Bataille en raquettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Bataille en raquettes est une escarmouche entre les Rangers de Rogers, les troupes françaises, et les troupes amérindiennes qui s'est déroulé le 21 janvier 1757 au cours de la guerre de Sept Ans.

Ce jour-là, le capitaine Robert Rogers et un groupe de Rangers effectuent une mission de reconnaissance vers le fort Carillon sur les rives du lac Champlain lorsqu'ils tombent dans une embuscade tendue par une troupe mixte de soldats français de l'armée régulière, de miliciens canadiens, et d'Amérindiens. Les hostilités cessent lorsque l'arrivée de l'obscurité force l'arrêt des combats, avec d'importantes pertes en vies humaines des deux côtés. Les Français dans leurs rapports ont prétendu que les Britanniques avaient eu un avantage décisif grâce à l'utilisation de raquettes.

La bataille[modifier | modifier le code]

Les hommes de Robert Roger tombent dans une embuscade composée, selon son estimation, de "250 Français et Amérindiens"[1]. Les Britanniques sont aidés par le fait que de nombreux mousquets français ne fonctionnent pas en raison d'une poudre trop humide, et ce malgré l'effet de surprise. Le Lieutenant John Stark, qui était à l'arrière de la colonne des Rangers, établit une ligne défensive sur une position surélevée avec certains de ses hommes, à partir de laquelle ils maintiennent un tir de couverture pour que les hommes situés en première ligne se retirent de cette position. Lors de la retraite, Rogers ordonna que les prisonniers soient tués afin que ses hommes puissent circuler plus librement[2].

Le conflit dure plusieurs heures et se termine seulement après le coucher du soleil, lorsque les deux parties ne peuvent plus se voir . Rogers a été blessé deux fois au cours de la bataille, une fois à la tête et une fois à la main[3]. Les Français ont indiqué qu'ils étaient dans une situation désavantageuse, puisqu'ils étaient sans raquettes et s'étaient "embourbés dans la neige jusqu'aux genoux"[4]. Une fois l'obscurité arrivée, Rogers et ses survivants battent en retraite sur 6 km vers le lac George, où il envoie Stark avec deux hommes à Fort William Henry pour obtenir de l'aide[3]. Le 23 janvier, Rogers se rend à Fort William Henry avec 48 combattants valides et six soldats blessés[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rogers (1883), p. 71
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Brumwell84
  3. a et b Brumwell (2004), p. 85
  4. Bougainville (1964), p. 81
  5. Rogers (1883), p. 70

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]