Sainte-Gemme-en-Sancerrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Gemme.
Sainte-Gemme-en-Sancerrois
Mairie de Sainte-Gemme-en-Sancerrois.
Mairie de Sainte-Gemme-en-Sancerrois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Sancerre
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Berry - Val de Loire
Maire
Mandat
Christine Bellanger
2014-2020
Code postal 18240
Code commune 18208
Démographie
Population
municipale
413 hab. (2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 41″ N 2° 49′ 02″ E / 47.3947222222, 2.8172222222247° 23′ 41″ Nord 2° 49′ 02″ Est / 47.3947222222, 2.81722222222
Altitude Min. 174 m – Max. 303 m
Superficie 25,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Gemme-en-Sancerrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Gemme-en-Sancerrois

Sainte-Gemme-en-Sancerrois [ʒɑːm] est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Gemme-en-Sancerrois est une commune du Cher, à l'ouest de la Loire, à 50 km de Bourges et à h 30 de Paris. Bien qu'en Sancerrois, Sainte-Gemme dépend du canton de Léré. La route des Chaises mène au hameau du même nom. C'est le point culminant de la commune, à 300 mètres d'altitude, au milieu des vignes. Le panorama offre une vue sur Sainte-Gemme, puis Cosne-sur-Loire, le lit du fleuve que l'on devine, la butte de Sancerre à droite, la forêt de Charnes, le château du Nozay en contrebas reconstruit au XVIIe siècle.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Savigny-en-Sancerre Boulleret Rose des vents
Subligny N
O    Sainte-Gemme-en-Sancerrois    E
S
Sury-en-Vaux Bannay

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux seigneuries témoignent de l'époque féodale, elles jalonnent la commune. Une aux Chaises, bordée de quelques vielles maisons, avec son porche roman, et son colombier ; l'autre à Launay bâtie au XIVe siècle, entourée de larges fossés, avec au centre un pavillon rénové au XVIIe siècle. Ces habitations retiennent en leurs pierres un peu de l'histoire du village, surtout l'église de Sainte-Gemme qui nous fait partager toute la sérénité de l'architecture romane.

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée Sainte-Gemme, porta provisoirement le nom de Bel-Air[1].
C'est en 1977 que le complément en-Sancerrois fut ajouté[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jacques Trainoir SE  
mars 2014 en cours Christine Bellanger SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 413 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
816 687 752 722 726 766 746 786 827
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804 831 905 865 870 937 919 874 824
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
777 774 729 657 583 530 477 468 447
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
423 401 337 361 400 416 385 372 403
2012 - - - - - - - -
413 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte-Gemme.
  • L'église Sainte-Gemme, qui fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 1er octobre 1926[4]. Elle possède une chapelle Saint-Guengoulph, mais le saint honoré en fait n'est probablement pas saint Guengoulph mais saint Genou, le culte de ces deux saints ayant été confondu.
  • Le fil d'Ariane à Sancerre
  • La Maison des Sancerre
  • Le vignoble sancerrois
  • Le crottin de Chavignol

Le vignoble[modifier | modifier le code]

  • La superficie en Appellation d'origine contrôlée Sancerre représente environ 160 hectares sur la commune.
  • Le sol est composé en particulier de terres blanches (argilo-calcaire), silex ou caillottes.
  • Les coteaux sont exposés sud - sud-est
  • Le Sancerre blanc est issu exclusivement du cépage sauvignon, il représente environ 81 % du vignoble. Les sancerre rouge et rosé issus du cépage pinot noir, représentent respectivement 11 % et 8 % de la production.

Les viticulteurs de Sainte-Gemme-en-Sancerrois[modifier | modifier le code]

  • Domaine des Clairneaux, Jean-Marie Berthier
  • Domaine de la Chezatte, Jean & Annick Maudry
  • Domaine de Germenoy, René et Laurent Montagu
  • Domaine des Guenoux, Daniel Foucher
  • Domaine Montagu-Rabereau, Laurence Rabereau
  • Domaine du Nozay, Philippe & Cyril de Benoît
  • Domaine Alain Renat
  • Domaine de Rome, Sylvie & Hervé Baudry
  • Domaine des Sardelles, Christophe et Guillaume Reverdy
  • Domaine Michel Thiroy
  • Domaine Jérôme et Bernard Godon

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :