Abbaye de Saint-Satur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abbaye Saint-Satur)
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Satur
Vue du nord de l'abbatiale Saint-Guinefort de Saint-Satur
Vue du nord de l'abbatiale Saint-Guinefort de Saint-Satur
Présentation
Culte Catholique romain
Type ancienne abbaye
Rattachement Ordre de saint Augustin
Début de la construction XIVe siècle
Protection  Inscrit MH (2003)
Site web http://catholique-bourges.cef.fr/monuments/cher/satur.htm
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Ville Saint-Satur
Coordonnées 47° 20′ 24″ nord, 2° 51′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Abbaye de Saint-Satur

Géolocalisation sur la carte : Cher

(Voir situation sur carte : Cher)
Abbaye de Saint-Satur

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Satur

L'abbaye de Saint-Satur (abbatiale Saint-Guinefort) est située dans la vallée de la Loire, à 2 km au nord du piton de Sancerre et à 1 km de Saint-Thibault-sur-Loire.

L'église abbatiale, l'église Saint-Pierre, est un des premiers édifices du Cher classés parmi les monuments historiques, classé sur la liste de 1840. L'ensemble des éléments bâtis et des sols fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Elle fait partie du diocèse de Bourges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un prêtre connu sous le nom de saint Romble, évangélisateur de la contrée, fonde au Ve siècle un couvent dans la seigneurie du château Gordon.

Il faut attendre le milieu du VIIe siècle pour que Gordon prenne le nom de Saint-Satur. En 846, une première dame, nommée Mathilde, fille de Gimon de Château-Gordon, fonde un chapitre de chanoines séculiers pour recevoir les reliques de saint Satur, compagnon de Félicité et de Perpétue (martyrisés à Carthage en 203), offertes par le pape Pascal Ier par l'intermédiaire de l'archevêque de Bourges Raoul de Turenne. Saint Satur est fêté le 7 mars.

L'abbaye de Saint-Satur, après avoir été enrichie par les libéralités des fidèles, est dépouillée de ses biens pendant les guerres que se faisaient les gentilshommes, et ruinée par le temps.

En 1034, une seconde Mathilde, fille de Gimon, seigneur de Château-Gordon, entreprend de restaurer cette abbaye et de la doter d'un chapitre canonial. Après avoir choisi Eudes, comte du palais et seigneur de Sancerre, pour son protecteur et son héritier, Mathilde s'adresse pour l'accomplissement de son projet à Aymon de Bourbon, alors archevêque de Bourges, qui établit à Saint-Satur des chanoines réguliers de saint Augustins et confirme l'abandon que fait Mathilde des biens usurpés par ses parents sur cette abbaye, ainsi que les donations dont elle l'enrichit. Cette deuxième église romane est consacrée en 1104 par Leger (Leodegaire) archevêque de Bourges. Saint-Satur est ainsi rétabli. La partie ancienne de l'ancienne seigneurie du château Gordon, qui n'a pas été donnée à cette abbaye, est réunie à la seigneurie de Sancerre[2].

En 1107, le pape Innocent II chassa les chanoines séculiers et les remplaça par des moines de Saint-Augustin, l'érigeant en collégiale[note 1].

En 1144, plusieurs gentilshommes du Berry, ayant fait la guerre à cette abbaye et l'ayant brûlée en 1143, Pierre de la Châtre, archevêque de Bourges, obtint d'eux la réparation des dommages qu'ils avaient causés - réparation encore visible dans le mur nord.

En 1163 Alain de Larrivour évêque d'Auxerre (1152–1167) réunit Saint-Satur à l'église Saint-Eusèbe d'Auxerre[3].

En 1361 les Anglais, qui occupent Cosne sur Loire, s'emparent de Saint-Satur par surprise et ruinent l'abbaye et son église.

Abbatiale Saint-Guinefort de Saint-Satur : vue du chœur

En 1367, sous l'abbatiat de Jean III, les moines se mettent à reconstruire le monastère ruiné dans la deuxième moitié du XIVe siècle ; la même année, le chœur de l'église est terminé, mais les moines ne sont pas assez riches pour continuer. On en était là encore en 1405. Les Anglais, alliés des Bourguignons, pillèrent de nouveau l'abbaye en 1420 et noyèrent 42 religieux dans la Loire, laissant les bâtiments découverts en voie de tomber en ruines.

