Siège de Dresde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Dresde
Plan de Dresde (1760)
Plan de Dresde (1760)
Informations générales
Date 13–
Lieu Dresde, Électorat de Saxe
Issue Victoire austro-saxonne
Belligérants
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Commandants
Frédéric le Grand Johann Macguire
Forces en présence
14 000 hommes
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 51° 03′ 00″ N 13° 44′ 00″ E / 51.05, 13.73333351° 03′ 00″ Nord 13° 44′ 00″ Est / 51.05, 13.733333

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Dresde.

Le siège de Dresde a lieu en juillet 1760 pendant la guerre de Sept Ans lorsqu'une armée prussienne menée par Frédéric le Grand assiège, sans succès, la ville de Dresde, alors capitale de l'Électorat de Saxe.

Contexte[modifier | modifier le code]

Frédéric II de Prusse avait déjà occupé Dresde en 1756 pendant l'Invasion de la Saxe, qui marque le début de la guerre de Sept Ans en Europe continentale. En 1759, la ville est reprise par une coalition dirigée par l'Autriche. L'année suivante, l'armée prussienne subit une nouvelle série de revers, en dernier lieu à la bataille de Landshut le 23 juin. Frédéric II cherche à reprendre l'avantage. Par une série de manœuvres, il fait croire au général en chef autrichien, le feld-maréchal von Daun, qu'il va marcher sur la Silésie, l'obligeant à regrouper ses forces et à différer le siège de Glatz. Puis il se tourne vers Dresde, espérant provoquer une bataille contre les forces du comte von Lacy qui est chargé de couvrir la Saxe. Mais Lacy a l'ordre de ne pas risquer une bataille et reste en observation. Frédéric II tente alors de reprendre Dresde par un coup de main rapide, espérant rétablir sa domination sur la Saxe où il nourrit des ambitions territoriales expansionnistes[1].

Le siège[modifier | modifier le code]

L'armée prussienne atteint les faubourgs de Dresde le 13 juillet, suivi de près par le corps d'armée autrichien du comte von Lacy. Les forces prussiennes traversent l'Elbe et prennent les faubourgs de la ville, amenant avec eux des pièces d'artillerie lourde à l'intérieur de la ville[2] Les troupes prussiennes sont accusées d'avoir délibérément bombardé des civils et des quartiers d'habitation de la ville[3].

Décidant de ressortir de la ville et d'aller se confronter à l'armée du comte von Daun, Frédéric abandonne l'idée de reprendre la ville et bat en retraite. Les dégâts importants causés à la ville sans distinction, dégradera la réputation — déjà mauvaise — de Frédéric II en Europe. En particulier, la destruction des jardins de l'Électeur de Saxe à Pirna pendant le siège de la ville, lui vaudra de nombreuses critiques[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Dresde est le troisième siège que Frédéric II est contraint d'abandonner après ceux de Prague (en) (1757) et d'Olomouc (1758)[5], défaite d'autant plus sensible que les Prussiens apprennent en même temps la reddition de Glatz et que l'armée russe du maréchal Piotr Saltykov, concentrée à Poznań en Pologne, se prépare à marcher sur Glogau. Mais les Autrichiens, changeant leurs plans, demandent à Saltykov de marcher sur Breslau. La mauvaise coordination entre Russes et Autrichiens permet à Frédéric II de marcher sur la Silésie et de remporter sur les Autrichiens la bataille de Legnica le [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Friedrich August von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803, p. 257 à 266.
  2. Szabo 2008, p. 282.
  3. Childs 1982, p. 168.
  4. Dull 2005, p. 182
  5. Szabo 2008, p. 283
  6. F.A. von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803, p. 276 à 284.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jonathan R. Dull, The French Navy and the Seven Years' War, University of Nebraska,‎
  • (en) John Childs, Armies and Warfare in Europe, 1648-1789, Manchester University Press,‎
  • (en) Franz A.J. Szabo, The Seven Years War in Europe, 1756-1763, Pearson,‎
  • Friedrich August von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803.