Robert Gibrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibrat.
Robert Gibrat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Condamnation

Robert Gibrat, né le à Lorient (Morbihan), mort le à Paris, est un ingénieur français qui fut ministre dans le gouvernement de Vichy. Il est notamment connu pour avoir énoncé la loi de Gibrat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un médecin de la marine nationale, il fait ses études à l’École polytechnique (X 1922) et, major, entre au Corps des Mines.

Il suit des cours à l'université de sciences et de droit et enseigne de 1927 à 1931 la minéralogie à l'École des mines de Saint-Étienne dont il devient également sous-directeur. En 1931, il présente une thèse en doctorat de droit à l'université de Lyon sur Les inégalités économiques, application d'une loi nouvelle, la loi d'effet proportionnel dont sera tirée la loi de Gibrat. Il restera toujours intéressé par l'économétrie.

En 1928, il se marie à Yseult Viel dont il aura trois filles.

Il est membre du groupe de réflexion Ordre nouveau dans le début des années 1930 avec Jean Jardin.

Il entre à la Société générale d'entreprise, responsable de la distribution d'électricité dans le Massif central et le Nord. À l'automne 1940, il est nommé directeur de l'électricité au ministère de la Production industrielle. Il est promu secrétaire d'État aux Communications dans le nouveau Gouvernement Laval en remplacement de Jean Berthelot en avril 1942 ; il démissionne lors de l'invasion de la zone libre novembre 1942[1] mais ne passe pas à la dissidence ; en inspection sur les travaux de la voie ferrée Méditerranée-Niger au moment du débarquement des Alliés en Algérie, il rentre néanmoins à Vichy par loyauté envers Pétain.

Il est condamné à dix ans de dégradation nationale le par la Haute Cour, après un an de prison passé à Fresnes ; puis il s’exile en Suisse quelque temps après la Guerre.

Il reprend une carrière d’ingénieur en France. Il s'intéresse à l'énergie hydraulique et devient ingénieur conseil auprès d'EDF pour l'énergie marémotrice, il participera à la construction de l’usine marémotrice de la Rance et à son inauguration en 1965 par de Gaulle. Dans les années 1950, il s'intéresse au nucléaire. Il est directeur général du Groupement pour l'industrie atomique Indatom, qui devient la Société des industries atomiques, Socia, par élargissement et dont il devient le président-directeur général. Il sera président du comité scientifique et technique d'Euratom. Il présidera également de nombreuses sociétés savantes ou professionnelles : Société française des électriciens (1955), Société des ingénieurs civils de France (1966), Société statistique de France (1978) ou la section française de l'American Nuclear Society.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Les Mathématiques modernes, les ingénieurs ou l'avenir de l'homme, de Robert Gibrat, Socia, 1971

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert O. Paxton, La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, , p. 252

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]