Aller au contenu

Saint-Désiré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Désiré
Saint-Désiré
L'église Saint-Désiré.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Huriel
Maire
Mandat
Nadège Vermez
2020-2026
Code postal 03370
Code commune 03225
Démographie
Population
municipale
433 hab. (2021 en diminution de 0,23 % par rapport à 2015)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 54″ nord, 2° 25′ 57″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 400 m
Superficie 41,89 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Huriel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Désiré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Désiré
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
Saint-Désiré
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Saint-Désiré

Saint-Désiré est une commune française, située au centre de la France, dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Désiré est en bordure du département du Cher (18) qui fait partie, contrairement à l'Allier, de la région Centre-Val de Loire.

Contrairement à Chazemais et à Courçais, Saint-Désiré ne fait pas partie de l'aire urbaine de Montluçon.

Saint-Désiré se trouve à :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sept communes (neuf en incluant les quadripoints avec Sidiailles à l'ouest et Vallon-en-Sully à l'est) sont limitrophes de Saint-Désiré[1] :

Communes limitrophes de Saint-Désiré
Culan (Cher) Vesdun (Cher) Saint-Vitte (Cher)
Saint-Éloy-d'Allier
Sidiailles (Cher, quadripoint)
Saint-Désiré Vallon-en-Sully (quadripoint)
Viplaix Courçais Chazemais

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Queugne, affluent de rive gauche du Cher.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Désiré est traversé par les routes départementales (RD) 179 (reliant Saint-Éloy-d'Allier à l'ouest et Vesdun au nord), 241 (vers Chazemais) et 479 (vers Saint-Vitte). À l'écart du village, passent à l'ouest la RD 943 (axe MontluçonChâteauroux) et la RD 71[1].

Saint-Désiré est un point de passage du sentier de grande randonnée 41 (GR 41) reliant Tours au Mont-Dore.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique altéré et le climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Ouest et nord-ouest du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 900 à 1 500 mm, maximale en automne et en hiver[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 846 mm, avec 10,7 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Preveranges », sur la commune de Préveranges à 15 km à vol d'oiseau[4], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 911,3 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Désiré est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[9]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (36,3 %), terres arables (33,2 %), zones agricoles hétérogènes (17,4 %), forêts (12,4 %), zones urbanisées (0,7 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village tient son nom de saint Désiré, évêque de Bourges, mort et inhumé sur le territoire de la commune au milieu du VIe siècle au cours d'un voyage : l'église paroissiale lui est dédiée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fait au XVIIIe siècle partie de l'ancienne province du Bourbonnais, à la limite de l'ancienne province du Berry.

Elle historiquement située dans l'ancien diocèse de Bourges et faisait partie au Moyen Âge du Berry historique.

Antiquité[modifier | modifier le code]

À proximité de Moussais, les vestiges d'une villa gallo-romaine ont été découverts.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vers 552, l'évêque de Bourges saint Désiré meurt et est enterré au village de Salviacus[13].

Entre le Xe et le XVe siècle, une église prieurale, une église paroissiale et une motte castrale (à la place actuelle du monument aux morts) furent construits à Saint-Désiré.

On trouve également une autre église paroissiale qui fut construite au village de Moussais qui était autrefois un village indépendant de Saint-Désiré.

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

La commune de Moussais est rattachée à Saint-Désiré en 1811.

