté Nièvre (à l’est), le viaduc est situé à une soixantaine de mètres du lieu-dit Port-Aubry, et environ 3 km au sud de Cosne-Cours-sur-Loire[4].

L’ouvrage traverse la Loire, 2,8 km (par la route touristique longeant le fleuve) en amont du pont suspendu routier de Cosne-Cours-sur-Loire.

Côté Cher (à l’ouest), la voie ferrée enjambe, au nord de Bannay, le canal latéral à la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 18 décembre 1893, il est traversé par un premier train à vapeur.

Le 17 juin 1940, deux soldats français sont tués pour le défendre. Pour le retour d’exode à l’été 1940, une voie est recouverte de planches pour permettre le passage des voitures.

En juillet 1944, l’occupant allemand fait exploser la 3e travée.

Description[modifier | modifier le code]

Ce pont en treillis comporte 14 travées de 58 m, deux culées et une structure métallique comptant près d’un million de rivets. Les 13 piles sont en maçonnerie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérées par le « Cyclorail du Sancerrois » (entreprise privée).
  2. a et b Pont ferroviaire de Cosne, sur la base de données en ligne Structurae. Consulté le 30 juin 2012.
  3. Les cyclo-draisines circulent l’été de cette « gare de départ » à Saint-Satur via Bannay (aller-retour de 15 km maximum, durée 2 h).
  4. Cette sous-préfecture portait le nom de « Cosne-sur-Loire » jusqu’en 1973.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]