Viplaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viplaix
Viplaix
Carte postale du village vers 1920.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Huriel
Maire
Mandat
Jean-Michel Paliot
2020-2026
Code postal 03370
Code commune 03317
Démographie
Gentilé Viplaisiens, Viplaisiennes [1]
Population
municipale
294 hab. (2019 en diminution de 0,34 % par rapport à 2013)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 41″ nord, 2° 22′ 48″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 403 m
Superficie 30,4 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Huriel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Viplaix
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Viplaix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viplaix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viplaix

Viplaix est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Viplaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Arnon.

La commune est limitrophe de celle de Saint-Désiré.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays : Sur les pas des maîtres sonneurs.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Viplaix est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (55,9 %), zones agricoles hétérogènes (22,9 %), terres arables (16,3 %), forêts (3,3 %), zones urbanisées (1,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du territoire est attestée dès le Magdalénien. On a trouvé aussi des vestiges (haches polies) de l'époque néolithique[8].

Sur le plan ecclésiastique, la paroisse de Viplaix au diocèse de Bourges dépendait de l'abbaye de Saint-Denis puis au XVe siècle elle fut rattachée au prieuré voisin de La Chapelaude. D'un point de vue seigneurial, Viplaix était vassale pour partie de la Roche-Guillebaud[9],[10], l'autre dépendant de la seigneurie de Hérisson[11]

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem avaient sur la paroisse de Viplaix une commanderie dite de « Lavaux-Saint-Jean / La Vau(l)x Saint-Jean » dépendant de la commanderie de Chanonat au grand prieuré d'Auvergne et composée d'un domaine constitué de terres et de bois, ainsi que de dîmes et cens[12]. Elle se trouvait à l'emplacement de l'actuel lieu-dit L'Hôpital.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Roland Vincent    
mars 2008 mai 2020 Jean-Michel Dumontet[13] DVD Agriculteur
En cours
(au )
Jean-Michel Paliot[14]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2019, la commune comptait 294 habitants[Note 3], en diminution de 0,34 % par rapport à 2013 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6606406759008849438379311 034
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0221 0261 0241 0511 1541 1941 2821 3731 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2681 2721 1941 032937908917851706
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
620606473391348296277272291
2015 2019 - - - - - - -
306294-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de la première moitié du XXe siècle.
  • Lieu-dit L'Hôpital, ancienne commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Au XVIIIe siècle, L'Hôpital de Viplaix appelé également « La Vault-Saint-Jean » était un membre de la commanderie de Chanonat : « 1769, Membre de La Vault-St-Jean de l'Hôpital de Viplaix : maison, grange, étable, ruines d'une chapelle ; bois de la Garenne, de Molifet ; terre de derrière La Grange, pré de la Pille, terres de Pérobe, de La Grange, de la Petite Penserolle, de La Chaume blanche, des prévôté »[19]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Viplaix (03).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'azur à la bande d'argent chargée d'une épée de gueules, accompagnée de deux gerbes de blé d'or liées de gueules.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augustin Vayssière, « Commanderie de Chanonat : l'Hôpital de la Vault-Saint-Jean », Archives historiques du Bourbonnais, vol. 1,‎ (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. Maurice Piboule, Histoire des communes de l'Allier : Arrondissement de Montluçon, Roanne, Horvath, , p. 325.
  9. Michel Guillemain, « Le château de la Roche-Guillebaud », Bulletin des Amis de Montluçon, no 19,‎ (présentation en ligne)
  10. Georges Guigue et Claude Faure, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 - Rhône : 48 H 703 à 48 H 2400 : Ordre de Malte, Langue d'Auvergne, Henri Georg, (présentation en ligne), p. 128
    XVe siècle, « commanderie de La Vau Sainct Jehan assis et situés en la perroisse de Viplex, terre et justice de la Roche Guillebault »
  11. André Leguai, Histoire des communes de l'Allier : arrondissement de Montluçon, vol. 2, Horwath, (ISBN 978-2-7171-0367-0, présentation en ligne), p. 326
  12. Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne (ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem), Lyon, H. Georg, , XI-352 p. (lire en ligne), p. 297.
  13. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 5 juin 2014).
  14. « Jean Michel Paliot est devenu le nouveau maire de Viplaix (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte -Langue d'Auvergne , t. I, (lire en ligne), p. 147 (H. 175)