Saint-Pierre-du-Fresne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pierre-du-Fresne
Le château du Fresne.
Le château du Fresne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Pré-Bocage Intercom
Maire
Mandat
Alain Quéhé
2014-2020
Code postal 14260
Code commune 14650
Démographie
Population
municipale
202 hab. (2014)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 07″ nord, 0° 45′ 43″ ouest
Altitude Min. 159 m – Max. 275 m
Superficie 3,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Pierre-du-Fresne

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Pierre-du-Fresne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-du-Fresne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-du-Fresne

Saint-Pierre-du-Fresne est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 202 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord du Bocage virois, plus précisément dans le Pré-Bocage. Son petit bourg — quelques maisons autour de l'église et la mairie — est à 8 km à l'est de Saint-Martin-des-Besaces et à 11 km au sud-ouest de Villers-Bocage.

Le territoire est traversé du nord-est au sud-ouest par la route départementale no 675 (ancienne route nationale 175 Caen-Rennes). Le bourg y est relié par la D 107 qui mène à l'est vers Aunay-sur-Odon et se prolonge au nord-ouest puis à l'ouest vers Torigni-sur-Vire par Saint-Jean-des-Essartiers. Ayant un parcours commun avec celle-ci au centre de la commune, la D 291 conduit à Jurques au sud-est et à Cahagnes au nord. La D 675 permet de joindre les deux proches accès à l'autoroute A84 : vers Rennes à 9,5 km à Saint-Ouen-des-Besaces à l'ouest (sortie 41) et vers Caen à 5,5 km à Coulvain à l'est (sortie 42).

Saint-Pierre-du-Fresne est dans le bassin de la Seulles qui délimite le territoire à l'est. Un affluents de rive gauche parcourt le territoire communal : la Seulline (homonyme d'un affluent plus important de rive droite) qui collecte les eaux de la moitié sud-est du territoire. Un plus modeste ruisseau parcourt le nord-ouest et rejoint la Seullette, autre affluent de rive gauche, en dehors du territoire communal.

Le point culminant (275 m) se situe en limite sud-ouest, en amont de la source de la Seulline. Le point le plus bas (159 m) correspond à la sortie de la Seulles du territoire, à l'est. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 28 km, mais Granville-Pointe du Roc est à moins de 70 km[2]. Le Pré-Bocage s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Pierre-du-Fresne, avoisine les 1 000 mm[3].

Communes limitrophes de Saint-Pierre-du-Fresne[4]
Cahagnes (enclave) Saint-Jean-des-Essartiers (par un angle), Cahagnes Cahagnes
Cahagnes (enclave) Saint-Pierre-du-Fresne[4] Jurques
Souleuvre-en-Bocage (comm. dél. de Saint-Martin-des-Besaces),
Jurques
Jurques Jurques

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme S. Pierre est attestée en 1371[5]. La paroisse est dédiée à l'apôtre Pierre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
après guerre mars 1977 René Bessin    
mars 1977 mars 2001 Alain du Périer de Larsan    
mars 2001[6] mars 2014 Michel Hue SE Artisan retraité
mars 2014[7] en cours Alain Quéhé SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 202 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-Pierre-du-Fresne[9]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1]. Saint-Pierre-du-Fresne a compté jusqu'à 367 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
245 187 335 343 363 367 340 328 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305 326 327 297 281 300 278 322 272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
240 227 200 180 172 166 151 167 151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
115 138 144 127 127 198 203 200 202
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (principalement du XIXe siècle).
  • Château du Fresne (XIXe siècle).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alain du Périer de Larsan (1922-2004). Fils d'un propriétaire terrien et consul de France en Grèce, démissionnaire lors de Vichy. Frère de deux autres résistants, dont Marc, décédé au camp de Dora. En 1943, Alain du Périer est en Périgord. Le 3 novembre, avec trente-huit autres membres, français et étrangers, son camp est attaqué par la police et la gendarmerie vichystes. Un Géorgien déserteur de la Wehrmacht est tué au combat, cinq autres sont livrés aux Allemands et seront fusillés. Le reste des réfractaires est interné à Limoges, condamné à diverses peines de prison et envoyé à la centrale d'Eysses. Le , après l'insurrection de l'établissement, ils seront quasiment tous déportés vers Dachau, via Compiègne. Du Périer survivra aux épreuves[12]. Son expérience de la clandestinité, de l'internement et de la déportation génèreront son itinéraire original de défenseur de causes humanitaires et libératrices que son statut social n'appelait pas d'évidence. Maire de Saint-Pierre-du-Fresne de 1977 à 2001, il décède en 2004.

En 2001, le réalisateur Pierre Beuchot lui a consacré un documentaire sur une idée de Roseline Delmas, fille naturelle de l'aventurier normand des causes difficiles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 23 octobre 2016) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée » (consulté le 4 avril 2009)
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  6. « Michel Hue ne se représentera pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 octobre 2016)
  7. « Alain Quéhé élu maire à l'unanimité », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  8. « Saint-Pierre-du-Fresne (14260) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  9. Date du prochain recensement à Saint-Pierre-du-Fresne, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Voir Amicale des anciens de Dachau, Allach, kommando de Dachau, France-Empire,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :