Raid sur Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raid sur Rochefort
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte britannique de la rade des Basques, 1757

Informations générales
Date Septembre 1757
Lieu Rochefort, France
Issue Victoire française. Les Britanniques se retirent sans capturer Rochefort
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
John Mordaunt
Edward Hawke
Forces en présence
3 000 hommes 8 400 hommes

Guerre de Sept Ans

Batailles

Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · En raquettes (1757) · Pointe du Jour du Sabbat (1757) · Fort William Henry (1757) · German Flatts (1757) · Lac Saint-Sacrement (1758) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Neuville (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest
Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie
Coordonnées 45° 56′ 32″ nord, 0° 57′ 32″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Raid sur Rochefort.

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
 Différences entre dessin et blasonnement : Raid sur Rochefort.

Le raid sur Rochefort (ou descente sur Rochefort) est une attaque amphibie britannique destinée à capturer le port français de Rochefort sur la côte atlantique, en septembre 1757 pendant la guerre de Sept Ans. Le raid participe de la nouvelle tactique des « descentes » sur la côte françaises, théorisées et défendues par William Pitt qui avait accédé au pouvoir quelques mois plus tôt.

Après avoir été plusieurs fois retardée, l'expédition atteint la côte française, capturant l'île d'Aix au large de Rochefort. Le commandant britannique Sir John Mordaunt estimant un débarquement sur le continent trop risqué, la flotte commandée par Edward Hawke remet les voiles en direction de la Grande-Bretagne. Le raid se termine par un échec, mais il sera suivi par plusieurs opérations similaires dans les années qui suivent.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le raid[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre de Sept Ans, Sir John Mordaunt est nommé responsable de l’entrainement des troupes anglaises à Blanford. L’année suivante (1757), il est choisi comme commandant pour diriger un raid sur Rochefort, le grand arsenal français en Charente-Maritime. La flotte est commandée par Sir Edward Hawke et Sir Charles Knowles. L’expédition comporte 31 vaisseaux de guerre, 49 bâtiments de transports pour véhiculer 10 bataillons. Mordaunt est assez dubitatif sur cette idée et craint que les renseignements disponibles (qui datent de 1754) ne soient obsolètes. Cependant, le projet est poussé à William Pitt et Mordaunt ne peut qu’obéir.

La flotte part d’Angleterre le et capture l’île d'Aix le 23 septembre, bombardée par les canons du Magnanime[1]. Cependant, comme craint, la défense de Rochefort est plus élaborée et des bancs de sables rendent nécessaire un débarquement par barque sur les deux derniers kilomètres. La défense de la ville est confiée au marquis de Guébriant, chef d'escadre des armées navales depuis 1757. Devant ces difficultés, Mordaunt et ses confrères décident d’annuler l’attaque le 25 septembre. Cependant, le 28 septembre, un deuxième conseil de guerre décide de tenter un débarquement de nuit sur les forts gardant l’embouchure de la Charente, Mordaunt devant diriger personnellement les premiers assauts. Malheureusement pour le commandant anglais, un fort vent empêche ce plan d’aboutir et Hawke décide de rentrer en Angleterre. Mordaunt n’a d’autre choix que de rembarquer.

Furieux de l’échec de cette expédition, William Pitt, avec l’appui du roi George II, forme une commission d’enquête afin de trouver des responsables. Cette commission conclut que l’expédition aurait dû être menée à son terme et que les défenses de Rochefort n’étaient en aucun cas imprenables. En conséquences, Mordaunt, est jugé en cour martiale en décembre 1757. Acquitté de l’accusation de désobéissance, il est néanmoins relevé de son commandement et du poste de gouverneur de Sheerness.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Syrett, Admiral Lord Howe : A Biography, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 1-59114-006-4), p. 16

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]