Pasqualino De Santis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pasquale De Santis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pasqualino De Santis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
LvivVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Pasquale De Santis (crédité le plus souvent Pasqualino De Santis), né le à Fondi (Province de Latina, Latium), décédé le en Ukraine (lieu indéterminé), est un directeur de la photographie italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Centro Sperimentale di Cinematografia (Centre expérimental du cinéma) à Rome, dont il ressort diplômé en 1949, Pasquale ('Pasqualino') De Santis débute au cinéma comme premier assistant opérateur en 1950 (il assiste notamment son frère, le réalisateur Giuseppe De Santis), puis est cadreur de 1958 à 1965 (ainsi, sur Huit et demi de Federico Fellini, en 1963). Il devient chef opérateur en 1965 et exerce à ce titre sur quarante-neuf films, majoritairement italiens (plus des films étrangers, français entre autres, voire des coproductions) — liste sélective ci-après —.

En particulier, il contribue au genre de l'opéra filmé, d'abord en 1953 (adaptation d’Aida, comme premier assistant opérateur), puis en 1982 (adaptation de Rigoletto, réalisée par Jean-Pierre Ponnelle, avec Luciano Pavarotti), et enfin en 1984 (adaptation de Carmen, réalisée par Francesco Rosi, avec Julia Migenes dans le rôle-titre). Observons ici qu'il est un collaborateur habituel de Rosi, sur de nombreux films, comme Lucky Luciano en 1974, avec Gian Maria Volontè.

Parmi les réalisateurs avec lesquels il travaille également, citons Robert Bresson (ex. : L'Argent en 1983), Ettore Scola (ex. : Une journée particulière en 1977, avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni), ou encore Luchino Visconti (ex. : Les Damnés en 1969, avec Dirk Bogarde, Ingrid Thulin).

Pour la télévision, Pasqualino De Santis participe à un téléfilm-documentaire de Federico Fellini en 1969, à un feuilleton en 1979, et à deux séries, l'une en 1982-1983, l'autre en 1992-1993.

Il meurt en Ukraine d'une crise cardiaque, en 1996, durant le tournage de La Trêve (film qui lui est dédié), réalisé par Francesco Rosi et sorti en 1997.

Au nombre des récompenses qu'il obtient au long de sa carrière (voir la sélection ci-dessous), mentionnons l'Oscar de la meilleure photographie, le British Academy Film Award de la meilleure photographie, le Prix David di Donatello et le Ruban d'argent.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Films italiens, sauf mention contraire ou complémentaire

Comme premier assistant opérateur[modifier | modifier le code]

Comme cadreur[modifier | modifier le code]

Comme directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Récompenses (sélection)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]