Relevée en partie de ses ruines en 1454, elle vécut tant bien que mal jusqu'au début du XVIe siècle. Les effets de la commende et les guerres de religion achevèrent de détruire les constructions élevées sur les ruines laissées par les Anglais. En 1567, les protestants de Sancerre sont les auteurs d'un saccage de l'abbaye qui est mise à feu.

Abbatiale Saint-Guinefort de Saint-Satur : vue de la route

Une reconstruction des lieux réguliers et un redressement du mode de vie canonial sont tentés mais, après une période florissante dans la première moitié du XVIIIe siècle, l'abbaye tombe dans des difficultés continuelles. De 1617 à 1626, l'abbé Claude de Toulongeon, aidé par de généreux donateurs, réussit à terminer la voûte et couvrir l'église. En 1757, l'abbaye est supprimée et ses revenus rattachés à la mense épiscopale. La communauté est supprimée en 1775 et l'église devient paroissiale.

« Dans l'enclos de l'ancienne abbaye divisé en deux cours contiguës, celle de la mense conventuelle, à l'est, à proximité de la collégiale, et, à l'ouest, celle de la mense abbatiale (dite le Château-Gordon), subsistent l'église, les lieux réguliers composés du grand bâtiment des religieux, du bâtiment attenant au sud (anciennes cuisines), et de l'aile en retour d'équerre nord-ouest, le bâtiment sur rue de la basse-cour conventuelle, au sud de l'ancien cloître, construit en 1768-1769, et dans lequel fut alors ouverte la grande porte d'entrée de l'abbaye, dans la cour de la mense abbatiale, un édifice dénommé au XVIIIe siècle pressoir ou Château-Gordon, dont l'étage devait autrefois abriter l'hospice des hôtes ; cet édifice que l'on peut dater de la seconde moitié du XIIIe siècle, est aujourd'hui le bâtiment le plus ancien de l'abbaye. Appartenant à la mense abbatiale depuis l'institution de la commende, le bâtiment des religieux forme séparation entre les deux cours ».

L'ancienne abbatiale est aujourd'hui l'église paroissiale Saint-Pierre de Saint-Satur.

Abbés[modifier | modifier le code]

Moines et personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Terrier, propriétés, revenus[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Mémorial historique rapporte le fait ainsi : « En 1138 florissait l'ordre des chanoines de Saint-Victor de Paris qui jouissait par tout le monde d'une grande réputation, à cause du rang distingué, de la sainteté et du savoir de ceux de ses membres qu'il répandit dans un grand nombre de monastères, comme les provins d'une vigne féconde. il comptait à cette époque parmi ses chanoines profès, deux prélats de la cour de Rome, les cardinaux dom Hugues, évêque de Frascati, et maître Yves ; neuf abbés : Raoul, abbé de Saint-Satur de Bourges, […] ». Ce récit est confirmé par le nécrologe de Saint-Victor de Paris, où on lit à la date du 9 février : « Mort de dom André, abbé de Saint-Satur — et chanoine de notre ordre. »
    Étienne qui, d'abbé de Sainte-Geneviève de Paris (1176-1191), était devenu évêque de Tournai (1193-1203), recommande au pape Luce III (1181-1185), dans sa lettre commençant par ces mots : « Movetur usque […] », la discipline constante et sévère de ce monastère. Dans la liste des revenus des évêchés et des bénéfices de France, cette abbaye est indiquée comme étant de l'ordre des chanoines de Saint-Augustin (Note de Horstius et de Picard).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA18000022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Mathilde, épouse de Godefroy de Bouillon ou de Boulogne sur la mer d'Angleterre, dit Guillaume de Tyr, livre IX, ch. V, premier roi de Jérusalem, reçut du pape Pascal le corps de saint Satur.
  3. Jean Lebeuf, Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse, vol. I, Auxerre, Perriquet, (lire en ligne), p. 292.
  4. AD de Saône-et-Loire antérieures à 1790, Séries A et B, t. I, B.1965. (Cahiers)-In-folio, 945 feuillets, de 1625 à 1632

Voir aussi[modifier | modifier le code]