La mise en service de la gare de Saint-Désiré, sur la ligne de Montluçon à Châteauroux[14], favorise le développement du village[15]. Saint-Désiré atteint alors le record de 1 401 habitants en 1896. Le déclin démographique se fait sentir après la Première Guerre mondiale avec un important exode rural. On observe une stabilisation dans les vingt-cinq dernières années.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Francis Leroy    
Gérard Gasq[16] DVD  
Denis Coffin[16] SE  
François Vallet SE Fonctionnaire
     
Jean-Pierre Martin[17]    
En cours
(au )
Nadège Vermez[18] PCF Retraitée[19]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2021, la commune comptait 433 habitants[Note 2], en diminution de 0,23 % par rapport à 2015 (Allier : −1,97 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500486467846881990899907903
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8999331 0121 0301 1181 3321 2641 3531 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2911 3821 3411 1401 0071 0411 023906912
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
812731555498442455467470433
2018 2021 - - - - - - -
453433-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de Saint-Désiré représente 6 % de la population de la communauté de communes du Pays d'Huriel.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Sainte-Agathe.
  • Église Saint-Désiré, priorale romane des XIe, XIIe et XIXe siècles.
  • Deux anciennes églises :
    • ancienne église paroissiale de Saint-Désiré ;
    • ancienne église paroissiale de Moussais.
  • Crypte dans l'église Saint-Désiré du VIe siècle.
  • Motte castrale de Saint-Désiré-Charenton, au sommet d'un mamelon. Haute d'une dizaine de mètres elle est située depuis l'église jusqu'à la route de Vesdun. Du château fort, possession des archevêques de Bourges, défendu par quatre tours, il ne subsiste rien. La motte castrale a dû être édifiée vers le Xe siècle par les princes de Déols-Charenton. Dès le XIIe siècle, la terre de Saint-Désirée fut la possession de la famille de Cilan-Saint-Désiré. En 1494, elle passe à la maison de Jean de Blanchefort. Le château est incendié en 1652[24].
  • « Tumulus » de Saint-Désiré situé à côté de l'église, avec un souterrain, modeste réduit latéral et galerie de quelques mètres, découvert en 1959[24].
  • Chapelle Sainte-Agathe[Note 3]. Du sommet de la colline de la chapelle Sainte-Agathe, panorama sur la vallée du Cher. Quand la météo est bonne, on peut distinguer au loin le puy de Dôme (1 469 m d'altitude).
  • Ancienne abbaye de Bussières-les-Nonains.
  • Ancienne villa romaine (pierre, tuiles datant de l'époque gallo-romaine).
  • Ancienne gare du XIXe siècle (Châteaumeillant-Montluçon).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  3. Noter qu'une scène du film Le Grand Meaulnes a été tournée à cet endroit. En effet, l'auteur du roman Le Grand Meaulnes, Alain-Fournier, s'est inspiré de ce lieu pour inventer le village fictif de Sainte-Agathe. Lors de sa jeunesse, l'écrivain assistait au pèlerinage du 8 mai qui avait encore une importante renommée au début du XXe siècle[25].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Désiré, sur geoportail.gouv.fr, Institut national de l'information géographique et forestière (consulté le ). Couches « Photographies aériennes », « Carte IGN » et « Communes » activées.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Saint-Désiré et Préveranges », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Preveranges », sur la commune de Préveranges - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Preveranges », sur la commune de Préveranges - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Montluçon », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Dupieux, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Crépin-Lebond, 121 p. (lire en ligne), p. 11.
  14. Ministre des travaux publics, « Partie non officielle », Journal officiel de la République française, vol. Seizième année, no 267,‎ , p. 5154 (lire en ligne, consulté le ).
  15. Rémi Marchal, « L'ancienne ligne Tours-Châteauroux-Montluçon a desservi la commune jusqu’en 1969 », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. a et b Conseil général de l'Allier fichier au format PDF consulté le 12 juillet 2008
  17. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], Association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le ).
  18. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  19. Supplément « Annuaire des maires Allier », La Montagne, , p. 28 (édition de l'Allier).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. a et b Sébastien Noël et Luc Stevens, Souterrains et mottes castrales : Émergence et liens entre deux architectures de la France médiévale, Paris, Éditions L'Harmattan, , 422 p. (ISBN 978-2-343-07867-0), p. 320.
  25. Scène du film Le Grand Meaulnes (1967) tournée à la chapelle Sainte-Agathe.