Valerio Zurlini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Valerio Zurlini
Description de cette image, également commentée ci-après
Valerio Zurlini (1973)
Naissance
Bologne, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 56 ans)
Vérone, Italie
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables La Fille à la valise
Journal intime
Le Désert des Tartares

Valerio Zurlini, né le à Bologne et mort le à Vérone, est un cinéaste italien, à la fois scénariste et réalisateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en droit et histoire de l'art, Valerio Zurlini s’oriente vers le cinéma et tourne de 1948 à 1955 une quinzaine de courts métrages documentaires. Il réalise son premier long métrage, Les Jeunes Filles de San Frediano, en 1955, une comédie dramatique adaptée du roman de Vasco Pratolini[1].

En 1957, il écrit le scénario de Guendalina que tournera finalement Alberto Lattuada. Viennent ensuite Été violent, en 1959 ; puis La Fille à la valise, en 1960, avec Claudia Cardinale et Jacques Perrin qui obtient un succès critique et public[1].

En 1962, il tourne Journal intime avec Marcello Mastroianni et Jacques Perrin également inspiré d'un roman de Vasco Pratolini, Cronaca familiare, pour lequel il obtient le Lion d'or à Venise.

Dans ces trois films, Valerio Zurlini peint avec sensibilité l'effusion amoureuse et le désespoir existentiel d'êtres conscients des difficultés sociologico-politiques dans lesquelles ils évoluent. La force de Zurlini est de communiquer aux paysages et à l'espace le malaise intérieur de ses protagonistes.

C'est, en particulier, le cas dans Été violent, avec Jean-Louis Trintignant, Eleonora Rossi Drago, Jacqueline Sassard et Enrico Maria Salerno, qui rappelle en maints endroits l'émouvant Jardin des Finzi-Contini que Zurlini, en froid avec les producteurs, ne réalisa pas, et qui fut en définitive l'œuvre de Vittorio De Sica[1].

Il met ensuite en scène des films moins aboutis comme Des filles pour l'armée, en 1965, ou Black Jésus, assis à sa droite, en 1968, avant de retrouver le succès en 1972 avec Le Professeur (Prima notte di quiete) avec Alain Delon, Sonia Petrovna et Léa Massari[2].

Son œuvre la plus forte est peut-être la fidèle adaptation, écrite par André-Georges Brunelin, du roman de Dino Buzzati, Le Désert des Tartares, en 1976, dans les décors remarquables de la citadelle de Bam (Iran) et avec une distribution internationale prestigieuse : Vittorio Gassman, Giuliano Gemma, Philippe Noiret, Jacques Perrin, Laurent Terzieff, Fernando Rey, Jean-Louis Trintignant, Max von Sydow, Helmut Griem, Francisco Rabal et, pour la musique, Ennio Morricone[1].

Valerio Zurlini est mort à Vérone le [3]. Dans le documentaire Trintignant l'Italien, Jean-Louis Trintignant mentionne qu'il se serait suicidé.

Filmographie[modifier | modifier le code]


Prix[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(it) Meris Nicoletto, Valerio Zurlini, il rifiuto del compromesso, Alessandria, Falsopiano, coll. « Cinema », (ISBN 978-8889782743, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (it) Francesco Zippel, « ZURLINI, Valerio in "Enciclopedia del Cinema" », sur treccani.it, (consulté le 24 février 2018).
  2. (it) « Le lacrime squisite di Valerio Zurlini », sur RadioEmiliaRomagna (consulté le 24 février 2018).
  3. (en) « Zurlini Valerio: Biography », sur web.archive.org (consulté le 24 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]