Bataille de Hoyerswerda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Hoyerswerda

Informations générales
Date
Lieu Hoyerswerda
(Allemagne actuelle)
Issue Victoire prussienne décisive
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-EmpireDrapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Commandants
Général WehlaHenri de Prusse
Forces en présence
3 000 hommes
Pertes
600 morts
1 800 prisonniers
Faibles

Guerre de Sept Ans

Batailles

Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Glatz (1760) · Landshut (1760) · Corbach (1760) · Emsdorf (1760) · Dresde (1760) · Warburg (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · En raquettes (1757) · Pointe du Jour du Sabbat (1757) · Fort William Henry (1757) · German Flatts (1757) · Lac Saint-Sacrement (1758) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Neuville (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 51° 34′ nord, 14° 09′ est

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Bataille de Hoyerswerda

La bataille de Hoyerswerda est une bataille mineure de la guerre de Sept Ans, où l'armée prussienne commandée par le prince Henri de Prusse et l'armée autrichienne commandée par le général Wehla s'affrontèrent le .

Contexte[modifier | modifier le code]

Le maréchal autrichien von Daun, à la tête de la principale armée impériale, venait de reconquérir une partie de la Saxe et de reprendre Dresde aux Prussiens. Il espérait prendre Görlitz et faire sa jonction avec l'armée russe du général Piotr Saltykov devant la ville de Glogau, en Silésie, en prenant en tenaille les deux armées prussiennes, celle de Frédéric II et celle de son frère, le prince Henri de Prusse.

La bataille[modifier | modifier le code]

Henri de Prusse, par une marche rapide et parfaitement dissimulée, déjoue la manœuvre de von Daun et arrive sur un corps autrichien de 3 000 hommes. Le général Wehla, pris par surprise, est battu et capturé avec 1 800 hommes[1].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Cette défaite mineure conduit von Daun à battre précipitamment en retraite pour couvrir Dresde, renonçant à rejoindre les Russes. Ceux-ci, mécontents, abandonnent le siège de Glogau. Cet échec montre la fragilité de l'alliance entre Autrichiens et Russes[1]. Après la calamiteuse défaite prussienne de la bataille de Kunersdorf au mois d'août, cette petite victoire associée à celle de Friedrich August von Finck à la bataille de Körbitz quatre jours plus tôt, redonne un peu de confiance à Frédéric II.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Friedrich August von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803, p. 187 à 191.

Sources[modifier | modifier le code]