HMS Burford (1757)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HMS Burford.
HMS Burford
Type Navire de ligne de 3e rang
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Chantier naval Chatham Dockyard
Commandé
Lancement 1757
Statut Vendu en 1785
Caractéristiques techniques
Longueur 49,4 m
Maître-bau 13,6 m
Tirant d'eau 5,8 m
Déplacement 1 446,9 tonnes
Propulsion trois-mâts carré
Caractéristiques militaires
Armement 70 canons

Le HMS Burford est un vaisseau de ligne de troisième rang de 70 canons, construit pour la Royal Navy par les chantiers de Chatham selon les normes de 1745 (en) et lancé en 1757[1]. Le vaisseau a pris part à de nombreux combats durant la guerre de Sept Ans et la guerre d'indépendance des États-Unis.

Le Burford est vendu en 1785[1].

Description[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , durant la guerre de Sept Ans, il prend part à la bataille des Cardinaux, sous les ordres du capitaine James Gambier. James Young en est le capitaine lorsqu'il fait partie de la flotte envoyée par Edward Hawke mener le raid sur Rochefort en [2],[3].

En 1766, il est commandé par le capitaine Francis Samuel Drake. Pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, il combat, sous le commandement du capitaine Reiner, durant les 5 batailles livrées entre la flotte britannique commandée par l'amiral Edward Hughes et la flotte française commandée par le Pierre André de Suffren au large de la côte est de l'Inde. Il prend ainsi part à la bataille de Sadras, le , puis à celles de Provédien, qui a lieu le et de Négapatam, le suivant. Il est ensuite engagé dans la bataille de Trinquemalay, affrontement naval qui a lieu du au . Cette bataille, à l'issue indécise, a lieu au large de Trinquemalay, une baie avec un port située sur les côtes de l'île de Ceylan. Enfin, le , il fait la partie de la flotte britannique battue par les Français durant la bataille de Gondelour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lavery 2003, p. 173.
  2. (en) John Knox Laughton, « Young, James (1717–1789), naval officer », sur un site de l’Oxford Dictionary of National Biography (consulté en 3 avril 2016, souscription nécessaire).
  3. Winfield 2007, p. 53.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Julian S Corbett, England in the Seven years' war, a study in combined strategy, vol. 1, London, Longmans Green, 1907a (lire en ligne)
  • (en) Julian S Corbett, England in the Seven years' war, a study in combined strategy, vol. 2, London, Longmans Green, 1907b (lire en ligne)
  • (en) Brian Lavery, The Ship of the Line : The Development of the Battlefleet 1650-1850, vol. 1, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-252-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Daniel Robert Snow, Death or Victory : the battle for Quebec and the birth of Empire, Londres, HarperPress, , 534 p. (ISBN 9780007286218, notice BnF no FRBNF42326806)
  • (en) David Syrett, Admiral Lord Howe : A Biography, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 1-59114-006-4)
  • (en) Rif Winfield, British Warships in the Age of Sail 1714–1792: Design, Construction, Careers and Fates, Seaforth, (ISBN 978-1-84415-700-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article