Bataille de Zorndorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Zorndorf
Frédéric le Grand à la bataille de Zorndorf, peinture de Carl Röchling, 1904.
Frédéric le Grand à la bataille de Zorndorf, peinture de Carl Röchling, 1904.
Informations générales
Date
Lieu Zorndorf (Pologne)
Issue Victoire prussienne
Les Russes évacuent le Brandebourg
Belligérants
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Commandants
Frédéric II de Prusse Villim Fermor (en)
Forces en présence
36 000 hommes
167 canons
43 500 hommes
210 canons
Pertes
11 000 à 12 000 morts ou blessés
26 canons perdus
22 000 morts ou blessés
103 canons
27 drapeaux
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 52° 39′ N 14° 40′ E / 52.65, 14.6752° 39′ Nord 14° 40′ Est / 52.65, 14.67  

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Zorndorf.

La bataille de Zorndorf met aux prises les Prussiens commandés par Frédéric II de Prusse et les Russes de Villim Fermor (en), le , pendant la guerre de Sept Ans.

C'est une victoire à la Pyrrhus pour Frédéric II. Les Russes vaincus se replient en bon ordre, tandis que l'armée prussienne, réduite de moitié, est gravement affaiblie.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après la bataille de Kolin, qui avait contraint les Prussiens à évacuer la Bohême à l'été 1757, et la campagne d'automne où ceux-ci, commandés par le duc de Brunswick-Bevern, subissent une nouvelle défaite à Breslau l'impératrice Marie-Thérèse croit tenir sa revanche sur Frédéric II. Mais la victoire de Frédéric II sur les Autrichiens à Leuthen, en décembre 1757, montre que la guerre est loin d'être finie. En janvier 1758, la Russie, alliée de l’Autriche, envahit la Prusse-Orientale avec 50 000 hommes placés sous le commandement de Villim Fermor. En juillet 1758, elle reprend son avance vers le Brandebourg, menaçant le cœur de l’État prussien. L'armée prussienne de Christoph von Dohna-Schlodien (de), qui faisait face aux Suédois en Poméranie, doit faire mouvement vers le sud pour essayer d'entraver l'avance de l'armée russe, empêchant celle-ci de s'emparer de la forteresse de Custrin. Le général russe n'est plus qu'à une centaine de kilomètres de Berlin, avec pour objectif de rejoindre les troupes autrichiennes commandées par le feld-maréchal von Daun.

Frédéric II, qui sait qu'une jonction des armées russe et autrichienne signifie la chute de Berlin, décide de contrecarrer leur plan. Il laisse une partie de ses forces en observation face aux Autrichiens sous le commandement du prince Charles-Frédéric de Brandebourg-Schwedt (de) et se porte en personne à la rencontre des Russes. Von Dohna, informé du mouvement du roi de Prusse, abandonne le siège de Custrin et prend position à Zorndorf, à 10 km au nord-est de cette ville.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 25 août, l'infanterie prussienne attaque un « corps d'observation » russe, composé uniquement de jeunes recrues. Les Russes parviennent à se tenir à portée de la cavalerie de Seydlitz jusqu'à ce que celle-ci finisse par les accrocher. La cavalerie russe affronte les Prussiens mais, en difficulté, bat en retraite derrière les lignes d'infanteries russes. Ces dernières, à cause de la fumée des armes et de la poussière, ne reconnaissent pas leur propre cavalerie et ouvrent le feu. Au même moment, l'infanterie de Frédéric surgit sur l'aile gauche des Russes.

Durant les affrontements qui suivent, chacun des deux camps tombe rapidement à cours de poudre et se jettent dans un corps-à-corps furieux. Lorsque, côté prussien, certain bataillons présentent des signes de fatigue, Frédéric se porte au combat pour y mener lui-même ses hommes. Ainsi, la bataille est décrite par les contemporains comme l'une des plus sanglante du XVIIIe siècle. Un officier prussien rapporte même que « les corps des Russes recouvraient le champ de bataille, ils embrassaient leurs canons tandis qu'ils se faisaient sabrer, mais ne voulaient toujours pas battre en retraite. » Après la bataille, Frédéric II prononce une phrase restée célèbre : « Il est plus simple de tuer des Russes que de gagner contre eux. »

Les combats continuent jusqu'à la tombée de la nuit.

Conclusion[modifier | modifier le code]

Les Prussiens déplorent la perte de 11 000 à 12 000 hommes, tandis que les pertes russes sont estimées à 22 000 hommes. La ténacité des Russes, à travers leur refus d'abandonner le champ de bataille malgré les lourdes pertes subies marque durablement Frédéric et ses soldats, suscitant même du respect. La bataille demeure cependant assez indécise, et la victoire prussienne tient avant tout du fait que les Russes ont laissé le terrain à l'ennemi.

Par ailleurs, la retraite russe empêche ces derniers de rejoindre l'armée autrichienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]