Saint-Vitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Vitte
Saint-Vitte
Église vue du nord-ouest
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Berry Grand Sud
Maire
Mandat
Guy Berçon
2020-2026
Code postal 18360
Code commune 18238
Démographie
Population
municipale
131 hab. (2017 en diminution de 1,5 % par rapport à 2012)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 52″ nord, 2° 32′ 06″ est
Altitude Min. 184 m
Max. 277 m
Superficie 16,38 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châteaumeillant
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Vitte
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Saint-Vitte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vitte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vitte

Saint-Vitte est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint Vitte se trouve à 30,4 km de Montluçon. Saint Amand Montrond est située à 28km de Saint Vitte.La Queugne est situé à 16,38km et Saulzais-le-Potier est situé à 8,6 km. Vallon-en-Sully est situé à 6,9km de Saint Vitte et Bourges à 90 km . Paris est située à 315 km de Saint Vitte.

Lieux-Dits[modifier | modifier le code]

Les lieux dits de Saint Vitte sont :

L'Ecoussat, Métairie, la Motte, la Patte d'Oie, la Rairue, le Bourg, la Réserve, la Terre chenue, le Bois d'Epot, le Chassin, le Drot, le petit Marçais, les Ardennes, les Argentais,les Châtaigners, les Goutats, les Grelets, les Loges, les Moinerats, les Noyers, les Sottes, les Terres Rouges, St Marien, Montaigut, Penserolles, Souligny.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Vitte est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vitte ou Guy est le saint patron de la paroisse ; Fluriacum, variante de Floriacus, gentilice Florus et faux suffixe iacus = le domaine de Florus. Fleury est le nom primitif de la paroisse.

Flurec, 1189 (Archives Départementales du Cher-10 H 88) ; Parrochia de Florec, 1271 Archives Départementales du Cher-38 H 99) ; De Floriaco, 1306 (Archives Départementales du Cher-38 H 99) ; Villagium de Sancto Vito, 1395 (Archives Départementales du Cher-E, seigneurie de Saint-Amand-Montrond) ; Saint Vif de Flory, 1395 (Archives Départementales du Cher-E, seigneurie de Saint-Amand-Montrond) ; Saint Vy, 1433 (Archives Départementales du Cher-E, seigneurie de Saint-Amand-Montrond) ; La paroisse de Saint Vit, 1518 (Archives Départementales du Cher-38 H 99) ; La parroisse de Saint Vic le Flory, 1567 (Archives Départementales du Cher-38 H 99).

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Fleuriel-sur-Poncignon ou de Fleuriel-sur-Queugne[5].

Le village de Saint-Vitte s'appelait autrefois Saint Vitte-le-Fleuriel. En 1840 Epineuil a pris le nom Fleuriel à Saint-Vitte. Saint Vitte-le-Fleuriel est donc devenu Saint-Vitte et Epineuil, Epineuil-le-Fleuriel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1804 1826 Duchet    
1826 1830 Porcher Charles    
1830 1837 Autissier Gilbert    
1837 1848 Duchet Pierre    
1848 1870 Serre Teon    
1870 1875 Mercier Gustave    
1875 1910 Serre Gabriel    
1910 1945 Boizat Alexis    
1945 1947 Parillaud Claude    
1947 1977 Jessier Claude    
1977 1983 Vedis Julien    
1983 2001 Jeanne Metenier[6]    
mars 2001 mars 2014 Marie-Claude Tucker    
mars 2014 En cours Guy Berçon[7],[8]   Ouvrier agricole

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Après avoir fait partie de la communauté de communes du Val de Cher jusqu'au , elle rejoint la communauté de communes Berry Grand Sud le .

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 131 habitants[Note 3], en diminution de 1,5 % par rapport à 2012 (Cher : -2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3173261 012427447471425443462
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
449486572515551553579586551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508493444357371351324284290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
272244202176138136138138138
2013 2017 - - - - - - -
131131-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants qui habitent Saint-Vitte vont à l'école d'Epineuil-le-Fleuriel car à Saint-Vitte il n'y a pas d'école. Depuis 1974, l'école de Saint-Vitte a fermé car il n'y avait plus assez d'élèves, la dernière année il n'y avait que cinq élèves. L'école était dans la mairie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La forge, restaurée récemment est un lieu typique où sont programmées de nombreuses expositions.
  • Église Saint-Vitte, du XIIe siècle au plan en forme de croix latine. Deux petites chapelles latérales.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Spectacles vivants, rallye pédestre, brocante et rencontres musicales rythment la vie de ce petit village d'une centaine d'habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Vitte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 9 décembre 2012)
  6. Indiquée en fonctions en 1988, Brigitte Coulon, Gérard Coulon, « Les femmes à la conquête de leurs droits : autour d'une polémique dans la presse locale en 1913 », Berry no 7, automne 1988, ISSN 0985-1569, p. 8
  7. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020)
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]